Bulletins

Informations sur la décision

Contenu de la décision

 
SUPREME COURT                                       COUR SUPRÊME

      OF CANADA                                             DU CANADA   

             BULLETIN  OF                                          BULLETIN DES

             PROCEEDINGS                                          PROCÉDURES


This Bulletin is published at the direction of the Registrar and is for general information only.  It is not to be used as evidence of its content, which, if required, should be proved by Certificate of the Registrar under the Seal of the Court.  While every effort is made to ensure accuracy, no responsibility is assumed for errors or omissions.

 

Ce Bulletin, publié sous l'autorité de la registraire, ne vise qu'à fournir des renseignements d'ordre général.  Il ne peut servir de preuve de son contenu.  Celle‑ci s'établit par un certificat de la registraire donné sous le sceau de la Cour.  Rien n'est négligé pour assurer l'exactitude du contenu, mais la Cour décline toute responsabilité pour les erreurs ou omissions.


 

 

 


 


Subscriptions may be had at $200 per year, payable in advance, in accordance with the Court tariff.  During Court sessions it is usually issued weekly.

 

Le prix de l'abonnement, fixé dans le tarif de la Cour, est de 200 $ l'an, payable d'avance.  Le Bulletin paraît en principe toutes les semaines pendant les sessions de la Cour.


 

 

 


 


The Bulletin, being a factual report of recorded proceedings, is produced in the language of record.  Where a judgment has been rendered, requests for copies should be made to the Registrar, with a remittance of $10 for each set of reasons.  All remittances should be made payable to the Receiver General for Canada.

 

Le Bulletin rassemble les procédures devant la Cour dans la langue du dossier.  Quand un arrêt est rendu, on peut se procurer les motifs de jugement en adressant sa demande à la registraire, accompagnée de 10 $ par exemplaire.  Le paiement doit être fait à l'ordre du Receveur général du Canada.


 

 

 



CONTENTS                                                   TABLE DES MATIÈRES

 

 

 

Applications for leave to appeal

filed

 

Applications for leave submitted

to Court since last issue

 

Judgments on applications for

leave

 

Motions

 

Notices of appeal filed since last

issue

 

Notices of intervention filed since

last issue

 

Appeals heard since last issue and disposition

 

Pronouncements of appeals reserved

 

 

Headnotes of recent judgments

 

 

 

1603-1604

 

 

1605

 

 

1606-1636

 

 

1637-1638

 

1639

 

 

1640

 

 

1641-1647

 

 

1648

 

 

1649-1657

 

Demandes d'autorisation d'appel

déposées

 

Demandes soumises à la Cour depuis la dernière parution

 

Jugements rendus sur les demandes                                                                                  d'autorisation

 

Requêtes

 

Avis d'appel déposés depuis la dernière parution

 

Avis d'intervention déposés depuis la                                                                                    dernière parution

 

Appels entendus depuis la dernière

parution et résultat

 

Jugements rendus sur les appels en

délibéré

 

Sommaires des arrêts récents

 

 

 



APPLICATIONS FOR LEAVE TO APPEAL FILED

 

DEMANDES D'AUTORISATION D'APPEL DÉPOSÉES


                                                                                                                                                                                                                  


Jonathan Lavoie

Jonathan Lavoie

 

v. (31119)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

Alex Alvero

A.G. of Ontario

 

FILING DATE: 16.9.2005

 

 

F.D.J.F.

Joseph Di Luca

Di Luca Barristers

 

v. (31170)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

Leslie Paine

A.G. of Ontario

 

FILING DATE: 11.10.2005

 

 

Mohamed Harkat

Paul D. Copeland

Copeland, Duncan

 

v. (31178)

 

The Minister of Citizenship & Immigration, et al. (F.C.)

Donald A. Macintosh

A.G. of Canada

 

FILING DATE: 20.10.2005

 

 

John Terceira

Leo Adler, Esquire

Adler, Bytensky, Prutschi

 

v. (31191)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

Shawn Porter

A.G. of Ontario

 

FILING DATE: 24.10.2005

 

 

 


Sheridan Gardner

Sheridan Gardner

 

v. (31187)

 

Attorney General of Canada (F.C.)

Richard Casanova

A.G. of Canada

 

FILING DATE: 26.10.2005

 

 

Laura Marie Murray

Patrick D. Schmidt

Thomson, Rogers

 

v. (31182)

 

Guy Graham Murray (Ont.)

D. Smith

MacDonald & Partners

 

FILING DATE: 28.10.2005

 

 

1387881 Ontario Inc.

Donald J. Lange

 

v. (31188)

 

Anita Joyce Ramsay, et al. (Ont.)

Andrew Mae

Hacker, Gignac, Rice

 

FILING DATE: 28.10.2005

 

 

Grant Warren Beaucage

Michael W. Lacy

Kelly & Lacy

 

v. (31186)

 

Her Majesty the Queen (Ont.)

Howard Leibovich

A.G. of Ontario

 

FILING DATE: 28.10.2005

 

 

 

 

 


Municipal Corporation ot the City of Stratford

C. Kirk Boggs

Lerners

 

v. (31189)

 

Frank McLaren, et al. (Ont.)

Michael E. Mitchell

Mountain, Mitchell

 

FILING DATE: 31.10.2005

 

 

Genex Communications Inc.

Guy Bertrand

Guy Bertrand & Associés

 

c. (31192)

 

Procureur général du Canada (C.F.)

René Leblanc

P.G. du Canada

 

DATE DE PRODUCTION: 31.10.2005

 

 

Hélène Sénéchal

Hélène Sénéchal

 

c. (31201)

 

Alliance des infirmières des montréal, et autres (Qc)

Martin Racine

Grondin, Poudrier, Bernier

 

DATE DE PRODUCTION: 4.11.2005

 

 

Thomas Kane

Josée Ferrari

Pariseau, Olivier

 

c. (31193)

 

Sa Majesté la Reine (Qc)

Louis Bouthillier

P.G. du Québec

 

DATE DE PRODUCTION: 4.11.2005

 


 


 



APPLICATIONS FOR LEAVE 

SUBMITTED TO COURT SINCE LAST ISSUE

 

 

DEMANDES SOUMISES À LA COUR DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION


 

NOVEMBER 14, 2005 / LE 14 NOVEMBRE 2005

 

 

                                                CORAM:  Chief Justice McLachlin and Binnie and Charron JJ.

La juge en chef McLachlin et les juges Binnie et Charron

 

1.             Patrick Daniel Fischer v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Crim.) (31010)

 

2.             Davis & Company, a partnership, et al. v. 3464920 Canada Inc. (formerly known as Monarch Entertainment Corporation), et al. (B.C.) (Civil) (30838)

 

 

CORAM: Major, Fish and Abella JJ.

Les juges Major, Fish et Abella

 

 

3.             Edin Hodzic v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Crim.) (31019)

 

4.             Saipem Luxembourg S.A. v. Canada Customs and Revenue Agency (F.C.) (Civil) (31076)

 

 

CORAM: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

Les juges Bastarache, LeBel et Deschamps

 

 

5.             Avis Rent A Car System, Inc., et al. v. Certas Direct Insurance Company (Ont.) (Civil) (31046)

 

6.             North Newton Warehouses Ltd. v. Alliance Woodcraft Manufacturing Inc. (B.C.) (Civil) (31077)

 

 



JUDGMENTS ON APPLICATIONS

FOR LEAVE

 

JUGEMENTS RENDUS SUR LES DEMANDES D'AUTORISATION


                                                                                                                                                             

 

NOVEMBER 17, 2005 / LE 17 NOVEMBRE 2005

 

30894               Little Sisters Book and Art Emporium v. Commissioner of Customs and Revenue and Minister of National Revenue (B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram:                          McLachlin C.J. and Binnie and Charron JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA32104, 2005 BCCA 94, dated February 18, 2005, is granted with costs reserved to the Court at the hearing.

 

 La demande dautorisation dappel de larrêt de la Cour dappel de la Colombie‑Britannique (Vancouver), numéro CA32104, 2005 BCCA 94, daté du  18 février 2005, est accordée et la Cour se prononcera quant aux dépens à laudition.

 

CASE SUMMARY

 

Procedural law - Interim costs - Trial judge ordering interim costs - Court of appeal allowing appeal - Whether interim costs were properly granted to a small, for-profit corporation involved in Charter litigation.

 

The Respondent Commissioner prohibited the importation of four book titles by the Applicant. The Applicant appealed the classification decisions to the Supreme Court of British Columbia and, in addition, sought a systemic review under ss. 2( b ) , 15(1)  and 24  of the Canadian Charter of Rights and Freedoms  of the Respondent Commissioners application of the relevant portions of the Customs Tariff and the Customs Act.

 


June 18, 2004

Supreme Court of British Columbia

(Bennett J.)

 

Respondent ordered to pay interim costs to Applicant

 

 

 

August 6, 2004

Court of Appeal for British Columbia

(Prowse J.A.)

 

Respondents application for leave to appeal dismissed

 

 

 

October 6, 2004

Court of Appeal for British Columbia

(Esson, Newbury and Oppal JJ.A.)

 

Application to vary the order of Prowse J.A. allowed; leave to appeal granted

 

 

 

February 18, 2005

Court of Appeal for British Columbia

(Saunders, Thackray and Oppal JJ.A.)

 

Appeal allowed; interim costs order set aside

 

 

 

April 19, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE LAFFAIRE

 

Procédure - Provision pour frais - La juge de première instance a ordonné le paiement dune provision pour frais - La Cour dappel a accueilli lappel - Était‑il justifié daccorder une provision pour frais à une petite société à but lucratif, partie à un litige fondé sur la Charte ?

 


Le commissaire intimé a interdit limportation de quatre ouvrages par la demanderesse. Celle‑ci a interjeté appel à la Cour suprême de la Colombie‑Britannique des décisions relatives à la classification et a de plus demandé un examen systémique, fondé sur les art. 2 b ) , 15(1)  et 24  de la Charte canadienne des droits et libert é s , de lapplication par le commissaire intimé des dispositions pertinentes du Tarif des douanes et de la Loi sur les douanes.

 


18 juin 2004

Cour suprême de la Colombie-Britannique

(Juge Bennett)

 

Intimé enjoint de verser une provision pour frais à la demanderesse

 

 

 

6 août 2004

Cour dappel de la Colombie‑Britannique

(Juge Prowse)

 

Demande dautorisation dappel de lintimé, rejetée

 

 

 

6 octobre 2004

Cour dappel de la Colombie‑Britannique

(Juges Esson, Newbury et Oppal)

 

Demande visant à modifier lordonnance de la juge Prowse, accueillie; autorisation dappel, accordée

 

 

 

18 février 2005

Cour dappel de la Colombie‑Britannique

(Juges Saunders, Thackray et Oppal)

 

Appel accueilli; ordonnance de paiement dune provision pour frais annulée

 

 

 

19 avril 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

31001               Donald J. Ritchie and Harold Marcus Limited v. Stephanie Suzanne Walker, Gary Walker, Rosemary Walker, Laura Walker, Alyssa Walker and Christine Walker, an infant by her litigation guardian and Gary Walker (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram:                          McLachlin C.J. and Binnie and Charron JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C40260, dated April 28, 2005, is granted with costs to the applicants in any event of the cause.

 

 La demande dautorisation dappel de larrêt de la Cour dappel de lOntario, numéro C40260, daté du 28 avril 2005, est accordée avec dépens en faveur des demandeurs quelle que soit lissue de lappel.

 

CASE SUMMARY

 

Procedural law - Costs - Premium - Whether it is  appropriate to award the lawyer of a successful party a premium for the risk of non-payment of fees and disbursements that is payable by the unsuccessful opposing party in the litigation, over and above the legal fees and disbursements otherwise awarded to the successful party.

 

In an action in negligence for damages sustained by one Respondent in a motor vehicle accident, the Applicants were found equally liable and ordered to pay damages, substantial indemnity costs of $470,979.65 for legal fees, plus a premium of $192,600 to the Respondentscounsel. The Applicants appealed on a number of issues, including on the payment of the premium.

 


January 3, 2003

Ontario Superior Court of Justice

(Brockenshire J.)

 

Respondents action granted; Applicants found equally liable in negligence

 

 

 


 

 

 

 

 

 

February 27, 2004

Ontario Superior Court of Justice

(Brockenshire J.)

 

Decision on Costs: Substantial indemnity costs of $470,979.65 and a premium of $192,600 ordered payable by the Applicants

 

 

 

 

 

 

 

 

 

April 28, 2005

Court of Appeal for Ontario

(Catzman, Gillese and Lang JJ.A.)

 

Appeal allowed in part;

 

 

 

 

June 27, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE LAFFAIRE

 

Procédure - Dépens - Indemnité - Y a‑t‑il lieu daccorder à lavocat de la partie obtenant gain de cause une indemnité, payable par la partie déboutée, pour le risque de non‑paiement de ses honoraires et débours, en sus des frais de justice et débours accordés par ailleurs?

 

Dans une action pour négligence intentée par suite du préjudice subi par lun des intimés dans un accident dautomobile, les demandeurs ont tous deux été tenus responsables et condamnés à payer des dommages-intérêts, des dépens dindemnisation substantielle de 470 979,65 $ pour les frais de justice, plus une indemnité de 192 600 $ pour lavocat des intimés. Les demandeurs contestent entre autres le paiement de lindemnité

 


3 janvier 2003

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Brockenshire)

 

Action des intimés accueillie; demandeurs  tenus responsables de négligence à parts égales

 

 

 

27 février 2004

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Brockenshire)

 

Adjudication des dépens : demandeurs condamnés à payer des dépens dindemnisation substantielle de 470 979,65 $ ainsi quune indemnité de 192 600 $

 

 

 


28 avril 2005

Cour dappel de lOntario

(Juges Catzman, Gillese et Lang)

 

Appel accueilli en partie

 

 

 

 

27 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

31006               Reddy Rajagopal Chavali, Reddy Krishnaveni Chavali and Reddy Venkatasubbarami Chavali v. The Law Society of Upper Canada, Lawyers Professional Indemnity Company, Nelligan/Power, George Gaty, Royal Trust Corporation of Canada, Peat Marwick Thorne Inc. and Samuel Talbert, Colette Talbert (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram:              McLachlin C.J. and Binnie and Charron JJ.

 


 The application for an extension of time to file and serve the respondents response is granted.  The application for an extension of time and the motion for leave to intervene from Hardev Singh are granted.  The application for an extension of time to apply for leave to appeal is granted.  The application for leave to appeal from the judgment of the Ontario Superior Court of Justice, Number 02‑CV‑240696CM1, dated April 18, 2005, is dismissed with costs

 

 La demande de prorogation de délai pour déposer et signifier la réponse des intimés est accordée. La demande de prorogation de délai et la requête pour permission dintervenir dHardev Singh sont accordées.  La demande de prorogation de délai pour solliciter lautorisation dappeler est accordée.  La demande dautorisation dappel de larrêt de la Cour supérieure de justice de lOntario, numéro 02‑CV‑240696CM1, daté du 18 avril 2005, est rejetée avec dépens.

 

 

CASE SUMMARY

 

Canadian Charter of Rights and Freedoms  - Procedural law - Civil procedure - Vexatious litigant - Does s. 140 of the Courts of Justice Act, R.S.O. 1990, c. C.43, violate ss. 7  and 15  of the Charter ? - Does the failure to set out minimal (or any) procedural requirements under s. 140(2) of the Courts of Justice Act render s. 140 void in its entirety as an abrogation of rights guaranteed under the Charter ?

 

The Applicants Reddy Rajagopal Chavali and Reddy Krishnaveni Chavali are husband and wife, while the Applicant Reddy Subbarami Chavali is their son. Over many years, the Chavalis accumulated a substantial portfolio of real estate in the Ottawa area. However, they began to experience financial difficulties and mortgages on the properties went into default. Many or all of the properties were sold by the mortgagees. Since 1990, the Applicants have commenced actions or counterclaims against various persons, including the Respondents, alleging wrongdoing in respect of the loss of their properties. While many of the proceedings did not fare well, the Applicants continued to institute fresh actions. The Respondents are various individuals or corporations that the  Applicants believed conspired to deprive them of their finances and property and include, among others, former solicitors and trustees. As a result of the frequency of the litigation, the Respondents sought a declaration that the Applicants are vexatious litigants under s. 140 of the Courts of Justice Act.

 


March 30, 1998

Ontario Court of Justice

(Cumming J.)

 

Respondents application for an order declaring the Applicants to be vexatious litigants and prohibiting them from instituting any proceedings, or continuing any existing proceedings without leave of the court granted

 

 

 

December 16, 1998

Court of Appeal for Ontario

(Finlayson, Abella and Austin JJ.A.)

 

Appeal dismissed

 

 

 

April 18, 2005

Ontario Superior Court of Justice

(Nordheimer J.)

 

Applicants application for leave to bring a motion to the Court of Appeal for Ontario for leave to set aside the order of Cumming J. dismissed

 

 

 

June 29, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal and motion to extend the time to file and/or serve the application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE LAFFAIRE

 

Charte canadienne des droits et libert é s  - Procédure - Procédure civile - Instances vexatoires - Larticle 140 de la Loi sur les tribunaux judiciaires, L.R.O. 1990, ch. C.43, enfreint‑il les art.   7  et 15  de la Charte ? - Labsence dexigences procédurales minimales (ou de toute exigence procédurale) au par. 140(2) de la Loi sur les tribunaux judiciaires entraîne‑t‑elle la nullité de la disposition dans sa totalité en tant quelle abroge des droits garantis par la Charte ?


Les demandeurs Reddy Rajagopal Chavali et Reddy Krishnaveni Chavali sont un couple marié et le demandeur Reddy Subbarami Chavali est leur fils. Les Chavali se sont constitué au cours des ans un important portefeuille immobilier dans la région dOttawa. Aux prises avec des difficultés financières, ils ont toutefois manqué à des obligations hypothécaires, et les créanciers hypothécaires ont fait vendre une grande partie sinon la totalité de leurs immeubles. Depuis 1990, les demandeurs ont intenté des actions et demandes reconventionnelles contre divers défendeurs, dont les intimés, quils rendent responsables, en raison de fautes quils leur imputent, de la perte de leurs immeubles. Bien que beaucoup de leurs actions aient été rejetées, les demandeurs ont continué à en intenter de nouvelles. Les intimés sont des personnes physiques ou morales qui, daprès les demandeurs, auraient comploté pour les priver de leurs biens; et ils comprennent danciens avocats et syndics. En raison de la fréquence des instances, les intimés ont cherché à faire déclarer, sous le régime de lart. 140 de la Loi sur les tribunaux judiciaires, que les demandeurs intentaient des instances vexatoires.

 


30 mars 1998

Cour de justice de lOntario

(Juge Cumming)

 

Demande des intimés pour obtention dune ordonnance déclarant que les demandeurs introduisent des instances vexatoires et leur interdisant, sauf sur autorisation de la Cour, dintroduire dautres instances ou de poursuivre une instance introduite, accueillie

 

 

 

16 décembre 1998

Cour dappel de lOntario

(Juges Finlayson, Abella et Austin)

 

Appel rejeté

 

 

 

18 avril 2005

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Nordheimer)

 

Demande des demandeurs pour être autorisés à présenter à la Cour dappel de lOntario une requête pour autorisation de se pourvoir en annulation de lordonnance du juge Cumming, rejetée

 

 

 

29 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel et requête en prorogation de délai pour présenter ou signifier la demande d'autorisation d'appel, déposée

 

 

 


 

31026               Stephen Simms and Marla Simms v. William Isen (FC) (Civil) (By Leave)

 

Coram:              McLachlin C.J. and Binnie and Charron JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A‑127‑04, 2005 FCA 161, dated May 6, 2005, is granted with costs to the applicants in any event of the cause.

 

 La demande dautorisation dappel de larrêt de la Cour dappel fédérale, numéro A‑127‑04, 2005 CAF 161, daté du 6 mai 2005, est accordée avec dépens en faveur des demandeurs quelle que soit lissue de lappel. <

 

CASE SUMMARY

 

Constitutional law - Division of powers - Admiralty law - Limitation of liability - Jurisdiction of Federal Court - Injury to Applicant occurring beside a pleasure craft just after its removal from a lake - Whether Federal Court has jurisdiction over the incident as a maritime matter pursuant to the Federal Court Act , R.S.C. 1985, c.   F-7  to determine the limitation of liability issue on the personal injury claim under the Canada Shipping Act , R.S.C. 1985, c.   S.9 , as amended by An Act to Amend the Canada Shipping Act (maritime liability), S.C. 1998, c. 6.

 


After a day of boating on a lake with his friend, Simms,  the Respondent, Isen, put his boat on a trailer and towed it out of the water with his automobile into the parking lot adjacent to the lake.  While Isen was making preparations to transport the boat to another lake,  Simms was standing to the side of the boat.   Isen attempted to secure a cover to his boat with a bungee cord that he hooked to a cleat on one side of the boat and stretched the width of the boat to the other side.   The cord slipped from his hand and the metal hook on the end of the cord struck Simms in the eye.  As a result of the injuries he suffered, Simms commenced an action, claiming $2 million in damages.  In addition, his wife claimed $200,000 under the Family Law Act.  In a separate application before the Federal Court,  Isen sought to limit the scope of his liability to $1 million pursuant to s. 577(1)  of the Canada Shipping Act , as amended.   The parties agreed that Isens boat was a ship within the meaning of the Act, but the issue was whether the Simms claims arose from an occasion involving a ship and therefore a matter of maritime law or whether this was a provincial matter involving property law and civil rights.

 

The Federal Court held that the personal injury to Simms constituted claims arising on any distinct occasion involving a ship with a tonnage of less than 300 tons. The decision that the Federal Court had jurisdiction to determine the limitation of liability issue was upheld on appeal.  The Applicants seek leave to appeal.

 


February 13, 2004

Federal Court of Canada

(Snider J.)

 

Applicants action in damages found to be a maritime matter; Applicants action for limitation of liability pursuant to s.577(1)  of the Canada Shipping Act  allowed

 

 

 

May 6, 2005

Federal Court of Appeal

(Décary [dissenting], Nadon and Sexton JJ.A.)

 

Appeal dismissed

 

 

 

August 5, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE LAFFAIRE

 

Droit constitutionnel - Partage des compétences - Droit maritime - Limitation de la responsabilité - Compétence de la Cour fédérale - Le demandeur a subi des lésions corporelles à côté dune embarcation de plaisance quon venait de retirer dun lac - Lincident relèvet-il du « droit maritime » qui ressortit à la Cour fédérale en vertu de la Loi sur les Cours f é d é rales , L.R.C. 1985, ch.   F-7 , permettant à celle-ci de statuer sur la question de la limitation de la responsabilité relative à une créance pour lésions corporelles présentée en vertu de la Loi sur la marine marchande du Canada , L.R.C. 1985, ch.   S.9 , modifiée par la Loi modifiant la Loi sur la marine marchande du Canada (responsabilité en matière maritime), L.C. 1998, ch. 6?

 

Après une journée dexcursion en bateau sur un lac avec son ami Simms, lintimé Isen a placé son bateau sur une remorque quil a tirée hors de leau avec son automobile dans un parc de stationnement adjacent au lac. Pendant que Isen faisait le nécessaire en vue de transporter son bateau à un autre lac, Simms était debout à côté du bateau. Isen a entrepris de bien fixer la bâche du moteur au moyen dun câble élastique, accrochant un bout du câble sur un taquet fixé sur le bord du bateau et en accrochant lautre extrémité de lautre côté du bateau après étirement du câble sur la largeur du bateau. La corde a glissé de ses mains et le crochet en métal est allé frapper loeil de Simms. Par suite des lésions quil a subies, Simms a intenté une action réclamant 2 000 000 $ en dommages-intérêts. En outre, son épouse a réclamé 200 000 $ en vertu de la Loi sur le droit de la famille. Isen a présenté une demande distincte à la Cour fédérale, lui demandant de limiter sa responsabilité à 1 000 000 $ en application du par.   577(1)  de la Loi sur la marine marchande du Canada , modifiée. Les parties ont convenu que le bateau de Isen était un « navire » au sens de la Loi, mais la question était de savoir si les créances des Simms résultent dun événement « impliquant un navire », constituant ainsi une question de droit maritime, ou sil sagissait dune question de compétence provinciale touchant à la propriété et aux droits civils.

 


La Cour fédérale a conclu que les lésions corporelles subies par Simms constituaient des « créances nées dun même événement impliquant un navire jaugeant moins de 300 tonneaux ». La décision portant que la Cour fédérale avait compétence pour statuer sur la question de la limitation de la responsabilité a été confirmée en appel. Les demandeurs sollicitent une autorisation dappel.

 


13 février 2004

Cour fédérale du Canada

(Juge Snider)

 

Action en dommages-intérêts du demandeur jugée relever du droit maritime; action du demandeur en limitation de la responsabilité fondée sur le par.   577(1)  de la Loi sur la marine marchande du Canada , accueillie

 

 

 

6 mai 2005

Cour dappel fédérale

(Juge Décary [dissident], juges Nadon et Sexton)

 

Appel rejeté

 

 

 

5 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

31055               Joseph D. Hall v. Cooper Industries, Inc. (B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram:              McLachlin C.J. and Binnie and Charron JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA31729, 2005 BCCA 290, dated May 25, 2005, is dismissed with costs.

 

 La demande dautorisation dappel de larrêt de la Cour dappel de la Colombie‑Britannique (Vancouver), numéro CA31729, 2005 BCCA 290, daté du  25 mai 2005, est rejetée avec dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Torts - Negligence - Product liability - What is the proper test of causation in failure to warn cases - Should the risk principle be incorporated into the law of causation - Should Fontaine v. British Columbia (Official Administrator), [1998 ] 1 S.C.R.  424 apply generally to proof of causation in product liability cases - What is the proper test for assessing contributory negligence.

 

The Applicant was injured when using a clamp designed and manufactured by the Respondent for handling steel plates in steel fabricating and processing plants. The Applicant was using the clamp to move a large piece of steel onto a plasma table for cutting. As he used a hand held control to guide the steel plate to a position over the table, it fell onto the Applicants leg.  The Applicant sued for damages, claiming that the Respondent was negligent in the design, manufacturing and distributing of the clamp and in failing to warn that it would fail if it did not carry a minimum load weight of 1,000 lbs. The Respondent denied negligence on its part or that there was any minimum load weight for the clamp.  It argued that the Applicant had been negligent in his use of the clamp and his employer negligent in failing to adequately instruct and supervise Hall in the use of the clamp.

 


February 24, 2004

Supreme Court of British Columbia

(Paris J.)

 

Applicants action in negligence allowed.  Applicant found 50 per cent contributorily negligent and awarded damages in the amount of $578,203.37

 

 

 


May 25, 2005

Court of Appeal for British Columbia

(Saunders, Levine and Thackray JJ.A.)

 

 

 

 

 

Respondents appeal allowed and action in negligence dismissedAugust 23, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE LAFFAIRE

 

Responsabilité civile - Négligence - Responsabilité du fait du produit - Quel est le critère de causalité applicable dans les affaires où il y a violation de lobligation de mettre en garde? - Le « principe du risque » devrait‑il être incorporé aux règles de droit applicables en matière de causalité? - Larrêt Fontaine c. Colombie‑Britannique (Official Administrator), [1998] 1 R.C.S. 424, devrait-il sappliquer en général à la preuve de causalité dans les affaires de responsabilité du fait du produit? - Quel est le critère applicable pour déterminer la négligence concourante?

 

Le demandeur sest blessé en utilisant une pince conçue et fabriquée par lintimée pour la manutention des plaques dacier dans les usines de fabrication et de traitement de lacier. Le demandeur sest servi de la pince pour déplacer un grand morceau dacier sur une table de découpage au plasma. Pendant quil dirigeait la plaque dacier au‑dessus de la table à laide dune commande à main, la plaque est tombée sur sa jambe. Il a intenté une action en dommages‑intérêts, alléguant que  lintimée avait fait preuve de négligence dans la conception, la fabrication et la distribution de la pince et du fait quelle avait omis davertir que le bon fonctionnement de la pince était conditionnel à une charge minimale de 1 000 lb. Lintimée sest défendue davoir fait preuve de négligence et a nié que la pince nécessitait une charge minimale. Elle a soutenu que le demandeur avait fait preuve de négligence en utilisant la pince et que lemployeur avait été négligent en nassurant pas à M. Hall une formation et une surveillance adéquates en ce qui concerne lutilisation de la pince.

 


24 février 2004

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(Juge Paris)

 

Action en négligence du demandeur accueillie. Le demandeur a été jugé responsable de négligence concourante dans une proportion de 50 pour cent et sest vu accorder des dommages‑intérêts de 578 203,37 $

 

 

 

25 mai 2005

Cour dappel de la Colombie‑Britannique

(Juges Saunders, Levine et Thackray)

 

Appel de lintimée accueilli et action en négligence rejetée

 

 

 

23 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

31075                    Carl Wendell Skeir v. Her Majesty the Queen (N.S.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram: McLachlin C.J. and Binnie and Charron JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Nova Scotia Court of Appeal, Number CAC 237148, 2005 NSCA 86, dated June 1, 2005, is dismissed.

 

 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Nouvelle‑Écosse, numéro CAC 237148, 2005 NSCA 86, daté du 1er juin 2005, est rejetée.

 

CASE SUMMARY

 

Canadian Charter  - Criminal - Right to counsel - Whether an arrest under s. 494  of the Criminal Code  by a private security officer is subject to s. 10(b)  of the Charter ?

 


On November 27, 2003, the Applicant, Skeir and a Ms. Fong wheeled a shopping cart out the door of a Sears store in Halifax.  They had not paid for items in the shopping cart. Mr. Novelli, a security guard employed by Sears, stopped Skeir and Ms. Fong, and told them they were arrested for theft.  Mr. Novelli advised them of their right to counsel in the following terms:

 

You have the right to remain silent.  If you give up the right to remain silent, anything you say can be used against you in a court of law.  You have the right to an attorney.  If you cant afford an attorney, an attorney can and will be provided for you via Legal Aid Services.  Do you understand?

 

Skeir then told Mr. Novelli that they were going to the car to retrieve Ms. Fongs purse.  The police charged Skeir and Ms. Fong and they were tried separately.

 

A voir dire was conducted to determine the admissibility of Skeirs statement to Mr. Novelli, that they were going to the car to obtain Ms. Fongs purse.  The defence submitted that Mr. Novellis caution did not satisfy Skeirs informational right respecting counsel under s. 10(b)  of the Charter  and Skeirs subsequent statement should be excluded under s. 24(2) .

 

The trial judge concluded that the security guard was not subject to the Charter  and, even if he was, Skeirs statement should not be excluded under s. 24(2)  of the Charter .  Skeir was convicted of theft and breach of probation.  The Court of Appeal dismissed Skeirs appeal.

 


November 19, 2004

Provincial Court of Nova Scotia

(Crawford J.)

 

Applicant convicted of theft under $5,000 and breach of probation

 

 

 

June 1, 2005

Nova Scotia Court of Appeal

(MacDonald C.J.N.S., Fichaud and Cromwell JJ.A.)

 

Appeal dismissed

 

 

 

August 30, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Charte canadienne  - Criminel - Droit à lassistance dun avocat - Lalin é a   10 b )  de la Charte  sapplique‑t‑il à une arrestation effectuée en vertu de lart. 494  du Code criminel  par un agent de sécurité privé?

 

Le 27 novembre 2003, le demandeur et une femme du nom de Fong sont sortis du magasin Sears de Halifax avec un chariot sans en avoir payé le contenu. Un gardien de sécurité employé de Sears, M. Novelli, a stoppé M. Skeir et Mme Fong et leur a dit quils étaient arrêtés pour vol; il les a informés de leur droit à lassistance dun avocat en ces termes :

 

[traduction] Vous avez le droit de garder le silence. Si vous renoncez à ce droit, tout ce que vous dites peut être utilisé contre vous dans une cour de justice. Vous avez droit à lassistance dun avocat. Si vous navez pas les moyens de payer un avocat, un avocat peut vous être fourni et vous sera fourni par lintermédiaire de lAide juridique. Comprenez‑vous?

 

Monsieur Skeir a alors dit à M. Novelli quils allaient à la voiture prendre le sac à main de Mme Fong. La police a porté des accusations contre M. Skeir et Mme Fong, et des procès séparés ont eu lieu.

 


Un voir dire sest tenu pour déterminer ladmissibilité de la déclaration faite par M. Skeir à M. Novelli et selon laquelle ils se rendaient à la voiture pour prendre le sac à main de Mme Fong. Selon la défense, lavertissement donné par M. Novelli ne respectait pas le droit d’être informé du droit à lassistance dun avocat que garantit lal.   10 b )  de la Charte , et la déclaration subséquente de Skeir devait être écartée conformément au par.   24(2)  de la Charte .

 

La juge du procès a conclu que le gardien de sécurité n’était pas assujetti à la Charte  et que, même sil l’était, il ny avait pas lieu d’écarter la déclaration de M. Skeir en vertu du par.   24(2) . Ce dernier a été déclaré coupable de vol et de défaut de se conformer à une ordonnance de probation. La Cour dappel a rejeté lappel de M. Skeir.

 


19 novembre 2004

Cour provinciale de la Nouvelle‑Écosse

(Juge Crawford)

 

Demandeur condamné pour vol de moins de 5 000 $ et défaut de se conformer à une ordonnance de probation

 

 

 

1er juin 2005

Cour dappel de la Nouvelle‑Écosse

(Juge en chef MacDonald et juges Fichaud et Cromwell)

 

Appel rejeté

 

 

 

30 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel

 

 

 

 


 

30915                     Double N Earthmovers Ltd. v. City of Edmonton, Sureway Construction of Alberta Ltd. (Alta.) (Civil) (By Leave)

 

Coram: Major, Fish and Abella JJ.

 

 The application for an extension of time to file and serve the application for leave to appeal is granted and the application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Edmonton), Number 9803‑0167‑AC, 2005 ABCA 104, dated March 9, 2005, is granted with costs to the applicant in any event of the cause.

 

 La demande de prorogation de délai pour déposer et signifier la demande d’autorisation d’appel est accordée et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton), numéro 9803‑0167‑AC, 2005 ABCA 104, daté du 9 mars 2005, est accordée avec dépens en faveur de la demanderesse quelle que soit l’issue de l’appel.

 

CASE SUMMARY

 

Commercial law - Contracts - Tendering - Does the law permit a person calling for tenders to terminate his contractual obligations to other bidders simply by awarding the contract of work to one of the bidders - Do negotiations with 2 bidders amount to bid shopping - Does the law permit a person calling for tenders to have an absolute and unfettered discretion in evaluating tenders.

 

The Respondent City called for tenders to supply machines to move refuse.  The contract was awarded to the lowest and apparently compliant bidder, the Respondent Sureway, despite reports by the Applicant to the City that Sureways machines did not comply with the tender requirement that all machines be 1980 or newer.  After the contract was awarded, City officials discovered that Sureways machines were older than 1980.  They tried to compel Sureway to comply, but eventually waived the requirement.  The Applicant sued for breach of contract, claiming that the City should not have awarded the contract to Sureway without checking compliance with the specifications, and should have ended the contract when it discovered the non-compliance.  As the only other compliant bidder, the Applicant sued for damages for lost opportunity equal to the profit it would have made.

 



January 20, 1998

Court of Queens Bench of Alberta

(Marceau J.)

 

 

 

 

 

Applicants action in breach of contract and in  damages for lost opportunity dismissedMarch 9, 2005

Court of Appeal of Alberta

(McFadyen, Russell and Berger JJ.A.)

 

Appeal and cross-appeals dismissed

 

 

 

May 4, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 

September 20, 2005

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time to file and serve the application for leave to appeal under Rule 64(1) of the Rules of the Supreme Court of Canada, filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit commercial - Contrats - Appel doffres - La loi permet-elle à une personne qui lance un appel doffres de mettre fin à ses obligations contractuelles envers les autres soumissionnaires par le simple fait dadjuger le marché à un des soumissionnaires? - Les négociations avec deux soumissionnaires reviennent-elles à du marchandage de soumissions? - La loi confère-t-elle à une personne qui lance un appel doffres un pouvoir discrétionnaire absolu dans l’évaluation des soumissions?

 

La Ville intimée a lancé un appel doffres pour la fourniture de machines de transport de déchets.  Le marché a été adjugé au soumissionnaire le moins disant et apparemment conforme, lintimée Sureway et ce, malgré les rapports de la demanderesse à la Ville portant que les machines de Sureway n’étaient pas conformes à lexigence de lappel doffres selon laquelle toutes les machines devaient être des modèles 1980 ou plus récents.  Après ladjudication du marché, les fonctionnaires de la Ville ont découvert que les machines de Sureway étaient des modèles plus anciens que 1980. Ils ont essayé de contraindre Sureway à se conformer, mais ont fini par renoncer à lexigence.  La demanderesse a intenté une poursuite pour rupture de contrat, alléguant que la Ville intimée naurait pas dû adjuger le marché à Sureway sans vérifier la conformité aux cahier des charges, et aurait dû mettre fin au marché lorsquelle a découvert la non-conformité.  En tant que seule autre soumissionnaire conforme, la demanderesse a intenté une poursuite en dommages-intérêts pour possibilité perdue égale au bénéfice quelle aurait réalisé.

 


20 janvier 1998

Cour du banc de la Reine de lAlberta

(Juge Marceau)

 

Action de la demanderesse en rupture de contrat et en dommages-intérêts pour possibilité perdue rejetée

 

 

 

9 mars 2005

Court dappel de lAlberta

(Juges McFadyen, Russell et Berger)

 

Appel et appels incidents rejetés

 

 

 

4 mai 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 

20 septembre 2005

Cour suprême du Canada

 

Requête en prorogation du délai pour le dépôt et la signification de la demande dautorisation dappel en vertu de la règle 64(1) des Règles de la Cour suprême du Canada, déposée

 

 

 


 


30943                     Her Majesty the Queen v. Wendell Clayton and Troy Farmer (Ont.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram: Major, Fish and Abella JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Numbers C36722 and C37990, dated March 18, 2005, is granted.

 

 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéros C36722 et C37990, daté du 18 mars 2005, est  accordée.

 

CASE SUMMARY

 

Canadian Charter  - Criminal - Criminal Law - Detention - Evidence -   Roadblocks to investigate and prevent crime - Whether  imprecise language used by the Court of Appeal to set out a roadblock test leaves uncertainty in relation to the scope of police officers ancillary powers - Whether the roadblock test set out by the Court of Appeal is too respective, especially when compared with the roadblock test set out by the Quebec Court of Appeal - Whether the Court of Appeal erred in finding that the existence of individualized suspicion necessarily removes a general roadblock from the police response to a clear and present danger to the community - Whether the Court Appeal for Ontario erred in finding that the seriousness of a Charter  breach can be aggravated by a perceived failure to educate police officers on the ancillary powers doctrine.

 

Police responded to a gun call alerting them that about ten men had been seen in a parking lot and four were carrying illegal handguns.  The dispatcher described four cars associated with the men. The clubs parking lot had only two exits.   Two constables blocked the rear exit of the parking lot.  Troy Farmer and Wendell Clayton approached the roadblock in Farmers vehicle.   His car did not match the vehicle descriptions given to the police.  Farmer and Clayton were stopped, questioned and removed from Farmers vehicle.  Clayton fled and was apprehended.  Both men were arrested, searched, and found to be carrying handguns. The Court of Appeal held that a roadblock is a profound interference with the individual liberties of an indeterminate number of people and may only be used to investigate and prevent crime if there are reasonable grounds to suspect that a serious crime has been committed and a roadblock may apprehend the perpetrator.  The Crown challenges the formulation of the test and its application to this case. 

 


June 4, 2001

Ontario Superior Court of Justice

(Durno J.)

 

Respondents application to exclude handguns from evidence at their trial dismissed

 

 

 

21, 2001

Ontario Superior Court of Justice

(Durno J.)

 

Respondents convicted of multiple firearms offences.  Convictions for carrying a concealed weapon and possessing a loaded prohibited firearm contrary to s. 90(1)  and s. 95(1)  of the Criminal Code  respectively allowed to stand; Other convictions stayed

 

 

 

March 18, 2005

Court of Appeal for Ontario

(McMurtry C.J., Doherty and Lang JJ.A.)

 

Appeals against convictions allowed

 

 

 

May 17, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 


RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Charte canadienne  - Criminel - Droit criminel - Détention - Preuve - Barrages routiers pour enquêter et prévenir le crime - Limprécision des termes employés par la Cour dappel pour énoncer un critère applicable aux barrages routiers laisse‑t‑elle planer de lincertitude quant à la portée des pouvoirs accessoires des policiers? - Le critère relatif aux barrages routiers énoncé par la Cour dappel est‑il trop respectueux des droits, particulièrement si on le compare à celui énoncé par la Cour dappel du Québec en la matière? - La Cour dappel a‑t‑elle commis une erreur en concluant que lexistence de soupçons précis écarte nécessairement le recours à un barrage routier général comme mesure dintervention policière à l’égard dun danger clair et présent pour la collectivité? - La Cour dappel de lOntario a‑t‑elle commis une erreur en concluant que la gravité de la violation de la Charte  peut être augmentée par une omission apparente de faire connaître aux policiers la doctrine des pouvoirs accessoires?

 

La police a répondu à un appel relatif à des coups de feu linformant quenviron dix hommes avaient été vus dans un stationnement et que quatre dentre eux portaient des armes de poing illégales. Le répartiteur a donné la description de quatre automobiles reliées aux hommes. Le stationnement du club navait que deux sorties. Deux agents ont bloqué la sortie arrière. Troy Farmer et Wendell Clayton se sont approchés du barrage routier dans la voiture de Farmer, qui ne correspondait pas aux descriptions de véhicules données à la police. Farmer et Clayton ont été interceptés, sont sortis du véhicule de Farmer et ont été questionnés. Clayton sest enfui et a été appréhendé. Les deux hommes ont été arrêtés et fouillés, et on a trouvé des armes de poing sur eux. La Cour dappel a statué quun barrage routier constitue une grave atteinte aux libertés individuelles dun nombre indéterminé de personnes et ne peut être utilisé pour prévenir les crimes ou enquêter sur de tels événements que sil existe des motifs raisonnables de soupçonner quun crime grave a été commis et que le barrage permettra dappréhender son auteur. Le ministère public conteste l’énoncé du critère et son application à lespèce.

 


4 juin 2001

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Durno)

 

Demande des intimés en vue de faire exclure les armes de poing de la preuve à leur procès rejetée

 

 

 

21 juin 2001

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Durno)

 

Intimés déclarés coupables de plusieurs infractions liées aux armes à feu. Déclarations de culpabilité pour port dune arme dissimulée et possession dune arme à feu prohibée chargée en contravention respectivement des par.   90(1)  et 95(1)  du Code criminel  maintenues; autres déclarations de culpabilité suspendues

 

 

 

18 mars 2005

Cour dappel de lOntario

(Juge en chef McMurtry, juges Doherty et Lang)

 

Appels contre les déclarations de culpabilité accueillis

 

 

 

ai 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 

 


 

31065                    Information Commissioner of Canada v. Attorney General of Canada and Mel Cappe (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram: Major, Fish and Abella JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A‑223‑04, 2005 FCA 199, dated May 27, 2005, is dismissed with costs.

 


 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A‑223‑04, 2005 FCA 199, daté du 27 mai 2005, est rejetée avec dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Procedural law ‑ Evidence ‑ Production of legal opinion ‑ Administrative law ‑ Judicial review ‑ Whether the Federal Court of Appeal decision undermines Parliaments intent, as expressed in s. 36(2)  of the Access to Information Act , R.S.C. 1985, c. A-1 , that the Commissioner not be limited by claims of solicitor-client privilege in pursuing his investigations - Whether the Federal Court of Appeal decision undermines the mandate of the Commissioner to fully investigate and consider complaints filed by access requesters - Whether the Federal Court of Appeal gave insufficient consideration to certain factors.

 

Six requests were made to the Privy Council Office (PCO) pursuant to s. 36(2)  of the Access to Information Act , R.S.C. 1985, c. A-1  (the Act ) seeking access to the Prime Ministers daily agenda books. Prior to the responses being made, the PCO sought legal advice in respect of these requests and that advice was received in the form of legal advice memorandum. Following the PCOs response, the requester complained to the Information Commissioner of Canada (the Commissioner) that all of the records requested were not provided. Following the issuance of a subpoena duces tecum to the Respondent Mel Cappe, a number of records were released, but he refused production of the legal advice memorandum. By letter dated June 19, 2001, the Commissioners delegate provided the Respondent Cappe with his decision, and ordered the production of the legal advice memorandum. The Respondents sought relief before the Federal Court by way of judicial review.

 


March 25, 2004

Federal Court of Canada

(Dawson J.)

 

Respondents applications for judicial review of the Applicants right to conduct investigations pursuant to the Access to Information Act  dismissed

 

 

 

May 27, 2005

Federal Court of Appeal

(Desjardins, Noël and Malone JJ.A.)

 

Appeal allowed

 

 

 

August 26, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Procédure ‑ Preuve ‑ Production dun avis juridique ‑ Droit administratif ‑ Contrôle judiciaire ‑ La décision de la Cour dappel fédérale va-t-elle à lencontre de lintention du législateur fédéral, exprimée au par. 36(2)  de la Loi sur l  acc è s  à  l  information , L.R.C. 1985, ch. A-1 , que le Commissaire ne soit pas limité par les recours à lexception du secret professionnel de lavocat dans la poursuite de ses enquêtes?  - La décision de la Cour dappel fédérale sape-t-elle le mandat du Commissaire de faire une enquête et un examen complets relativement aux plaintes déposées par les demandeurs daccès?  - La Cour dappel fédérale a-t-elle omis de tenir suffisamment compte de certains facteurs?

 

Six demandes ont été faites au Bureau du Conseil privé («BCP») en application du par. 36(2)  de la Loi sur l  acc è s  à  l  information , L.R.C. 1985, ch. A-1  (la «Loi ») pour avoir accès aux agendas du premier ministre. Avant de répondre, le BCP a sollicité un avis juridique relativement à ces demandes; cet avis a été reçu sous forme d’écrit. Après que le BCP eut répondu, le demandeur sest plaint au Commissaire à linformation du Canada (le «Commissaire») que tous les documents demandés navaient pas été fournis. Après lenvoi dun subpeona duces tecum à lintimé Mel Cappe, un certain nombre de documents ont été fournis, mais ce dernier a refusé de produire lavis juridique donné par écrit. Dans une lettre datée du 19 juin 2001, le délégué du Commissaire a fourni sa décision à lintimé Cappe et a ordonné la production de lavis juridique écrit. Lintimé a demandé  un redressement à la Cour dappel fédérale par voie de contrôle judiciaire.



25 mars 2004

Cour fédérale du Canada

(Juge Dawson)

 

Demandes des intimés en vue dobtenir le contrôle judiciaire du droit du demandeur de faire des enquêtes en vertu de la Loi sur l  acc è s  à  l  information  rejetées

 

 

 

27 mai 2005

Cour dappel fédérale

(Juges Desjardins, Noël et Malone)

 

Appel accueilli

 

 

 

26 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

30680                     Ibrahim Ahmed v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

 

 The application for an extension of time is granted and the application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C39863, dated November 8, 2004, is dismissed.

 

 La demande de prorogation de délai est accordée et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C39863, daté du 8 novembre 2004, est rejetée.

 

CASE SUMMARY

 

Criminal Law - Charter  - Detention - Right to counsel - Fresh evidence - Whether the Court of Appeal for Ontario erred in failing to hold that the Applicant was detained and that his rights were violated in that he was not afforded his s. 10( b )  Charter  right to counsel prior to being initially questioned by the police - Whether the Court of Appeal for Ontario erred in holding that the fresh evidence that indicated that the complainant was not truthful in her evidence was not admissible and whether this constituted a miscarriage of justice.

 

On October 1, 1999, police were called to investigate an allegation of sexual assault.  They first attended at the complainants apartment where they took a brief oral statement in which she alleged a sexual assault by the Applicant.  The Applicant, at that time, lived in a connected building and was well-known to the complainant.  After speaking to the complainant, the two uniformed officers attended at the Applicants apartment to continue their investigation.  At about 2:00 a.m. they knocked on his apartment door.  He answered the door quickly.  The officers never entered the apartment but stood in the doorway.  The Applicant was also in the doorway but in his apartment.  When questioned about his whereabouts that evening the Applicant indicated that he had been sleeping all night and he denied being with the complainant that evening.  The issue at trial was whether the Applicant had been detained when he was questioned

 

by the police and therefore whether he should have been advised of his rights.  The trial judge ruled that the Applicants application to exclude these oral statements made just prior to his arrest should be dismissed.

 

At trial, the Applicant submitted a note purportedly written to the Applicant by the complainant.  During cross-examination, the complainant firmly denied being the author of the note or ever writing to the Applicant.  After the trial, the Applicant obtained a handwriting analysis.  The letter was compared to three other documents, two of which were available before the trial and one which was available prior to sentencing. The Court of Appeal refused to admit the proposed fresh evidence because the evidence did not meet the test as set out in Palmer

 



October 31, 2002

Ontario Superior Court of Justice

(McRae J.)

 

 

 

 

 

Applicant found guilty of sexual assault, assault and related offencesNovember 8, 2004

Court of Appeal for Ontario

(Catzman, Laskin and Blair JJ.A.)

 

Appeal from conviction dismissed

 

 

 

August 10, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal and notice of motion for extension of time filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit criminel - Charte  - Détention - Droit à lassistance dun avocat - Nouvel élément de preuve - La Cour dappel de lOntario a‑t‑elle commis une erreur en ne concluant pas que le demandeur a été détenu et que ses droits ont été violés du fait quil na pas pu faire valoir son droit à lassistance dun avocat garanti par lal.   10 b )  de la Charte  avant d’être interrogé en premier lieu par la police? - La Cour dappel de lOntario a-t-elle eu tort de conclure que le nouvel élément de preuve qui indiquait que la plaignante a menti dans son témoignage n’était pas recevable et a‑t‑elle, de ce fait, commis une erreur judiciaire?

 

Le 1er octobre 1999, la police a été appelée à enquêter sur une allégation dagression sexuelle. Les policiers se sont dabord rendus à lappartement de la plaignante où celle‑ci leur a fait une courte déclaration orale dans laquelle elle a allégué avoir été agressée sexuellement par le demandeur. À l’époque, ce dernier vivait dans un immeuble attenant et la plaignante le connaissait bien. Après avoir parlé à la plaignante, les deux policiers en uniforme se sont rendus à lappartement du demandeur afin de poursuivre leur enquête. Ils ont frappé à sa porte vers 2 h. Il a rapidement ouvert. Les policiers ne sont pas entrés dans lappartement, mais sont restés debout dans lentrée. Le demandeur est aussi resté dans lentrée, mais à lintérieur de son appartement. Interrogé sur ses déplacements ce soir‑là, le demandeur a répondu quil avait dormi toute la nuit et a nié s’être trouvé avec la plaignante au cours de la soirée. Au procès, il sagissait de déterminer si le demandeur était détenu au moment où il a été interrogé par les policiers et, par conséquent, sil aurait dû être informé de ses droits. Le juge du procès a conclu que la requête du demandeur visant à exclure les déclarations orales faites par lui juste avant son arrestation devait être rejetée.

 

Au procès, le demandeur a produit une note que lui aurait écrite la plaignante. Durant le contre‑interrogatoire, la plaignante a nié catégoriquement être lauteur de cette note ou avoir déjà écrit au demandeur. Après le procès, le demandeur a obtenu une analyse d’écriture. La lettre a été comparée à trois autres documents; deux dentre eux étaient disponibles avant le procès et le troisième l’était avant le prononcé de la peine. La Cour dappel a refusé dadmettre le nouvel élément de preuve proposé, celui‑ci ne respectant pas les critères énoncés dans Palmer

 


31 octobre 2002

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge McRae)

 

Demandeur reconnu coupable dagression sexuelle, de voies de fait et dinfractions connexes

 

 

 

8 novembre 2004

Cour dappel de lOntario

(Juges Catzman, Laskin et Blair)

 

Appel de la déclaration de culpabilité, rejeté

 

 

 

10 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel et avis de requête en prorogation de délai, déposés

 

 

 


 


30909                    Council of Canadians with Disabilities v. Via Rail Canada Inc. (F.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A‑238‑04, 2005 FCA 79, dated March 2, 2005, is granted with costs to the Applicant in any event of the cause.

 

 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A‑238‑04, 2005 FCA 79, daté du 2 mars 2005, est accordée avec dépens en faveur du demandeur quelle que soit l’issue de l’appel.

 

CASE SUMMARY

 

Administrative law - Human Rights law - Natural justice - Duty to accommodate - Costs - Did the Federal Court of Appeal err in law by evaluating undueness in Part V of the Canada Transportation Act in a manner incompatible with the unified approach to equality established by the Supreme Court of Canada in Meiorin? - Did the Federal Court of Appeal err in law by requiring as matter of natural justice or procedural fairness that the Agency conduct a trifurcated hearing process, and by imposing on the Agency the responsibility for inviting respondents to make submissions on costs and methods of accommodation.

 

The Canadian Transportation Agency rendered preliminary and final decisions which found that VIAs Renaissance passenger rail cars constituted undue obstacles to the mobility of persons in wheelchairs. On appeal to the Federal Court of Appeal, VIA argued that the Agency lacked jurisdiction to consider the existence of obstacles because there had been no actual incident in which a disabled person had encountered an undue obstacle with respect to his or her mobility. VIA also argued that the Agency erred in failing to consider whether an undue obstacle existed in the network as a whole. After the Agency issued its final decision, VIA obtained a detailed estimate of the cost of the changes directed by the Agency from a train expert at Bombardier. The expert estimated these costs at $48 million.

 


March 27, 2003

Canadian Transportation Agency

(3 member panel, Cashin [dissenting])

 

 

14 of 46 concerns raised by Applicants about features of Renaissance cars found to be undue obstacles (preliminary findings)

 

 

 

October 29, 2003

Canadian Transportation Agency

 

 

Final determinations; directed VIA to take corrective measures by re-designing and re-construction; 60 days to submit plan

 

 

 

March 10, 2004

Federal Court of Appeal

(Richard C.J., Rothstein and Noël JJ.A.)

 

Leave to appeal from both Agency decisions granted

 

 

 

March 2, 2005

Federal Court of Appeal

(Décary, Sexton and Evans JJ.A.)

 

Appeal allowed; matter referred back to Agency for reconsideration

 

 

 

May 2, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 


RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit administratif - Droits de la personne - Justice naturelle - Obligation de prendre des mesures dadaptation - Coûts - La Cour dappel fédérale a‑t‑elle commis une erreur de droit en évaluant le caractère « abusif », au sens de la partie V de la Loi sur les transports au Canada, dune manière incompatible avec la méthode unifiée en matière d’égalité adoptée par la Cour suprême du Canada dans larrêt Meiorin? - La Cour dappel fédérale a‑t‑elle commis une erreur de droit en exigeant, pour des raisons de justice naturelle ou d’équité procédurale, que lOffice tienne une audience en trois volets, et en imposant à ce dernier la responsabilité dinviter les intimés à présenter des observations sur les coûts et les méthodes dadaptation?

 

LOffice des transports du Canada a rendu des décisions préliminaires et définitives portant que les voitures Renaissance de VIA constituaient des obstacles abusifs aux possibilités de déplacement des personnes en fauteuil roulant. En appel devant la Cour dappel fédérale, VIA a fait valoir que lOffice navait pas compétence pour se prononcer sur lexistence dobstacles parce quil ny avait eu aucun incident réel dans lequel une personne ayant une déficience avait rencontré un obstacle abusif à ses possibilités de déplacement. VIA a également soutenu que lOffice avait commis une erreur en ne se demandant pas sil existait un obstacle abusif dans lensemble du réseau. Après que lOffice eut rendu sa décision définitive, VIA a obtenu dun expert en trains chez Bombardier une estimation détaillée des coûts des modifications exigées par lOffice. Lexpert a estimé ces coûts à 48 millions de dollars.

 


27 mars 2003

Office des transports du Canada

(formation de 3 membres, Cashin [dissident])

 

 

Quatorze des 46 préoccupations soulevées par les demandeurs à l’égard des caractéristiques des voitures Renaissance ont été jugées constituer des « obstacles abusifs » (conclusions préliminaires)

 

 

 

29 octobre 2003

Office des transports du Canada

 

 

Décisions définitives; on a ordonné à VIA de prendre des mesures correctives sur le plan de la conception et de la construction; 60 jours pour soumettre un plan

 

 

 

10 mars 2004

Cour dappel fédérale

(Juge en chef Richard, juges Rothstein et Noël)

 

Autorisation de porter les deux décisions de lOffice en appel accordée

 

 

 

2 mars 2005

Cour dappel fédérale

(Juges Décary, Sexton et Evans)

 

Appel accueilli; affaire renvoyée à lOffice pour réexamen

 

 

 

2 mai 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 

 

 


 

30970                    Jacques Bonnette et Dean & Fils Inc. c. Dominion Blueline Inc., Communication S.R.V.A. International Inc., Marc Stever, Robert Langlais, Denis Montpetit, Guylaine Dupuis et Martin Lamothe (Qc) (Civile) (Autorisation)

 

Coram: Les juges Bastarache, LeBel et Deschamps

 

 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500‑09‑013141‑031, daté du  5 avril 2005, est rejetée avec dépens.

 


 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montreal), Number 500‑09‑013141‑031, dated April 5, 2005, is dismissed with costs.

 

CASE SUMMARY

 

Property law - Copyright - Originality of a work - Whether the payroll books and statements designed by the applicants constitute a copyrighted work and, if so, whether the payroll books and statements designed by the respondents constitute infringing copies - Whether the Court of Appeal erred in its interpretation of the concept of colourable imitation set out in the Copyright Act  - Copyright Act , R.S.C. 1985, c. C-42, ss. 2  and 5  - Regulation respecting a registration system or the keeping of a register, R.R.Q., c. N-1.1, r. 6.

 

The respondents had long used payroll books and statements for which the applicants held, and continue to hold, a registered copyright.  In 1997, the applicants initiated negotiations with a view to selling their business and the related rights therein to the respondents.  The negotiations broke down, and the respondents decided to develop their own forms instead.

 

The applicants applied to the Superior Court to obtain an injunction against the respondents, as well as damages for copyright infringement and unfair competition.  The respondents filed a cross demand in damages for abuse of right and defamation.

 

The Superior Court held that the applicants were not the authors of original documents and that, moreover, there was no infringement or unfair competition on the part of the respondents.  The Court dismissed both parties’ claims. Only the applicants appealed against this judgment.  The Court of Appeal ruled that the payroll books did not constitute a protected original work, but the payroll statements did.  However, the Court found no copyright infringement or unfair competition on the part of the respondents.

 


January 22, 2003

Superior Court of Quebec

(Journet J.)

 

Application of the applicants Bonnette et Dean & Fils Inc. for permanent injunction and claim for damages for copyright infringement dismissed; cross demand of respondent Dominion Blueline Inc. in damages for defamation dismissed

 

 

 

April 5, 2005

Quebec Court of Appeal

(Delisle, Forget and Rochette JJ.A.)

 

Applicants’ appeal dismissed

 

 

 

June 6, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit des biens - Droit dauteur -  Originalité dune oeuvre - Les registres et relevés de paye conçus par les demandeurs constituent-ils une oeuvre protégée par un droit dauteur et si oui, les registres et relevés de paye conçus par les intimés en constituent-ils une contrefaçon?  La Cour dappel a-t-elle erré en interprétant de façon erronée la notion dimitation déguisée prévue à la Loi sur le droit d  auteur ?  - Loi sur le droit d  auteur , L.R.C. 1985, ch. C-42 , art. 2  et 5  - Règlement sur la tenue dun système denregistrement ou dun registre, R.R.Q. ch. N-1.1 r. 6.

 


Les intimés ont longtemps utilisé les registres et relevés de paye pour lesquels les demandeurs détenaient, et détiennent encore,  un enregistrement de droit d’auteur. Des négociations ont eu lieu en 1997, à l’initiative des demandeurs, en vue de vendre aux intimés leur entreprise et les droits afférents. Ces négociations ont échoué et les intimés ont plutôt choisi de développer leurs propres formulaires.

 

Les demandeurs se sont adressés à la Cour supérieure pour obtenir une injonction contre les intimés ainsi que des dommages-intérêts pour contrefaçon et concurrence déloyale. Les intimés ont déposé une demande reconventionnelle en dommages pour abus de droit et diffamation.

 

La Cour supérieure a jugé que les demandeurs n’étaient pas les auteurs des documents originaux  et que, de plus, il n’y avait ni contrefaçon ni concurrence déloyale de la part des intimés. Elle a rejeté les demandes des deux parties. Seuls les demandeurs en ont appelé de ce jugement. La Cour d’appel a décidé que les registres de paye ne constituaient pas une oeuvre originale protégée mais les relevés de paye, oui; elle a par contre estimé qu’il n’y avait pas eu contrefaçon de la part des intimés, ni concurrence déloyale.

 


Le 22 janvier 2003

Cour supérieure du Québec

(Le juge Journet)

 

Rejet de la demande d’injonction permanente et dommages-intérêts des demandeurs Bonnette et Dean & Fils Inc. pour violation de droits d’auteur; rejet de la demande reconventionnelle des intimés Dominion Blueline Inc. en dommages pour diffamation

 

 

 

Le 5 avril 2005

Cour d’appel du Québec

(Les juges Delisle, Forget et Rochette)

 

Rejet de l’appel des demandeurs

 

 

 

Le 6 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 

 


 

30974                     P.G. Restaurant Ltd. dba Mama Panda Restaurant v. Cariboo Press (1969) Ltd., Cariboo Press (1969) Ltd. dba The Prince George Free Press, Prince George Free Press and Michelle Lang (B.C.) (Civil) (By Leave)

 

Coram: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA031776, 2005 BCCA 210, dated April 8, 2005, is dismissed with costs.

 

 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de la Colombie‑Britannique (Vancouver), numéro CA031776, 2005 BCCA 210, daté du 8 avril 2005, est rejetée avec dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Torts - Libel and Slander - Libel - Procedural law - Courts - Appeal  - Standard of review - Should the standard of appellate review in connection with a finding that an article is defamatory differ from the standard applicable to findings of fact generally - Where a headline and opening sentences of an article are clearly sensationalist and defamatory, must the trier of fact finely scrutinize potential antidote language found elsewhere in the article in deciding whether the article is defamatory - Can an appellate court in a libel action justify intervention on the basis that the trial judges analysis fails to expressly refer to all relevant portions of the article in arriving at the conclusion that the article as a whole was defamatory - Was the Court of Appeal correct in concluding that the common law principles of causation restated by this Court in Athey v. Leonati do not apply to the tort of libel?

 


On July 18, 1999, The Prince George Free Press ran a story with the headline, “Vomit serves up virus at buffet”. The evidence indicated that a patron had vomited once on a buffet table and once on the adjacent floor. Employees immediately removed all but two of the food inserts from the affected table, cleaned the surface of the table with cloths soaked in a bleach solution, and mopped the floor. Thirteen people who visited the restaurant that day contracted the Norwalk virus; seven of them (including the man who vomited and his wife) were patrons. They could have become ill by inhaling the virus, by eating replacement food upon which airborne viruses had settled, or by touching the table surface that remained contaminated despite having been cleaned. There was no direct evidence that they had eaten from the table after the incident or had eaten contaminated food.

 

The trial judge found that the clean-up was what would have been expected in the circumstances, but that it was not adequate to cope with the Norwalk virus. However, the article was defamatory in that it had suggested that vomit had been left on the tables, which was not accurate. Immediately following publication of the article, sales at the restaurant fell by approximately 50 per cent. Despite substantial efforts to improve sales and a clarification published in the Free Press in December, sales did not improve. With losses mounting, the restaurant closed permanently in January 2002.

 

Seeking damages in excess of $1 million, the Applicant brought a defamation action against the Free Press, its publisher, its editor, the journalist who wrote the story and the Board; it also claimed against the Board in negligence. The trial judge found that the Respondents were liable for defamation and assessed damages at $633,423. The Court of Appeal found that the trial judge had made reversible errors in identifying the sting of the article and in assessing damages. It allowed the appeal and dismissed the counter-appeal. Upon a request for a re-hearing, it issued a clarification

.


March 4, 2004

Supreme Court of British Columbia

(Goepel J.)            

 

Applicants action in libel granted, Respondents  to pay $633, 423 in damages

 

 

 

April 8, 2005

Court of Appeal for British Columbia

(Saunders, Thackray and Oppal JJ.A.)

 

Appealed allowed; cross-appeal dismissed

 

 

 

June 7, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Responsabilité civile - Libelle et diffamation - Libelle - Procédure - Tribunaux - Appel - Norme de contrôle - La norme de contrôle en appel à l’égard dune conclusion portant quun article est diffamatoire devrait‑elle différer de la norme applicable aux conclusions de fait en général? - Lorsque le titre et les premières phrases dun article sont clairement sensationnalistes et diffamatoires, le juge des faits doit‑il, pour décider la question de savoir si larticle est diffamatoire, en examiner soigneusement les autres parties pour découvrir des termes susceptibles de constituer un « antidote »? - Un tribunal dappel peut‑il, dans une action pour libelle, justifier son intervention pour le motif que le juge de première instance ne mentionne pas expressément toutes les parties pertinentes de larticle dans lanalyse qui la amené à conclure que celui‑ci était diffamatoire dans son ensemble? - La Cour dappel a‑t‑elle eu raison de conclure que les principes de common law en matière de causalité, repris par notre Cour dans larrêt Athey c. Leonati, ne sappliquent pas au délit de libelle?

 


Le 18 juillet 1999, le Prince George Free Press a publié un article intitulé [traduction] « Un virus servi en vomi dans un buffet ». La preuve révélait qu’un client avait vomi une fois sur une table de buffet et une autre fois sur le plancher adjacent. Des employés ont immédiatement emporté tous les plats de nourriture qui se trouvaient dans la table en question, sauf deux, ont nettoyé le dessus de la table avec des linges trempés dans une solution d’eau de Javel et ont essuyé le plancher. Treize personnes qui se sont rendues au restaurant ce jour‑là ont contracté le virus de Norwalk; sept d’entre elles (y compris l’homme qui a vomi et son épouse) étaient des clients. Elles ont pu tomber malades en inhalant le virus, en mangeant de la nourriture de remplacement sur laquelle s’étaient déposés des virus en suspension dans l’air ou en touchant au dessus de la table qui était demeuré contaminé même après avoir été nettoyé. Il n’y avait aucune preuve directe établissant qu’elles avaient mangé à la table après l’incident ou qu’elles avaient mangé de la nourriture contaminée.

 

Le juge de première instance a conclu que le nettoyage correspondait à ce à quoi on pouvait s’attendre dans les circonstances, mais que ce n’était pas suffisant pour neutraliser le virus de Norwalk. L’article était néanmoins diffamatoire en ce qu’il laissait entendre que du vomi avait été laissé sur les tables, ce qui n’était pas le cas. Immédiatement après la publication de l’article, les ventes du restaurant ont chuté d’environ 50 pour cent. En dépit des efforts considérables faits pour relancer les ventes et de la publication d’une mise au point dans le Free Press en décembre, les ventes n’ont pas augmenté. Les pertes s’accumulant, le restaurant a fermé définitivement ses portes en janvier 2002.

 

Demandant des dommages‑intérêts de plus d’un million de dollars, la demanderesse a intenté une action en diffamation contre le Free Press, son éditeur, son rédacteur en chef, le journaliste qui a écrit l’article et le bureau d’hygiène; elle a également poursuivi le bureau d’hygiène pour négligence. Le juge de première instance a tenu les intimés responsables de diffamation et a évalué les dommages à 633 423 $. La Cour d’appel a conclu que le juge de première instance avait commis des erreurs donnant ouverture à révision dans la définition du tort causé par l’article et l’évaluation des dommages. Elle a accueilli l’appel et rejeté l’appel incident. Sur réception d’une demande en vue de la tenue d’une nouvelle audience, elle a apporté des précisions.

.


4 mars 2004

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(Juge Goepel)       

 

Action en libelle de la demanderesse accueillie, intimés condamnés à des dommages‑intérêts de 633 423 $

 

 

 

8 avril 2005

Cour d’appel de la Colombie‑Britannique

(Juges Saunders, Thackray et Oppal)

 

Appel accueilli; appel incident rejeté

 

 

 

7 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 

 


 

30997                    Normand Evrard v. Her Majesty the Queen - AND - Joseph Evrard v. Her Majesty the Queen (Que.) (Criminal) (By Leave)

 

Coram: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

 

 The applications for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montreal), Number 500‑10‑002472‑023, dated April 26, 2005, are dismissed without costs.  The application for leave to cross‑appeal is dismissed without costs.

 

 Les demandes d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500‑10‑002472‑023, daté du 26 avril 2005, sont rejetées sans dépens. La demande d’appel incident est rejetée sans dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Criminal law - Offences - Evidence - Directed verdict - Whether the Quebec Court of Appeal erred in setting aside the Applicants acquittal for attempted robbery without requiring the Crown to satisfy the Appellate Court that the verdict would not necessarily have been the same had the trial judge not directed that the accused be acquitted of attempted robbery and be allowed to enter a plea of guilty to attempted theft, as required by section 686 (4) (b) (I) and as interpreted by the Honourable Court in the case of R. v. Vezeau (1976), 28 C.C.C. (2d) 81.


The Applicants were accused of attempted theft  and of conspiracy to commit robbery  Normand Evrard was also accused of possessing a loaded restricted firearm without authorization or the proper license. At trial, the Applicants testified and admitted the identity of the three co-accused and the fact that they planned to take the money in a Secur truck. They also admitted to conspiring to the theft. The Crown alleged that Norman Evrard was armed with an offensive weapon at the time of the theft. The Applicants argued that the conspiracy in which the accused participated at no time included the use of weapons. Joseph Evrard testified that Normands function was to give the others enough warning to get away fast. He also stated that the Secur guards had a shotgun and they did not want any physical interaction with them for that reason. The other co-accused testified that they had no knowledge that Normand Evrard had a gun in his possession on the day of the crime. Norman Evrard pleaded guilty to a count of possession of a loaded restricted firearm. The other co-accused were acquitted by the jury of the possession charge. All three pled guilty to an included offense of attempted theft after the trial judge granted a motion for a directed verdict on the attempted robbery charge. The Quebec Court of Appeal ordered a new trial on the attempted robbery charge holding that there was enough evidence to have let the case go to the jury. It ordered a new trial on a charge of conspiracy to commit theft which had not been left to the jury as an included offence in the count of conspiracy to commit robbery.

 


November 6, 2002

Superior Court of Quebec

(Zigman J.)

 

Applicants convicted of attempted theft (s. 322  of the Criminal Code ); Normand Evrard convicted of possessing a loaded restricted firearm without authorization or the proper license (s. 95(2)  of the Criminal Code ); Applicants acquitted of conspiracy to commit robbery

 

 

 

April 26, 2005

Court of Appeal of Quebec (Montreal)

(Morin, Rochon and Hilton JJ.A.)

 

Respondents appeal allowed; Convictions of theft quashed; New trial ordered for the charges of attempted  robbery and conspiracy to commit theft

 

 

 

June 22, 2005

Supreme Court of Canada

 

First application for leave to appeal filed

 

 

 

June 22, 2005

Supreme Court of Canada

 

Second application for leave to appeal filed

 

 

 


August 18, 2005

Supreme Court of Canada

 

Response and application for leave to cross-appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit criminel - Infractions - Preuve - Verdict imposé - La Cour dappel du Québec a-t-elle commis une erreur en annulant lacquittement du demandeur à l’égard de laccusation de tentative de vol qualifié sans obliger le ministère public de convaincre la cour dappel que le verdict naurait pas nécessairement été le même si le juge du procès navait pas donné la directive portant que laccusé soit acquitté de tentative de vol qualifié et autorisé à inscrire un plaidoyer de culpabilité à l’égard de laccusation de tentative de vol, comme le prescrit le sous-alinéa  686 (4) (b) (I) et selon linterprétation donnée par lhonorable Cour dans larrêt R. c. Vezeau (1976), 28 C.C.C. (2d) 81.

 


Les demandeurs ont été accusés de tentative de vol et de complot en vue de commettre un vol qualifié.  Normand Evrard a également été accusé de possession dune arme à feu à autorisation restreinte chargée, sans autorisation ou sans le permis requis. Au procès, les demandeurs ont témoigné et avoué lidentité des trois coaccusés et le fait quils avaient planifié de prendre largent dans un camion Secur. Ils ont également avoué avoir comploté en vue de commettre le vol. Le ministère public a allégué que Normand Evrard était armé dune arme offensive au moment du vol. Les demandeurs ont plaidé que le complot auquel les accusés ont participé navait en aucun temps eu pour objet lusage darmes. Dans son témoignage, Joseph Evrard a affirmé que Normand avait pour tâche de donner aux autres un avertissement suffisant pour leur permettre de senfuir rapidement. Il a également affirmé que les gardiens de Secur avaient un fusil et quils ne voulaient pas sen prendre à eux physiquement pour cette raison. Dans leurs témoignages, les autres coaccusés ont affirmé quils ne savaient pas que Normand Evrard avait une arme en sa possession le jour du crime. Normand Evrard a plaidé coupable à un chef de possession darme à feu à autorisation restreinte. Les autres coaccusés ont été acquittés par le jury de laccusation de possession. Tous les trois ont plaidé coupable à une infraction incluse de tentative de vol après que le juge du procès eut accueilli une requête de verdict imposé sur laccusation de tentative de vol qualifié. La Cour dappel du Québec a ordonné un nouveau procès sur laccusation de tentative de vol qualifié, statuant quil y avait suffisamment d’éléments de preuve pour soumettre laffaire au jury. La Cour dappel a ordonné un nouveau procès sur une accusation de complot de vol qui navait pas été soumise au jury comme infraction incluse sur le chef de complot en vue de commettre un vol qualifié.

 


6 novembre 2002

Cour supérieure du Québec

(Juge Zigman)

 

Demandeurs déclarés coupables de tentative de vol (art. 322  du Code criminel ); Normand Evrard déclaré coupable de possession dune arme à feu à  autorisation restreinte chargée, sans autorisation ou sans le permis requis (par. 95(2)  du Code criminel ); Demandeurs acquittés de complot en vue de commettre un vol qualifié

 

 

 

26 avril 2005

Cour dappel du Québec (Montréal)

(Juges Morin, Rochon et Hilton)

 

Appel de lintimée accueilli; Déclarations de culpabilité à l’égard de laccusation de vol annulées; Nouveau procès ordonné pour les accusation de tentatives de vol qualifié et de complot en vue de commettre un vol

 

 

 

22 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Première demande dautorisation dappel déposée

 

 

 

22 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Deuxième demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

 

 

 

 

 

18 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Réponse et demande dautorisation de pourvoi incident déposées

 

 

 


 

31013                    Jorge Goncalves et Stylianos Prekatsounakis (Goncalves Prekatsounakis, & Associates) c. 9124‑7445 Québec Inc. et 9107‑6778 Québec Inc. (Qc) (Civile) (Autorisation)

 

Coram: Les juges Bastarache, LeBel et Deschamps

 

 La demande de prorogation de délai est accordée et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500–09‑015325‑053, daté du 14 avril 2005, est rejetée avec dépens

 

 The application for an extension of time is granted and the application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal of Quebec (Montreal), Number  500–09‑015325‑053, dated April 14, 2005, is dismissed with costs.

 

CASE SUMMARY

 


Property law Hypothecs Legal hypothec in favour of persons having taken part in the construction or renovation of an immovable Motion to cancel hypothec Requirements for valid hypothec Whether the trial judge erred in ruling that the work had not been requested by the owner Whether the trial judge erred in ruling that the written declaration of the work (art. 2728 C.C.Q.) was insufficient in the circumstances Whether the trial judge erred in his determination of the date the work was completed.

 

The applicants, who had been hired by 9107‑6778 Quebec Inc. to renovate an immovable leased by its franchisee, 9124-7445 Quebec Inc., walked off the work site following a disagreement with the immovables owner and subsequently published a legal construction hypothec (art. 2724 C.C.Q.) against the building because of an outstanding debt owed for services rendered ($60,000).  In the Court of Quebec, the franchisee (9124-7445) obtained cancellation of the hypothec for failure to meet the requirements of a construction hypothec. More specifically, the Court ruled that the work had not been requested by the immovables owner, as required under art. 2726 C.C.Q., and that, at any rate, the notices sent to the owner by the applicants were not detailed enough to constitute a written declaration within the meaning of art. 2728 C.C.Q. Moreover, in any event, the Court ruled that the hypothec had not been published within 30 days of the work having been completed, as required under art. 2727 C.C.Q. The Court of Appeal dismissed the applicants motion for leave to appeal.

 


December 21, 2004

Court of Quebec

(Pinsonnault J.)

 

Motion of respondent 9124-7445 Quebec Inc. to cancel construction hypothec allowed

 

 

 

April 14, 2005

Quebec Court of Appeal

(Rayle J.A.)

 

Motion for leave to appeal dismissed

 

 

 

June 30, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal and motion for extension of time to file an application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit des biens Hypothèques Hypothèque légale en faveur des personnes qui ont participé à la construction ou à la rénovation dun immeuble Requête en radiation dhypothèque Conditions de recevabilité Le premier juge a-t-il erré en décidant que les travaux navaient pas été demandés par le propriétaire? A-t-il erré en décidant que lavis de dénonciation des travaux (art. 2728 C.c.Q.) était insuffisant dans les circonstances? A-t-il erré dans sa détermination de la date de la fin des travaux?

 

Les demandeurs, engagés par 9107‑6778 Québec Inc. pour rénover un immeuble loué par sa franchisée 9124-7445 Québec Inc., ont, après avoir quitté le chantier en raison dune mésentente avec le propriétaire de limmeuble, publié une hypothèque légale de la construction (2724 C.c.Q.) contre limmeuble en raison dun solde impayé pour les services rendus (60 000 $). Devant la Cour du Québec, la franchisée (9124-7445) a obtenu la radiation de lhypothèque en raison du non-respect des conditions de constitution de lhypothèque. Plus particulièrement, la Cour a jugé que les travaux navaient pas été requis par le propriétaire de limmeuble comme lexige lart. 2726, et que de toutes façons, les avis envoyés au propriétaire par les demandeurs n’étaient pas suffisamment détaillés pour valoir dénonciation au sens de lart. 2728.  De plus, et quoi quil en soit, la Cour a jugé que la publication de lhypothèque navait pas été faite « dans les trente jours de la fin des travaux » comme lexige lart. 2727. La Cour dappel a rejeté la requête des demandeurs pour permission dappel.

 


Le 21 décembre 2004

Cour du Québec

(Le juge Pinsonnault)

 

Requête de lintimée 9124-7445 Québec Inc. en radiation dune hypothèque de la construction accueillie

 

 

 


Le 14 avril 2005

Cour dappel du Québec

(La juge Rayle)

 

 

 

 

 

Requête pour permission dappel rejetéeLe 30 juin 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel et requête en prorogation de délai pour déposer une demande dautorisation dappel déposées

 

 

 


 

31027                    Centre de traitement en imagerie virtuelle Inc., Logiciels Digits’n Art Inc., Robert Landry et Pierre Lachapelle c. Ministre du Revenu du Québec et Sous‑ministre du Revenu du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation)

 

Coram: Les juges Bastarache, LeBel et Deschamps

 

 La demande accessoire de mise sous scellés est rejetée et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du Québec (Montréal), numéro 500‑09‑015500‑051, daté du 7 juillet 2005, est rejetée avec dépens.

 

 The ancillary motion for a sealing order is dismissed and the application for leave to appeal from the judgment of the Quebec Court of Appeal (Montréal), No. 500‑09‑015500‑051, dated July 7, 2005, is dismissed with costs.

 

CASE SUMMARY

 

Procedure - Judgments & Orders - Documents seized pursuant to provisions of Quebecs Act respecting the Ministère du Revenu - Impounding of documents - Documents sealed - Applicable tests for an order to seal documents - Whether the prescription set out in s. 78 of Quebecs Act respecting the Ministère du Revenu, R.S.Q., c. M-31, is on its own sufficient to support a finding that the irreparable harm and balance of convenience tests favour the state.

Four authorizations to search were granted by Galarneau J. on June 5, 2003, pursuant to the Act respecting the Ministère du Revenu, R.S.Q., c. M-31 (the Act), further to allegations that the applicants had, among other things, made false statements contrary to s. 62 of the Act. The searches were carried out on June 11, 2003.

 

The applicants contested the legality of the warrants by bringing a motion in evocation, certiorari and mandamus to quash the seizures and challenge the constitutionality of s. 38(d) of the Act. On July 16, 2003, Le Bel J. of the Superior Court ordered that all of the items seized during the searches be sealed until final judgment was rendered on the motion in evocation, certiorari and mandamus.  

 

On March 10, 2005, the Superior Court dismissed the motion in evocation, certiorari and mandamus. The applicants then contested this decision before the Court of Appeal, while in parallel proceedings seeking to have the seized documents impounded and sealed.

 

On May 18, 2005, Bich J.A. of the Court of Appeal allowed the application for leave to appeal. Pursuant to art. 513 C.C.P., Bich J.A. deferred the applicants motion for provisional execution of the impounding and sealing of all seized documents and equipment to a panel of three Court of Appeal justices. The Court of Appeal dismissed the motion to impound and seal. 

 


July 16, 2003

Superior Court of Quebec

(Le Bel J.)

 

Applicants motion for a safeguard order and application for sealing allowed until final judgment on motion in evocation

 

 

 


March10, 2005

Superior Court of Quebec

(Picard J.)        

 

 

 

 

 

Motion in evocation, certiorari and mandamus and application for remedy under ss. 7 , 8  and 24(1)  of the Charter  dismissed

 

 


May 18, 2005

Quebec Court of Appeal

(Bich J.A.)

 

Application for leave to appeal allowed

 

 

 

July 7, 2005

Quebec Court of Appeal

(Morissette, Hilton and Côté JJ.A.)

 

Motion for provisional execution of the impounding and sealing of all items seized pending appeal dismissed

 

 

 

August 5, 2005

Supreme Court of Canada

 

Applications for leave to appeal and interim safeguard order filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Procédure - Jugements & Ordonnances - Documents saisis conformément aux dispositions de la Loi sur le ministère du revenu du Québec - Entiercement des documents - Mise sous scellé - Quels sont les critères dapplication dune ordonnance de mise sous scellés?-  La prescription de lart. 78 de la Loi sur le ministère du revenu du Québec, L.R.Q., c. M-31, peut-elle constituer le seul élément pour conclure que les critères de préjudice irréparable et de la balance des inconvénients favorisent  l’État?

 

Quatre autorisations de perquisitionner ont été accordées par le juge Galarneau le 5 juin 2003 conformément à la Loi sur le ministère du Revenu, L.R.Q., M-31 (ci-après la Loi ), suite à des dénonciations selon lesquelles les demandeurs auraient, entre autres, fait de fausses déclarations contrairement à lart. 62  de la Loi . Ces autorisations ont été exécutées le 11 juin 2003.

 

Les demandeurs ont contesté la légalité des mandats au moyen dune requête en évocation, certiorari et mandamus afin de casser les saisies et dattaquer la constitutionnalité de lart. 38d)  de la Loi . Le 16 juillet 2003, la juge Le Bel  de la Cour supérieure ordonne la mise sous scellés de tous les effets saisis lors de lexécution des perquisitions jusquau jugement final sur la requête en évocation, certiorari et mandamus.

 

Le 10 mars 2005, la Cour supérieure rejette la requête en évocation, certiorari et mandamus. Les demandeurs contestent alors, devant la Cour dappel, cette précédente décision et recherchent parallèlement lentiercement et la mise sous scellés des documents saisis.

 

Le 18 mai 2005, la juge Bich de la Cour dappel accueille la requête pour permission dappeler. Conformément à lart. 513 C.p.c., la juge Bich défère à un banc de trois juges de la Cour dappel la requête des demandeurs en «exécution provisoire de lentiercement et de la mise sous scellés de tous les documents et les équipements saisis». La Cour dappel rejette la requête en entiercement et de mise sous scellé.

 


Le 16 juillet 2003

Cour supérieure du Québec

(La juge Le Bel)

 

Requête des demandeurs en ordonnance de sauvegarde et demande de mise sous scellé accueillies jusquau jugement final sur la requête en évocation

 

 

 

Le 10 mars 2005

Cour supérieure du Québec

(La juge Picard)

 

Requête en évocation certiorari mandamus et demande de réparation en vertu des articles 7 , 8  et 24(1)  de la Charte  rejetées

 

 

 



Le 18 mai 2005

Cour dappel du Québec

(La juge Bich)

 

 

 

 

 

Requête pour permission dappeler accueillieLe 7 juillet 2005

Cour dappel du Québec

(Les juges Morissette, Hilton et Côté)

 

Requête en exécution provisoire de lentiercement et de la mise sous scellés de tous les effets saisis pendant linstance en appel rejetée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le 5 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demandes dautorisation dappel et de sauvegarde intérimaire déposées

 

 

 


 

31035                     Robert Wasmund v. Carol Anne Cotter (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

 

 The motion for a sealing order and  a publication ban is dismissed and the application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C42134, dated May 13, 2005, is dismissed without costs.

 

 La requête visant à obtenir une ordonnance de mise sous scellés et une interdiction de publication est rejetée et la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C42134, daté du 13 mai 2005, est rejetée sans dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Family law - Common law relationship - Custody and access - Joint custody - Child Support - Lump sum retroactive child support- Division of property -  Costs - Procedural law - Trial - Offers of Settlement - Evidence - Publication ban - Trial judge awarding mother sole custody with access to father - Trial judge making certain awards based on his understanding of agreements between the parties - Costs awarded to mother despite fathers acceptance of portions of a severable offer to settle - Whether trial judge erred

 

The parties cohabited with one another for six years and had three children.  The mother had a high paying job and brought a house into the relationship which was sold and another purchased in joint names.  The father was employed from time to time, earning approximately $53,000 per annum .    The mother was unemployed at the time of trial.  At trial, the issues of custody and access, child support and retroactive child support, spousal support and retroactive spousal support, division of property and costs were litigated.

 

The trial judge awarded sole custody to the mother with specified access to the father.  The mother abandoned her claim to spousal support and the trial judge gave effect to a concession that was allegedly made that she receive the first $36,000 from the sale of their  home.  The mother was also awarded arrears of child support totalling $8,703 and costs in the amount of $32,100.  The Applicant was also ordered to pay $967 per month in ongoing child support.  The trial judge declined to grant the Applicants motion for a sealing order and publication ban on his reasons for judgment as the motion had been brought several months after publication of the decision.  The Applicants appeals were dismissed by the Court of Appeal.

 



June 14, 2004

Ontario Superior Court of Justice

(Perkins J.)

 

Sale of the matrimonial property ordered for a price of not less than $365,000.00 of which the Respondent to keep the first $36,000.00 of the profit and the rest to be split equally; Respondent granted sole custody and primary residence of children with access awarded to the Applicant; Applicant ordered to pay child support in the amount of $967.00 per month and child support arrears in the amount of $8,703.00

 

 

 

 

March 29, 2005

Ontario Superior Court of Justice

(Perkins J.)

 

Applicant ordered to pay Respondent by way of costs the sum of $32,100.00

 

 

 

May 13, 2005

Court of Appeal for Ontario

(McMurtry C.J.O. and Doherty and LaForme JJ.A.)

 

Appeal dismissed

 

 

 

August 10, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit de la famille - Union de fait - Garde et accès - Garde conjointe - Pension alimentaire pour enfants - Montant forfaitaire de pension alimentaire rétroactive pour enfants - Partage des biens - Dépens - Procédure - Procès - Offres de règlement - Preuve - Ordonnance de non‑publication - Le juge de première instance a accordé la garde exclusive à la mère et des droits daccès au père - Il a ordonné le paiement de certaines sommes en se fondant sur son interprétation des ententes conclues entre les parties - Les dépens ont été adjugés à la mère même si le père a consenti à des parties dune offre de règlement divisible - Le juge de première instance a-t-il commis une erreur?

 

Les parties ont cohabité pendant six ans et ont eu trois enfants. La mère, dont les revenus demploi étaient élevés, a fait lapport dune maison au ménage; la maison a ensuite été vendue et une autre a été acquise au nom des deux parties. Le père travaillait de temps à autre et gagnait environ 53 000 $ par année. La mère était sans emploi au moment du procès. Au procès, les questions en litige ont porté sur la garde et laccès, la pension alimentaire pour enfants actuelle et rétroactive, la pension alimentaire pour conjoint actuelle et rétroactive, le partage des biens et les dépens.

 

Le juge de première instance a conféré la garde exclusive à la mère et des droits daccès précis au père. La mère sest désistée de sa demande de pension alimentaire pour conjoint et le juge de première instance a donné acte dune concession qui lui aurait été faite de toucher la première tranche de 36 000 $ du produit de la vente de la maison. La mère a également obtenu des arriérés de pension alimentaire pour enfants s’élevant à 8 703 $ et 32 100 $ au titre des dépens. Le demandeur a également été condamné à verser une pension alimentaire pour enfants de 967 $ par mois. Le juge de première instance a rejeté la requête du demandeur visant lobtention dune ordonnance de mise sous scellés et de non-publication de ses motifs parce que la requête avait été présentée plusieurs mois après la publication de sa décision. La Cour dappel a rejeté les appels du demandeur.

 



14 juin 2004

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Perkins)

 

Ordonnance de vente du bien matrimonial pour un prix dau moins 365 000 $, une première tranche de 36 000 $ du profit étant attribuée à lintimée et le reste divisé en parts égales; garde exclusive et résidence principale des enfants confiées à lintimée, droits daccès au demandeur; demandeur condamné à verser une pension alimentaire pour enfants de 967 $ par mois et des arriérés s’élevant à 8 703 $

 

 

 

29 mars 2005

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Perkins)

 

Demandeur condamné à payer à lintimée la somme de 32 100 $ au titre des dépens

 

 

 

13 mai 2005

Cour dappel de lOntario

(Juge en chef McMurtry, juges Doherty et LaForme)

 

Appel rejeté

 

 

 

10 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 

31036                    Croplife Canada v. City of Toronto (Ont.) (Civil) (By Leave)

 

Coram: Bastarache, LeBel and Deschamps JJ.

 

 The application for leave to appeal from the judgment of the Court of Appeal for Ontario, Number C41220, dated May 13, 2005, is dismissed with costs.

 

 La demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel de l’Ontario, numéro C41220, daté du 13 mai 2005, est rejetée avec dépens.

 

CASE SUMMARY

 

Constitutional law - Division of powers - Paramountcy doctrine - Validity - Municipal by-law - Whether Toronto by‑law is constitutionally inoperative under the doctrine of federal paramountcy because it frustrates a federal legislative purpose - Whether Toronto by‑law frustrates the purpose of the Pest Control Products Act,  R.S.C. 1985, c. P-9  by depriving Canadians  of the benefits that the federal regime is designed to confer.

 

The Applicant is a trade association representing manufacturers, distributors and developers of pesticides for use in, inter alia,  agriculture and in urban settings in Canada.  The city had unsuccessfully applied to the Ministry for approval to enact a by-law dealing with pesticides without success as the Ministry did not want to proceed on a patchwork basis, hoping to develop a uniform scheme throughout the province.  The Ministry took no alternate steps, however, and the city followed up by passing By-law No. 456-2003 pursuant to s. 130 of the Municipal Act, 2001, S.O. 2001, c.25, claiming its authority to do so under the general power to regulate the health, welfare, morals and safety.  The By-law purported to regulate the use of pesticides within the city boundaries.  Croplife Canada sought to have the By-law quashed on the grounds that it was ultra vires the city. Croplifes application was dismissed, as was its appeal from that decision

 



December 8, 2003

Ontario Superior Court of Justice

(Somers J.)

 

 

 

 

 

Applicants application for an Order quashing the Respondents by-law dismissedMay 13, 2005

Court of Appeal for Ontario

(Goudge, Feldman and Lang JJ.A.)

 

Appeal dismissed

 

 

 

August 10, 2005

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 

 


 

RÉSUMÉ DE L’AFFAIRE

 

Droit constitutionnel - Partage des compétences - Doctrine de la prépondérance - Validité - Règlement municipal - Le règlement de Toronto est-il constitutionnellement inopérant par lapplication de la doctrine de la prépondérance fédérale du fait quil entrave la réalisation dun objet législatif fédéral?  - Le règlement de Toronto entrave-t-il la réalisation de lobjet de la Loi sur les produits antiparasitaires,  L.R.C. 1985, ch. P-9  en privant les Canadiens des avantages que le régime fédéral vise à conférer.

 

La demanderesse est une association commerciale qui représente les fabricants, les distributeurs et les concepteurs de pesticides destinés notamment à lutilisation en agriculture et dans les milieux urbains au Canada.  La ville avait demandé au ministère lautorisation de prendre un règlement portant sur les pesticides, mais sans succès, puisque le ministère ne voulait pas procéder à la pièce et espérait élaborer un régime uniforme à l’échelle de la province. Cependant, le ministère na pas pris dautres mesures, si bien que la ville a adopté le Règlement no 456-2003 en application de lart. 130 de la Loi de 2001 sur les municipalités, L.O. 2001, ch.25, invoquant son pouvoir général de réglementer la santé, le bien-être, la moralité et la sécurité.  Le règlement visait à réglementer lutilisation de pesticides à lintérieur des limites de la ville.  Croplife Canada a cherché à faire annuler le règlement pour le motif quil excédait la compétence de la ville. La demande de Croplife a été rejetée, de même que son appel de cette décision.

 


8 décembre 2003

Cour supérieure de justice de lOntario

(Juge Somers)

 

Demande du demandeur visant à obtenir une ordonnance annulant le règlement de lintimée rejetée

 

 

 

13 mai 2005

Cour dappel de lOntario

(Juges Goudge, Feldman et Lang)

 

Appel rejeté

 

 

 

10 août 2005

Cour suprême du Canada

 

Demande dautorisation dappel déposée

 

 

 


 



MOTIONS

 

REQUÊTES

 


4.11.2005

 

Before / Devant: THE REGISTRAR

 


Motion to extend the time in which to serve and file the appellants record, factum and book of authorities

 

Jocelyn Hotte

 

c. (31029)

 

Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.)

 

Requête en prorogation du délai de signification et de dépôt des dossier, mémoire et recueil de sources de lappelant

 

 

 


GRANTED / ACCORDÉE   Délai prorogé au 1er décembre 2005.

 

 

7.11.2005

 

Before / Devant: CHARRON J.

 


Motion to extend the time in which to serve and file the joint factum and book of authorities of the interveners Canadian Newspaper Association and Canadian Community Newspaper Association

 

Heather Robertson

 

v.

 

Thomson Corporation, et al.

 

- AND -

 

Thomson Corporation, et al.

 

v. (30644)

 

Heather Robertson (Ont.)

 

Requête en prorogation du délai de signification et de dépôt des mémoire et recueil de sources des intervenants l’Association canadienne des journaux et la Canadian Community Newspaper Association

 

 

 


GRANTED / ACCORDÉE   Time extended to November 14, 2005.

 

 


8.11.2005

 

Before / Devant: THE REGISTRAR

 


Motion to extend the time in which to serve the respondent Arthur Henry Devicks response

 

Heather Bernice Devick

 

v. (31089)

 

Arthur Henry Devick, et al. (B.C.)

 

Requête en prorogation du délai de signification de la réponse de l’intimé Arthur Henry Devick

 

 

 


GRANTED / ACCORDÉE   Time extended to October 13, 2005.

 



NOTICE OF APPEAL FILED SINCE LAST ISSUE

 

AVIS D’APPEL DÉPOSÉS DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION


                                                                                                                                                                                                                  


3.11.2005

 

Hassan Almrei

 

v. (30929)

 

The Minister of Citizenship & Immigration, et al. (F.C.)

 

(By leave)

 

 

7.11.2005

 

Alain Beaudry

 

c. (31195)

 

Sa Majesté la Reine (Qc)

 

(De plein droit)

 

 

10.11.2005

 

Terry Shull

 

v. (30998)

 

Attorney General of Canada on behalf of the United States of America (B.C.)

 

(By leave)

 

 

10.11.2005

 

Leonard Fiessel

 

v. (30998)

 

Attorney General of Canada on behalf of the United States of America (B.C.)

 

(By leave)

 

 

 


10.11.2005

 

Robert Shull

 

v. (30998)

 

Attorney General of Canada on behalf of the United States of America (B.C.)

 

(By leave)

 

 

10.11.2005

 

(Jose) Raul Monter Ortega

 

v. (30998)

 

Attorney General of Canada on behalf of the United Mexican States (B.C.)

 

(By leave)

 


 



NOTICES OF INTERVENTION FILED SINCE LAST ISSUE

 

AVIS D’INTERVENTION DÉPOSÉS DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION


                                                                                                                                                                                                                  

 

03.11.2005

 

BY/PAR:                Procureur général du Québec 

 

IN/DANS:              Sa Majesté la Reine

 

c. (30533)

 

Dale Sappier et Clark Polchies (N.B.)

 

 

9.11.2005

 

BY / PAR:              Attorney General of Quebec 

Attorney General of British Columbia

 

The Attorney General of Canada

 

v. (30755)

 

George Hislop, et al.

 

- AND -

 

George Hislop, et al.

 

v. (30755)

 

The Attorney General of Canada (Ont.)

 

 

10.11.2005

 

BY / PAR:              Attorney General of Ontario

Attorney General of Alberta  

 

The Attorney General of Canada

 

v. (30755)

 

George Hislop, et al.

 

- AND -

 

George Hislop, et al.

 

v. (30755)

 

The Attorney General of Canada (Ont.)

 

 



APPEALS HEARD SINCE LAST ISSUE AND DISPOSITION

 

APPELS ENTENDUS DEPUIS LA DERNIÈRE PARUTION ET RÉSULTAT

 


 

10.11.2005

 

CORAM:               La juge en chef McLachlin et Bastarache, Binnie, LeBel, Fish, Abella et Charron JJ.

 


B.V.N.

 

v. (30512)

 

Her Majesty the Queen

 

- AND -

 

Her Majesty the Queen

 

v. (30514)

 

B.W.P. (B.C.) (Crim.)

 

 

 


Brock Martland and Reginald P. Harris for the appellant (30512)

 

Jo-Ann Natuik, Ami Kotler and Dale Tesarowski for the appellant (30514)

 

James C. Robb, Q.C. for the intervener Attorney General of Alberta (30512 & 30514)

 

Martha Mackinnon for the intervener Canadian Foundation for Children Youth and the Law (30512 & 30514)

 

Cathy Lane Goodfellow and Patricia G. Yuzwenko for the intervener The Youth Criminal Defense Office (30512 & 30514)

 

Jennifer Duncan for the respondent (30512)

 

Jason Miller for the respondent (30514)

 

Jonathan Rudin and Kimberly R. Murray for the intervener Aboriginal Legal Services of Toronto Inc. (30514)

 

Miriam Bloomenfeld and Melissa Ragsdale for the intervener Attorney General of Ontario (30512 & 30514)

 

 


 

RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ

 



Nature of the case:

 

30512

 

Criminal law - Sentencing - Principles of sentencing under Youth Criminal Justice Act,  S.C. 2002, c. 1  - Is general deterrence a principle to be considered in imposing a sentence under the Youth Criminal Justice Act ?

 

 

 

 

 

30514

 

Criminal law - Sentencing - Principles of sentencing under Youth Criminal Justice Act,  S.C. 2002, c. 1  - Is general deterrence a principle to be considered in imposing a sentence under the Youth Criminal Justice Act ? - Whether Court of Appeal erred in holding that deterrence may not be considered in sentencing under the Youth Criminal Justice Act  - Whether Court of Appeal erred in principle in its interpretation of Section 42(2) (o) of the Youth Criminal Justice Act .

 

Nature de la cause:

 

30512

 

Droit criminel - Détermination de la peine - Principes de détermination de la peine applicables à l’égard de la  Loi  sur le système de justice pénale pour adolescents, L.C.   2002, ch. 1  - La dissuasion générale est-elle un principe qui doit être pris en compte dans la détermination d’une peine en vertu de la  Loi  sur le système de justice pénale pour adolescents ?

30514

 

Droit criminel - Principes de détermination de la peine applicables à l’égard de la Loi  sur le système de justice pénale pour adolescents L.C. 2002, ch. 1  - La dissuasion générale est-elle un principe qui doit être pris en compte dans la détermination d’une peine en vertu de la  Loi  sur le système de justice pénale pour adolescents? - La Cour d’appel a-t-elle fait erreur en décidant que ce principe ne pouvait pas être pris en compte? - La Cour d’appel a-t-elle commis une erreur de principe dans son interprétation de l’al. 42(2) o) de la Loi  sur le système de justice pénale pour adolescents?


 

 

14.11.2005

 

Coram:    The Chief Justice McLachlin and Major, Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Vernon Roy Mazzei

 

v. (30415)

 

Director of Adult Forensic Psychiatric Services, et al. (B.C.) (Crim.)

 

Rod Holloway and Garth Barriere for the Appellant.

 

Sara Blake and Heather Mackay for the Intervener Attorney General of Ontario. (No Oral Argument)

 

Joseph J. Arvay, Q.C. and Mark G. Underhill for the Intervener British Columbia Review Board.

 

Anita Szigeti for the Intervener Mental Health Legal Advocacy Coalition. (No Oral Argument)

 

Angela R. Westmacott and Deborah K. Lovett, Q.C. for the Respondent Director of Adult Forensic Psychiatric Services.

 

George H. Copley, Q.C., Lyle Hillaby, for the Respondent Attorney General of British Columbia.

 

Maureen D. Forestell, Joseph Wright for the Intervener Ontario Review Board, et al. (No Oral Argument)

 

David W. Mossop, Q.C. for the Intervener Community Legal Assistance Society. (No Oral Argument)

 

 

 


RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ



Nature of the case:

 

Criminal Law (Non Charter) - Sentencing - Administrative law - Jurisdiction - Whether British Columbia Review Board has jurisdiction to impose conditions  of a disposition order  on the Director of Adult Forensic Psychiatric Service - Criminal Code , R.S.C. 1985, c. C-46 , Part XX.1, s. 672.54.

 

Nature de la cause :

 

Droit criminel (excluant la Charte ) - Détermination de la peine - Droit administratif - Compétence - La Commission d’examen de la Colombie-Britannique a-t-elle le pouvoir d’imposer, dans une décision, des obligations au directeur des Adult Forensic Psychiatric Services? - Code criminel , L.R.C. 1985, ch. C-46 , partie XX.1, art. 672.54.

 

 

 


 

15.11.2005

 

Coram:    The Chief Justice McLachlin and Bastarache, Binnie, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Her Majesty the Queen

 

v. (30319)

 

Dennis Rodgers (Ont.) (Crim.)

 

Kenneth L. Campbell and Michal Fairburn for the Appellant, (Respondent on cross-appeal)

 

Ronald C. Reimer for the Intervener Attorney General of Canada.

 

Sabin Ouellet and Annie-Claude Bergeron pour l’intervenant Procureur général du Québec.

 

Peter P. Rosinski for the Intervener Attorney General of Nova Scotia.

 

William B. Richards for the Intervener Attorney General of New Brunswick.

 

Beverly MacLean for the Intervener Attorney General of British Columbia.

 

Gregory Lafontaine and Vincenzo Rondinelli for the Respondent, (Appellant on cross-appeal)

 

 

 


RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ

 



Nature of the case: 

 

Canadian Charter  - Criminal - Criminal Law - DNA warrants -  Authorization to take bodily samples from a repeat sex offender on parole granted in ex parte proceedings under  s. 487.055  of the Criminal Code  - Whether s. 487.055(1) of the Criminal Code  infringes ss. 7 , 8 , 11(h)  or 11(i)  of the Canadian Charter of Rights and Freedoms  - If so, is the infringement a reasonable limit under s. 1? - Whether the Court of Appeal erred in defining the term “ex parte” with s. 487.055(1)  of the Criminal Code  as meaning “presumptively on notice” - Whether the Court of Appeal erred in concluding that proceeding ex parte resulted in an incurable loss of jurisdiction requiring reversal.

 

Nature de la cause :

 

Charte canadienne  - Criminel - Droit criminel - Mandats de prélèvements génétiques - Autorisation de prélever des échantillons de substances corporelles sur un délinquant sexuel récidiviste en liberté conditionnelle accordée ex parte conformément à l'art. 487.055  du Code criminel  - Le par. 487.055(1) du Code criminel  contrevient-il aux art. 7  et 8  et à l’al. 11 h )  ou i) de la Charte ? - Dans l'affirmative, cette atteinte constitue-t-elle une limite raisonnable au sens de l'article premier? - La Cour d'appel a-t-elle commis une erreur de droit en donnant au terme « ex parte » employé au par. 487.055(1)  du Code criminel  le sens de « présumément après signification »? - La Cour d'appel

a-t-elle commis une erreur en concluant que la procédure ex parte avait entraîné une perte irrémédiable de compétence appelant annulation?

 

 

 


 

15.11.2005

 

Coram:    The Chief Justice McLachlin and Bastarache, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Rogers Communications Incorporated, et al.

 

v. (30462)

 

Sandra Buschau, et al. (B.C.)

 

Irwin G. Nathanson, Q.C. and Stephen R. Schachter, Q.C. for the appellant Rogers Communications Incorporated.

 

Jennifer J. Lynch and Joanne Lysyk for the appellant National Trust Company.

 

John N. Laxton, Q.C. and Robert D. Gibbens for the Respondents.

 

 

 


RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ

 


Nature of the case: 

 

Labour law - Pensions - Was the British Columbia Court of Appeal correct in finding that the rule in Saunders v. Vautier (1841), 4 Beav. 115, (1841), 49 E.R. 282, aff’d (1841) 41 E.R. 482 (Ch.), permits the termination of a modern pension trust without the intervention of the court and outside of the provisions of the Pension Benefits Standards Act - If so, does the employer have an interest in respect of the trust - What is the nature and scope of an employer’s obligation to act in good faith in the administration of a pension plan.

 

Nature de la cause :

 

Droit du travail - Régimes de retraite - La Cour d’appel de la Colombie‑Britannique a‑t‑elle eu raison de conclure que la règle établie dans l’arrêt Saunders c. Vautier (1841), 4 Beav. 115, (1841), 49 E.R. 282, conf. par (1841) 41 E.R. 482 (Ch.)  permet la liquidation d’un régime de retraite moderne sans que n’intervienne le tribunal et que ne s’appliquent les dispositions de la Pension Benefits Standards Act ? - Dans l’affirmative, l’employeur a‑t‑il un droit à l’égard du régime? - Quelle est la nature et l’étendue de l’obligation d’un employeur d’agir de bonne foi dans l’administration d’un régime de retraite?

 

 

 


 

16.11.2005

 

Coram:    The Chief Justice McLachlin and Major, Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Maribel Anaya Castillo

 

v. (30534)

 

Antonio Munoz Castillo (Alta.)

 

Anne Kirker and Catherine McAteer for the appellant.

 

Robert J. Normey for intervener Attorney General of Alberta..

 

Avon Mersey and Michael Sobkin for the respondent.

 

 

 


DISMISSED WITH REASONS TO FOLLOW / REJETÉE AVEC MOTIFS À SUIVRE

 



JUDGMENT

 

The appeal from the judgment of the Court of Appeal of Alberta (Calgary), Number 02‑0207‑AC, 2004 ABCA 158, dated July 9, 2004, was heard this day  and the following judgment was rendered:

 

 

 

The Chief Justice (orally) – The appeal is dismissed.  Reasons to follow.

 

 

JUGEMENT

 

L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel de l’Alberta (Calgary), numéro 02‑0207‑AC, 2004 ABCA 158, en date du 9 juillet 2004, a été entendu aujourd’hui et le jugement suivant a été rendu:

 

[traduction]

 

La Juge en chef (oralement) – L’appel est rejeté.  Motifs à suivre.

 

 

 

Nature of the case:  

 

Statutes – Interpretation – Procedural law – Limitation of actions – Torts – Motor vehicles – Motor vehicle accident occurring in California where limitation period is one year – Parties both Alberta residents – Action commenced in Alberta after two years less one day – Alberta limitation period is two years – Alberta Limitations Act s. 12 providing Alberta limitation period applies “notwithstanding” claim will be adjudicated under “substantive law of another jurisdiction” –  Whether Court of Appeal erred in its interpretation of s. 12 Limitations Act by failing to give effect to plain language of section, and failing to properly consider admissible extrinsic aids reflecting intention of Alberta Legislature to change the common law – Whether s. 12 of the Limitations Act exceeds the legislative competence of the Alberta Legislature to the extent that it purports to apply the law of Alberta to an accident that occurred outside of the province of Alberta, contrary to the territorial limits on provincial jurisdiction – Limitations Act, R.S.A. 2000, c. L-12, s. 12.

 

Nature de la cause :

 

Législation – Interprétation – Procédure – Prescription – Responsabilité civile – Véhicules automobiles – Accident de la circulation survenu en Californie où s’applique  un délai de prescription d’un an – Les parties sont toutes les deux des résidents de l’Alberta – Action intentée après deux ans moins un jour en Alberta – Le délai de prescription applicable en Alberta est de deux ans – L’article 12 de la Limitations Act de l’Alberta prévoit que le délai de prescription en vigueur dans cette province s’applique [traduction] « malgré » le fait que l’affaire sera jugée selon le « droit substantiel d’un autre ressort » – La Cour d’appel a-t-elle interprété de façon erronée l’art. 12 de la Limitations Act en ne donnant pas effet au libellé clair de cet article et en ne tenant pas dûment compte d’outils extrinsèques admissibles qui reflètent l’intention de la législature albertaine de modifier la common law? – L’article 12 de la Limitations Act excède-t-il la compétence législative de l’Alberta dans la mesure où il a pour effet d’appliquer le droit albertain à un accident survenu en dehors de l’Alberta, en contravention des limites territoriales de la compétence provinciale? – Limitations Act, R.S.A. 2000, ch. L-12, art. 12.

 

 

 


 


16.11.2005

 

Coram:    The Chief Justice McLachlin and Major, Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Industrial Wood & Allied Workers of Canada, Local 700

 

v. (30391)

 

GMAC Commercial Credit Corporation of Canada, et al. (Ont.)

 

Stephen Wahl and Andrew J. Hatnay for the appellant/respondent on cross-appeal.

 

Benjamin Zarnett and Frederick L. Myers for the respondent KPMG Inc.

 

Orestes Pasparakis and Susan E. Rothfels for the Respondent/appellant on cross-appeal GMAC Commercial Credit Corporation of Canada.

 

 

 


RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ

 


Nature of the case: 

 

Commercial law – Bankruptcy - Receivership - Labour law - Collective agreement - Successor employer - Interim receivership order containing clause protecting receiver from status of successor employer under collective agreement - Order containing clause preventing anyone from bringing action against receiver without leave of court - Whether Court of Appeal changed established test for leave to commence proceedings against trustee in bankruptcy or receiver - What is the effect of s. 14.06(1.2)  of the Bankruptcy and Insolvency Act  on the issue of successor employer liability.

 

Nature de la cause :

 

Droit commercial - Faillite - Mise sous séquestre - Droit du travail- Convention collective - Nouvel employeur - Ordonnance de mise sous séquestre provisoire précisant que le séquestre n’est pas un nouvel employeur pour l’application de la convention collective - Ordonnance mettant le séquestre à l’abri de toute action intentée sans l’autorisation du tribunal - La Cour d’appel a-t-elle modifié le critère applicable lorsqu’il s’agit d’autoriser ou non une procédure contre un syndic de faillite ou un séquestre? - Quelle est l’incidence du par. 14.06 (1.2)  de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité  sur la responsabilité du nouvel employeur?

 

 

 


 

17.11.2005

 

Coram:    Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Ontario (Minister of Finance)

 

v. (30580)

 

Placer Dome Canada Limited (Ont.)

 

Anita C. Veiga-Minhinnett and Leslie M. McIntosh for the appellant.

 

Al Meghji, Mahmud Jamal and Jacqueline Code for the respondent.

 

 

 


RESERVED / EN DÉLIBÉRÉ

 



Nature of the case: 

 

Statutes - Interpretation - Did the appellate court err in interpreting “hedging” too narrowly, in light of the inclusion of “all consideration received or receivable from hedging” in the definition of “proceeds” - Did the appellate court err in shifting the burden of proof to the Minister, contrary to Supreme Court of Canada decisions in the interpretation of taxation statutes - Did the appellate court err in giving undue weight to an administrative practice, estopping the Crown from interpreting the meaning of “hedging” under its current policy for taxation years which are not statute-barred.

 

Nature de la cause :

 

Législation - Interprétation - La cour d’appel a-t-elle donné une interprétation trop restrictive au terme « couverture » alors que l’expression « toute contrepartie reçue ou recevable à la suite d’opérations de couverture » figure dans la définition de « recettes »? - La cour d’appel a-t-elle commis une erreur en déplaçant le fardeau de la preuve vers le Ministre, contrairement aux décisions de la Cour suprême du Canada portant sur l’interprétation des lois fiscales? - La cour d’appel a-t-elle commis une erreur en accordant trop d’importance à une pratique administrative, empêchant l’État d’interpréter le terme « couverture » en vertu de sa politique générale actuelle pour les années d’imposition qui ne sont pas prescrites?

 

 

 


 

17.11..2005

 

Coram:    Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 


Yvon Rodrigue

 

c. (30899)

 

Sa Majesté la Reine (Qc) (Crim.)

 

Josée Ferrari pour l’appelant.

 

Pierre Proulx et Henrie-Pierre LaBrie pour l’intimée.

 

 

 


DISMISSED / REJETÉE

 


Nature of the case: 

 

Criminal law  - Offences - Possession of a weapon - For a purpose dangerous to the public peace  - Specific intent - S. 88  of the Criminal Code  - Whether the prosecution proved that the purpose was one dangerous to the public peace  - Whether the appellant had the benefit of reasonable doubt as to his specific intent - Whether the trial judge reversed the burden of proof in presuming the dangerous purpose from the single fact that the weapons were located in a criminal group’s building.

 

Nature de la cause :

 

Droit criminel - Infractions - Possession d’arme - Dessein dangereux pour la paix publique - Intention spécifique - Art. 88  du Code criminel  - La poursuite a-t-elle fait la preuve du dessein dangereux? - L’appelant a-t-il bénéficié d’un doute raisonnable quant à son intention spécifique? - La juge de première instance a-t-elle renversé le fardeau de la preuve en présumant le dessein dangereux du seul fait que les armes se trouvaient dans un local d’un groupe criminalisé?

 

 

 




PRONOUNCEMENTS OF APPEALS    RESERVED 

 

Reasons for judgment are available

 

JUGEMENTS RENDUS SUR LES APPELS EN DÉLIBÉRÉ

 

Les motifs de jugement sont disponibles

 


 

NOVEMBER 17, 2005 / LE 17 NOVEMBRE 2005

 

29956                    Kirkbi AG and Lego Canada Inc. v. Ritvik Holdings Inc./Gestions Ritvik Inc. (now operating as Mega Bloks Inc.) ‑ and ‑ Attorney General of Canada and Attorney General of Quebec (F.C.) (Civil) (By leave) 2005 SCC 65 / 2005 CSC 65

 

Coram:    McLachlin C.J. and Major, Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 

The appeal from the judgment of the Federal Court of Appeal, Number A‑395‑02, 2003 FCA 297, dated July 14, 2003, heard on March 16, 2005, is dismissed with costs. 

 

L’appel interjeté contre l’arrêt de la Cour d’appel fédérale, numéro A‑395‑02, 2003 CAF 297, en date du 14 juillet 2003, entendu le 16 mars 2005, est rejeté avec dépens.

 

 

30151               Francisco Batista Pires v. Her Majesty the Queen - and - Attorney General of Ontario, Attorney General of British Columbia and Criminal Lawyers Association (Ontario) (B.C.) (Crim.) (By leave) 2005 SCC 66 / 2005 CSC 66

 

Coram:              McLachlin C.J. and Bastarache, Binnie, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 

The appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA028748, 2004 BCCA 33, dated January 22, 2004, heard on May 18, 2005 is dismissed.

 

 

Lappel interjeté contre larrêt de la Cour dappel de la Colombie‑Britannique (Vancouver), numéro CA028748, 2004 BCCA 33, en date du 22 janvier 2004, entendu le 18 mai 2005 est rejeté.

 

 

30240               Ronaldo Lising v. Her Majesty the Queen - and - Attorney General of Ontario, Attorney General of British Columbia and Criminal Lawyers Association (Ontario) (B.C.) (Crim.) (By leave) 2005 SCC 66 / 2005 CSC 66

 

Coram:              McLachlin C.J. and Bastarache, Binnie, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 

The appeal from the judgment of the Court of Appeal for British Columbia (Vancouver), Number CA028747, 2004 BCCA 33, dated January 22, 2004, heard on May 18, 2005 is dismissed.

 

Lappel interjeté contre larrêt de la Cour dappel de la Colombie‑Britannique (Vancouver), numéro CA028747, 2004 BCCA 33, en date du 22 janvier 2004, entendu le 18 mai 2005 est rejeté.

 

 



HEADNOTES OF RECENT

JUDGMENTS

 

SOMMAIRES DE JUGEMENTS RÉCENTS

 


Kirkbi AG, et al. v. Ritvik Holdings Inc./Gestions Ritvik Inc. (now operating as Mega Bloks Inc.) (FC) (29956)

Indexed as:  Kirkbi AG v. Ritvik Holdings Inc. / Répertorié : Kirkbi AG c. Gestions Ritvik Inc.

Neutral Citation:  2005 SCC 65. / Référence neutre : 2005 CSC 65.

Hearing: March 16, 2005 / Judgment: November 17, 2005

Audience: Le 16 mars 2005 / Le 17 novembre 2005

 

Present:  McLachlin C.J. and Major, Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 

Constitutional law – Distribution of legislative powers – Trade and commerce – Trade‑marks – Whether provision creating statutory action of passing off in federal trade‑mark legislation ultra vires Parliament– Whether federal trade‑marks legislation valid exercise of Parliament’s general trade and commerce power – Constitution Act, 1867, s. 91(2)  – Trade‑marks Act, R.S.C. 1985, c. T‑13, s. 7 (b).

 

Trade‑marks – Unfair competition – Passing‑off  action – Unregistered trade‑marks – Doctrine of functionality – Toy manufacturer asserting unregistered trade‑mark in LEGO blocks consisting of distinctive orthogonal pattern of raised studs distributed on top of each block – Whether unregistered functional mark can form basis of action claiming passing off under s. 7(b) of Trade‑marks Act – Whether doctrine of functionality applicable only to registered trade‑marks – Trade‑marks Act, R.S.C. 1985, c. T‑13, s. 7 (b).

 

Torts – Passing off – Conditions to establish liability.

 

K held the patents for LEGO construction sets.  When the patents expired in Canada, R, a Canadian toy manufacturer, began manufacturing and selling bricks interchangeable with LEGO. K tried to assert a trade‑mark in the “LEGO indicia”: the upper surface of the block with eight studs distributed in a regular geometric pattern. When the Registrar of Trade‑marks refused registration, K claimed the LEGO indicia as an unregistered mark and sought a declaration that it had been infringed by R pursuant to s. 7(b) of the Trade marks Act and the common law doctrine of passing off.  It requested a permanent injunction to prevent R from marketing infringing products and sought damages.  The trial judge found that purely functional features, such as the LEGO indicia, could not become the basis of a trade‑mark, whether registered and unregistered.  The majority of the Court of Appeal upheld the decision. In this Court, R challenged the constitutionality of s. 7(b), arguing that the provision is ultra vires the legislative competence of Parliament under s. 91(2)  of the Constitution Act, 1867 .

 

Held:  The appeal should be dismissed.

 

Section 7(b) of the Trade‑marks Act, which creates a civil cause of action essentially codifying the common law tort of passing off, is intra vires Parliament. First, although the creation of civil causes of action is generally a matter of property or civil rights in the province, the intrusion of s. 7 (b) into provincial jurisdiction is minimal.  Section 7 (b) is remedial and is limited in its application by the provisions of the Act.  It does not expand the federal jurisdiction in relation to trade‑marks and trade‑names, but merely rounds out an otherwise incomplete trade‑mark scheme.  Second, the Trade‑marks Act is a valid exercise of Parliament’s general trade and commerce power under s. 91(2)  of the Constitution Act, 1867 .  The Trade‑marks Act establishes a regulatory scheme for both registered and unregistered trade‑marks and is clearly concerned with trade as a whole, across and between industries in different provinces. Since there is no question that trade‑marks apply across and between industries in different provinces, divided provincial and federal jurisdiction could lead to uneven protection.  The lack of a civil remedy integrated into the scheme of the Act and applicable to registered and unregistered marks could also lead to duplicative, conflicting, inefficient enforcement procedures.  Third, s. 7 (b) is sufficiently integrated into Trade‑mark Act.  As the encroachment into provincial power is minimal, a “functional relationship”, such as is present here, is sufficient to sustain the constitutionality of the provision.  The passing‑off action plays a clear role in the federal scheme.  In its pith and substance, s. 7 (b) is directly connected to the enforcement of trade‑marks and trade‑names in Canada, and the civil remedy it creates protects the goodwill associated with trade‑marks and is directed to avoiding consumer confusion. Without this provision there would be a gap in the legislative protection of trade‑marks. [20-36]

 


K’s passing‑off claim under s. 7(b) of the Trade‑marks Act must be dismissed.  Its claim, which is based on the existence of a trade‑mark, is barred by the application of the doctrine of functionality.  This doctrine establishes that a mark which goes beyond distinguishing the wares of its owner to the functional structure of the wares themselves is transgressing the legitimate bounds of a trade‑mark.  The doctrine reflects the purpose of a trade‑mark, which is the protection of the distinctiveness of the product, and applies equally to registered and unregistered marks.  Registration does not change the nature of a mark; it merely grants more effective rights against third parties.  Marks, registered or not, share common legal attributes and grant exclusive rights to the use of a distinctive designation or guise.  Here, K claimed an unregistered trade‑mark consisting solely of the technical or functional characteristics of the LEGO bricks, formerly protected by K’s patents.  A purely functional design cannot be the basis of a trade‑mark and trade‑mark law should not be used to perpetuate monopoly rights enjoyed under now‑expired patents. [40-61]

 

In any event, under the modern law of passing off, three elements must be established in order to succeed in a passing‑off action based on statute law or common law: the existence of goodwill, deception of the public due to a misrepresentation and actual or potential damage to the plaintiff. In this case, K’s claim was bound to fail because it would not have  met the first condition of the action.  The alleged distinctiveness of the product consisted precisely of the process and techniques which were now common to the trade. [62-69]

 

APPEAL from a judgment of the Federal Court of Appeal (Rothstein, Sexton and Pelletier JJ.A.), [2004] 2 F.C.R. 241, 243 F.T.R. 160, 228 D.L.R. (4th) 297, 26 C.P.R. (4th) 1, 308 N.R. 1, [2003] F.C.J. No. 1112 (QL), 2003 FCA 297, upholding a decision of Gibson J. (2002), 220 F.T.R. 161, 20 C.P.R. (4th) 224, [2002] F.C.J. No. 793 (QL), 2002 FCT 585.  Appeal dismissed.

 

Robert H. C. MacFarlane, Michael E. Charles, Peter W. Hogg, Q.C., Christine Pallotta and Catherine Beagan Flood, for the appellants.

 

Ronald E. Dimock, Bruce Ryder, Bruce W. Stratton and Henry Lue, for the respondent.

 

Peter Southey, for the intervener the Attorney General of Canada.

 

Alain Gingras, for the intervener the Attorney General of Quebec.

 

Solicitors for the appellants:  Bereskin & Parr, Toronto.

 

Solicitors for the respondent:  Dimock Stratton, Toronto.

 

Solicitor for the intervener the Attorney General of Canada:  Deputy Attorney General of Canada, Toronto.

 

Solicitor for the intervener the Attorney General of Quebec:  Department of Justice, Sainte-Foy, Quebec.

 

____________________

 

Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Major, Bastarache, Binnie, LeBel, Deschamps, Fish, Abella et Charron.

 

Droit constitutionnel – Partage des compétences législatives – Échanges et commerce – Marques de commerce – La disposition codifiant l’action pour commercialisation trompeuse dans la loi fédérale sur les marques de commerce excède‑t‑elle la compétence du Parlement? – La loi fédérale sur les marques de commerce représente‑t‑elle un exercice valide de la compétence du Parlement relative aux échanges et au commerce en général? – Loi constitutionnelle de 1867, art. 91(2) Loi sur les marques de commerce, L.R.C. 1985, ch. T‑13, art. 7b) .

 


Marques de commerce – Concurrence déloyale – Action pour commercialisation trompeuse – Marques de commerce non déposées – Principe de la fonctionnalité – Fabricant de jouets invoquant, à l’égard des briques LEGO, une marque de commerce non déposée constituée d’une configuration orthogonale distinctive de tenons sur le dessus de chaque brique – Une marque fonctionnelle non déposée peut‑elle servir de fondement à une action pour commercialisation trompeuse en vertu de l’al. 7b)  de la Loi sur les marques de commerce ? – Le principe de la fonctionnalité s’applique‑t‑il uniquement aux marques de commerce déposées? – Loi sur les marques de commerce, L.R.C. 1985, ch. T‑13, art. 7b) .

 

Responsabilité délictuelle – Commercialisation trompeuse – Conditions requises pour qu’il y ait responsabilité.

 

K était titulaire des brevets des jeux de construction LEGO.  Lorsque les brevets ont expiré au Canada, R, un fabricant de jouets canadien, a commencé à fabriquer et à vendre des briques pouvant être utilisées indistinctement avec les briques LEGO.  K a tenté d’invoquer l’existence d’une marque de commerce à l’égard de la « marque figurative LEGO », laquelle reproduit la face supérieure de la brique, qui présente une configuration géométrique régulière de huit tenons.  Lorsque le registraire des marques de commerce a refusé l’enregistrement, K a revendiqué la marque figurative LEGO à titre de marque non déposée et s’est fondée sur l’al. 7 b )  de la Loi sur les marques de commerce  et la doctrine de common law de la commercialisation trompeuse pour solliciter un jugement déclarant que R avait violé les droits liés à cette marque.  Elle a également sollicité une injonction permanente interdisant à R de commercialiser des produits contrefaits, en plus de réclamer des dommages‑intérêts.  Le juge de première instance a conclu que des caractéristiques purement fonctionnelles comme la marque figurative LEGO ne peuvent servir de fondement à une marque de commerce déposée ou non déposée.  La Cour d’appel à la majorité a confirmé cette décision.  Devant notre Cour, R a plaidé l’inconstitutionnalité de l’al. 7b) en faisant valoir que cette disposition excède la compétence législative que le Parlement possède en vertu du par. 91(2)  de la Loi constitutionnelle de 1867 .

 

Arrêt : Le pourvoi est rejeté.

 

L’alinéa 7 b )  de la Loi sur les marques de commerce , qui crée un droit d’action de nature civile et codifie, pour l’essentiel, le délit de commercialisation trompeuse en common law, se situe à l’intérieur de la compétence du Parlement.  Premièrement, bien que la création de droits d’action de nature civile soit généralement une question de propriété et de droits civils dans la province, l’empiètement de l’al. 7b) sur la compétence provinciale est minime.  Cet alinéa est une disposition réparatrice dont l’application est restreinte par les dispositions de la Loi .  Il n’élargit pas la compétence fédérale à l’égard des marques de commerce et des noms commerciaux, mais ne fait que compléter un régime de protection des marques de commerce qui demeurerait par ailleurs incomplet.  Deuxièmement, la Loi sur les marques de commerce  est un exercice valide de la compétence relative aux échanges et au commerce en général que le Parlement possède en vertu du par. 91(2)  de la Loi constitutionnelle de 1867 .  Elle établit un régime de réglementation tant des marques de commerce déposées que des marques de commerce non déposées et vise, de toute évidence, l’ensemble des échanges dans tous les secteurs d’activité des différentes provinces.  Étant donné qu’il ne fait aucun doute que la protection des marques de commerce s’applique à tous les secteurs d’activité des différentes provinces, une compétence fédérale‑provinciale partagée pourrait donner lieu à une protection inégale.  L’absence de recours civil intégré au régime de la Loi et applicable à toutes les marques, déposées ou non déposées, inciterait également au dédoublement des voies de recours et des procédures d’application et même à la mise en place de régimes contradictoires, ce qui compromettrait l’efficacité de la protection des marques de commerce.  Troisièmement, l’al. 7 b )  est suffisamment intégré à la Loi sur les marques de commerce .  Vu que l’empiètement sur la compétence provinciale est minime, un « rapport fonctionnel », comme celui qui existe en l’espèce, suffit pour que la disposition soit constitutionnelle.  L’action pour commercialisation trompeuse joue un rôle évident dans le régime de réglementation fédéral.  De par son caractère véritable, l’al. 7 b )  est directement lié à la protection des marques de commerce et des noms commerciaux au Canada, et le recours civil qu’il prévoit protège l’achalandage rattaché aux marques de commerce et a pour objet d’empêcher que l’emploi de marques de commerce sème la confusion chez les consommateurs.  Sans cette disposition, la protection légale des marques de commerce demeurerait incomplète.  [20‑36]

 


L’action pour commercialisation trompeuse de K, fondée sur l’al. 7 b )  de la Loi sur les marques de commerce , doit être rejetée.  Cette action, qui repose sur l’existence d’une marque de commerce, ne peut pas être intentée en raison du principe de la fonctionnalité, selon lequel une marque qui ne se borne pas à distinguer les marchandises de son titulaire, mais se rapporte à la structure fonctionnelle des marchandises mêmes, outrepasse les limites légitimes d’une marque de commerce.  Ce principe reflète l’objet d’une marque de commerce, soit la protection du caractère distinctif du produit, et il s’applique aux marques déposées comme aux marques non déposées.  L’enregistrement d’une marque n’en change pas la nature; il ne fait que conférer des droits plus efficaces contre les tiers.  Qu’elles soient déposées ou non, les marques conservent toutefois certains attributs juridiques communs et accordent le droit exclusif d’utiliser un nom ou un signe distinctif.  En l’espèce, K a revendiqué une marque de commerce non déposée formée uniquement des caractéristiques techniques ou fonctionnelles des briques LEGO, qui étaient auparavant protégées par les brevets de K.  Un dessin purement fonctionnel ne peut servir de fondement à une marque de commerce et le droit des marques de commerce ne doit pas servir à perpétuer un monopole lié à des brevets maintenant expirés.  [3] [40‑61]

 

De toute façon, selon le droit moderne en matière de commercialisation trompeuse, il faut établir l’existence de trois éléments pour obtenir gain de cause dans une action pour commercialisation trompeuse fondée sur le droit d’origine législative ou sur la common law : l’existence d’un achalandage, le fait que le public a été induit en erreur par une fausse déclaration et le préjudice réel ou possible pour le demandeur.  En l’espèce, l’action de K était vouée à l’échec car cette dernière n’aurait pas été en mesure de remplir la première condition.  Le prétendu caractère distinctif tenait précisément au procédé et aux techniques maintenant répandus dans l’industrie.

 

POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel fédérale (les juges Rothstein, Sexton et Pelletier), [2004] 2 R.C.F. 241, 243 F.T.R. 160, 228 D.L.R. (4th) 297, 26 C.P.R. (4th) 1, 308 N.R. 1, [2003] A.C.F. no 1112 (QL), 2003 CAF 297, confirmant une décision du juge Gibson (2002), 220 F.T.R. 161, 20 C.P.R. (4th) 224, [2002] A.C.F. no 793 (QL), 2002 CFPI 585.  Pourvoi rejeté.

 

Robert H. C. MacFarlane, Michael E. Charles, Peter W. Hogg, c.r., Christine Pallotta et Catherine Beagan Flood, pour les appelantes.

 

Ronald E. Dimock, Bruce Ryder, Bruce W. Stratton et Henry Lue, pour l’intimée.

 

Peter Southey, pour l’intervenant le procureur général du Canada.

 

Alain Gingras, pour l’intervenant le procureur général du Québec.

 

Procureurs des appelantes : Bereskin & Parr, Toronto.

 

Procureurs de l’intimée : Dimock Stratton, Toronto.

 

Procureur de l’intervenant le procureur général du Canada : Sous‑procureur général du Canada, Toronto.

 

Procureur de l’intervenant le procureur général du Québec : Ministère de la Justice, Sainte‑Foy, Québec.

 


Francisco Batista Pires v. Her Majesty the Queen (B.C.) (30151) /

Ronaldo Lising v. Her Majesty the Queen (B.C.) (30240)

Indexed as:  R. v. Pires; R. v. Lising / Répertorié : R. c. Pires; R. c. Lising

Neutral Citation:  2005 SCC 66. / Référence neutre : 2005 CSC 66.

Hearing: May 18, 2005 / Judgment: November 17, 2005

Audience : Le 18 mai 2005 / Jugement : Le 17 novembre 2005

 

Present:  McLachlin C.J. and Bastarache, Binnie, Deschamps, Fish, Abella and Charron JJ.

 

Criminal law – Interception of private communications – Entitlement of accused to cross‑examine on affidavits – Accused denied leave to cross‑examine peace officer who filed affidavit in support of wiretap authorizations – Whether accused entitled as of right to cross‑examine affiant – Whether Garofoli approach should be abandoned.

 

Constitutional law – Charter of Rights  – Unreasonable search or seizure – Right to full answer and defence – Interception of private communications – Accused denied leave to cross‑examine peace officer who filed affidavit in support of wiretap authorizations – Whether requirement that leave be granted to cross‑examine affiant consistent with Charter  principles.

 

 In a police investigation, M, a self‑admitted drug dealer and petty criminal, agreed to “wear a wire” and act as police agent.  Based on their agreement with M, the police applied for a consent wiretap authorization under s. 184.2  of the Criminal Code .  The required affidavit was sworn and the authorization was granted permitting the interception of the private communications of both accused and other associates when any of them was speaking with M.  The accused were subsequently charged with a number of drug‑related offences.  At trial,  the accused challenged the admissibility of the tapes of conversations intercepted.  They contended that the statutory preconditions for the authorization had not been met and that their right under s. 8  of the Canadian Charter of Rights and Freedoms  had been violated.  In support of this Charter  application, the accused sought leave to cross‑examine the peace officer on his affidavit.  Relying on  R. v. Garofoli, [1990] 2 S.C.R. 1421, the trial judge denied leave to cross‑examine the affiant and ultimately ruled the wiretap evidence to be admissible.  The Court of Appeal upheld the trial judge’s ruling, concluding that leave to cross‑examine was properly denied.

 

Held:  The appeals should be dismissed.

 

The Garofoli approach to cross‑examination is consistent with Charter  principles.  The Garofoli threshold test requires that the defence show a reasonable likelihood that cross‑examination of the affiant will elicit testimony of probative value to the issue for consideration by the reviewing judge.  It is grounded in two basic principles of evidence:  relevance and materiality. It is also borne out of concerns about the prolixity of proceedings and, in many cases, the need to protect the identity of informants.  The rule does not infringe the right to make full answer and defence.  There is no constitutional right to adduce irrelevant or immaterial evidence.  The Garofoli threshold test is nothing more than a means of ensuring that, when a s. 8  Charter  challenge is initiated, the proceedings remain focussed and on track. [3] [31]

 


There is no need to revisit Garofoli in view of subsequent legislative amendments and jurisprudential developments.  The leave requirement to cross‑examine strikes an appropriate balance between the entitlement to cross‑examination as an aspect of the right to make full answer and defence, and the public interest in the fair, but efficient, use of judicial resources and the timely determination of criminal proceedings.  While the right to cross‑examine is of fundamental significance to the criminal trial process, it is neither unlimited nor absolute.  The extent to which it becomes a necessary adjunct to the right to make full answer and defence depends on the context.  An important contextual factor is the accused’s right to full disclosure.  The defence not only has access to all the documents relating to the authorization, but is also entitled to all material in the possession or control of the Crown that is potentially relevant to the case.  Another relevant contextual factor is the important distinction between the right to test evidence introduced at the trial on the merits and the threshold evidentiary hearing to determine the admissibility of that evidence.  The Garofoli review hearing is not intended to test the merits of any of the Crown’s allegations in respect of the offence.  The truth of the allegations asserted in the affidavit as they relate to the essential elements of the offence remain to be proved by the Crown on the trial proper.  Rather, the review is simply an evidentiary hearing to determine the admissibility of relevant evidence about the offence obtained pursuant to a presumptively valid court order.  The statutory preconditions for wiretap authorizations will vary depending on the language of the provision that governs their issuance.  The reviewing judge on a Garofoli hearing only inquires into whether there was any basis upon which the authorizing judge could be satisfied that the relevant statutory preconditions existed.  There is thus only a relatively narrow basis for exclusion.  Even if it is established that information contained within the affidavit is inaccurate, or that a material fact was not disclosed, this will not necessarily detract from the existence of the statutory preconditions.  In the end analysis, the admissibility of the wiretap evidence will not be impacted under s. 8 if there remains a sufficient basis for issuance of the authorization. [3] [25‑30]

 

In the circumstances of this case, the trial judge did not err in denying the accused leave to cross‑examine the affiant.  There was no reasonable likelihood that cross‑examination  would elicit evidence of any probative value to the issue for consideration on a review of the authorization.  The material issue for consideration on the voir dire in this case is whether at the time of granting the authorization there existed, on an objective basis, reasonable grounds to believe that:  (a) an offence was or will be committed and (b) information concerning the offence will be obtained by the proposed interception.  There is no contention that the information provided to the affiant by M, if reasonably credible, is insufficient to establish the requisite grounds.  Although the affiant’s own credibility may be material on a Garofoli hearing, the proposed cross‑examination could, at best, reveal that the affiant overstated the potential value of polygraph results in support of his belief in M’s truthfulness.  This is insufficient to meet the Garofoli threshold. [4] [61‑68]

 

 The threshold test for determining whether cross‑examination should be allowed is separate and distinct from the ultimate question of whether the authorization is valid.  Hence, in determining whether the threshold test has been met, the trial judge cannot decide the question simply on the basis that other parts of the affidavit would support the authorization.  The focus, rather, must be on the likely effect of the proposed cross‑examination and on whether there is a reasonable likelihood that it will undermine the basis of the authorization.  If the test is met, it is only at the conclusion of the voir dire that the trial judge will determine whether, on the basis of the amplified record, there still remains a basis for the authorization.  However, the trial judge’s apparent collapse of the two tests was of no consequence  in this case. [69]

 

APPEAL from a judgment of the British Columbia Court of Appeal (Finch C.J. and Southin and Newbury JJ.A.) (2004), 193 B.C.A.C. 42, 316 W.A.C. 42, 183 C.C.C. (3d) 232, 116 C.R.R. (2d) 100, [2004] B.C.J. No. 83 (QL), 2004 BCCA 33, upholding the accused’s convictions on conspiracy and drug‑related charges.  Appeals dismissed.

 

Kenneth S. Westlake and Eric V. Gottardi, for the appellant Pires.

 

Gregory P. DelBigio, for the appellant Lising.

 

S. David Frankel, Q.C., and Ronald C. Reimer, for the respondent.

 

Alexander D. Smith and Scott C. Hutchison, for the intervener the Attorney General of Ontario.

 

M. Joyce DeWitt‑Van Oosten, for the intervener the Attorney General of British Columbia.

 

Michael Code, for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario).

 

Solicitors for the appellant Pires:  Kenneth S. Westlake; Peck and Company, Vancouver.

 

Solicitor for the appellant Lising:  Gregory P. DelBigio, Vancouver.

 

Solicitor for the respondent:  Attorney General of Canada, Vancouver.

 

Solicitor for the intervener the Attorney General of Ontario:  Attorney General of Ontario, Toronto.

 


Solicitor for the intervener the Attorney General of British Columbia:  Attorney General of British Columbia, Victoria.

 

Solicitors for the intervener the Criminal Lawyers’ Association (Ontario):  Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.

 

___________________

 

Présents : La juge en chef McLachlin et les juges Bastarache, Binnie, Deschamps, Fish, Abella et Charron.

 

Droit criminel – Interception de communications privées – Droit de l’accusé de contre‑interroger relativement aux affidavits – Refus aux accusés du droit de contre‑interroger le policier ayant souscrit l’affidavit à l’appui des autorisations d’écoute électronique – L’accusé peut‑il contre‑interroger de plein droit le déposant? – L’approche adoptée dans Garofoli doit‑elle être abandonnée?

 

Droit constitutionnel – Charte des droits – Fouille, perquisition ou saisie abusive – Droit à une défense pleine et entière – Interception de communications privées – Refus aux accusés du droit de contre‑interroger le policier ayant déposé l’affidavit à l’appui des autorisations d’écoute électronique – L’obligation d’obtenir la permission de contre‑interroger le déposant est‑elle compatible avec les principes de la Charte ?

 

Au cours d’une enquête policière, M, de son propre aveu un trafiquant de drogue et un petit délinquant, a accepté de « porter un micro‑émetteur » et d’agir comme mandataire de la police.  Sur la base de son entente avec M, la police a présenté une demande d’autorisation d’écoute électronique avec consentement en vertu de l’art. 184.2  du Code criminel .  L’affidavit requis a été souscrit et un juge a accordé une autorisation permettant l’interception des communications privées des deux accusés et de leurs associés lorsque l’un d’eux parlait avec M.  Les accusés ont par la suite été inculpés d’un certain nombre d’infractions liées à la drogue.  Au procès, les accusés ont contesté l’admissibilité des enregistrements des conversations interceptées.  Ils ont prétendu que les conditions légales préalables à la délivrance de l’autorisation n’avaient pas été remplies et que l’on avait porté atteinte au droit que leur garantit l’art. 8  de la Charte canadienne des droits et libertés .  Pour appuyer cette demande fondée sur la Charte , les accusés ont demandé la permission de contre‑interroger le policier relativement à son affidavit.  S’appuyant sur l’arrêt R. c. Garofoli, [1990] 2 R.C.S. 1421, le juge du procès a refusé l’autorisation de contre‑interroger le déposant et a finalement déclaré la preuve d’écoute électronique admissible.  La Cour d’appel a confirmé la décision du juge du procès et conclu que l’autorisation de contre‑interroger avait à bon droit été refusée.

 

Arrêt : Les pourvois sont rejetés.

 

L’approche adoptée dans l’arrêt Garofoli relativement au contre‑interrogatoire est compatible avec les principes de la Charte .  Selon le critère préliminaire énoncé dans l’arrêt Garofoli, la défense doit démontrer qu’il existe une probabilité raisonnable que le contre‑interrogatoire du déposant apporte un témoignage probant à l’égard de la question soumise à l’appréciation du juge siégeant en révision.  Ce critère repose sur deux principes de base en matière de preuve : la pertinence et le caractère substantiel.  Il découle également de préoccupations relatives à la longueur des procédures et, dans bien des cas, à la nécessité de protéger l’identité des informateurs.  La règle ne porte pas atteinte au droit à une défense pleine et entière.  Il n’existe aucun droit constitutionnel de produire des éléments de preuve non pertinents ou non substantiels.  Le critère préliminaire énoncé dans Garofoli n’est rien de plus qu’un moyen de s’assurer que, une fois la contestation fondée sur l’art. 8 engagée, l’instance demeure sur la bonne voie.  [3] [31]

 


Il n’est pas nécessaire de revoir l’arrêt Garofoli au regard des modifications apportées depuis à la loi et de l’évolution de la jurisprudence.  L’obligation d’obtenir la permission de contre‑interroger établit un juste équilibre entre le droit au contre‑interrogatoire en tant qu’élément du droit à une défense pleine et entière, et l’intérêt du public dans l’utilisation équitable mais efficace des ressources judiciaires et le règlement diligent des instances criminelles.  Bien que le droit de contre‑interroger revête incontestablement une importance fondamentale dans les procès criminels, il n’est ni illimité ni absolu.  La mesure dans laquelle il devient un complément indispensable du droit à une défense pleine et entière dépend du contexte.  Le droit de l’accusé à une communication complète est un facteur contextuel important.  La défense a non seulement accès à tous les documents relatifs à l’autorisation, elle a aussi droit à tous les documents potentiellement pertinents en la possession du ministère public ou relevant de lui.  La distinction importante entre le droit de vérifier au fond la validité de la preuve présentée au procès et l’audition préliminaire de la preuve pour déterminer l’admissibilité de celle‑ci constitue un autre facteur contextuel pertinent.  L’audience en révision de type Garofoli n’a pas pour objet de vérifier le bien‑fondé de l’une ou l’autre des allégations du ministère public concernant l’infraction.  La véracité des allégations relatives aux éléments essentiels de l’infraction contenues dans l’affidavit reste à être prouvée par le ministère public au procès proprement dit.  Au contraire, cette révision n’est qu’une simple audition de la preuve en vue de déterminer l’admissibilité de la preuve pertinente relative à l’infraction obtenue en vertu d’une ordonnance du tribunal présumée valide.  Les conditions légales préalables qui doivent être respectées pour obtenir une autorisation d’écoute électronique varient selon le libellé de la disposition en régissant la délivrance.  La seule question que se pose le juge siégeant en révision à l’occasion d’une audience de type Garofoli est de savoir s’il existait des motifs qui permettaient au juge ayant accordé l’autorisation d’être convaincu de la présence des conditions légales préalables pertinentes.  Les motifs justifiant l’exclusion sont donc relativement restreints.  Même s’il est établi que les renseignements contenus dans l’affidavit sont inexacts, ou qu’un fait substantiel n’a pas été communiqué, cela ne réfutera pas nécessairement la présence des conditions légales préalables.  En dernière analyse, l’admissibilité de la preuve d’écoute électronique ne sera aucunement affectée par l’art. 8 s’il subsiste un fondement suffisant pour justifier la délivrance de l’autorisation. [3] [25‑30]

 

Dans les circonstances de l’espèce, le juge du procès n’a pas commis d’erreur en refusant aux accusés la permission de contre‑interroger le déposant.  Il n’existait aucune probabilité raisonnable qu’un contre‑interrogatoire apporte un élément de preuve probant quant à la question soulevée dans le cadre d’une révision de l’autorisation.  En l’espèce, la question substantielle à examiner dans le voir‑dire est de savoir s’il existait objectivement, au moment où l’autorisation a été accordée, des motifs raisonnables de croire : a) qu’une infraction avait été ou serait commise; b) que des renseignements relatifs à l’infraction seraient obtenus au moyen de l’interception envisagée.  Nul ne prétend que les renseignements fournis au déposant par M, s’ils sont raisonnablement crédibles, ne suffisent pas à établir l’existence des motifs requis.  Quoique la crédibilité du déposant lui‑même puisse être déterminante à l’occasion d’une audience de type Garofoli, le contre‑interrogatoire projeté pouvait tout au plus révéler que le déposant avait surestimé la valeur potentielle des résultats du test polygraphique à l’appui de sa croyance en la franchise de M.  Cela ne suffit pas pour satisfaire au critère de l’arrêt Garofoli. [4] [61‑68]

 

Le critère préliminaire applicable pour décider s’il y a lieu de permettre le contre‑interrogatoire est distinct de la question ultime de la validité de l’autorisation.  En conséquence, pour déterminer si le critère préliminaire a été respecté, le juge du procès ne peut se contenter de vérifier si les autres parties de l’affidavit auraient étayé l’autorisation.  Il doit s’attacher à l’effet probable du contre‑interrogatoire projeté et à la probabilité raisonnable que celui‑ci sape le fondement de l’autorisation.  Si le critère est respecté, ce n’est qu’à la fin du voir‑dire que le juge du procès déterminera, sur la base d’un dossier étoffé par un complément de preuve, s’il reste un fondement à l’autorisation.  Toutefois, la fusion des deux critères qu’a apparemment opérée le juge du procès n’a aucune incidence en l’espèce.  [69]

 

POURVOI contre un arrêt de la Cour d’appel de la Colombie‑Britannique (le juge en chef Finch et les juges Southin et Newbury) (2004), 193 B.C.A.C. 42, 316 W.A.C. 42, 183 C.C.C. (3d) 232, 116 C.R.R. (2d) 100, [2004] B.C.J. No. 83 (QL), 2004 BCCA 33, qui a confirmé les déclarations de culpabilité prononcées contre les accusés relativement à des accusations de complot et à des infractions liées à la drogue.  Pourvois rejetés.

 

Kenneth S. Westlake et Eric V. Gottardi, pour l’appelant Pires.

 

Gregory P. DelBigio, pour l’appelant Lising.

 

S. David Frankel, c.r., et Ronald C. Reimer, pour l’intimée.

 

Alexander D. Smith et Scott C. Hutchison, pour l’intervenant le procureur général de l’Ontario.

 

M. Joyce DeWitt‑Van Oosten, pour l’intervenant le procureur général de la Colombie‑Britannique.

 

Michael Code, pour l’intervenante la Criminal Lawyers’ Association (Ontario).


Procureurs de l’appelant Pires : Kenneth S. Westlake; Peck and Company, Vancouver.

 

Procureur de l’appelant Lising : Gregory P. DelBigio, Vancouver.

 

Procureur de l’intimée: Procureur général du Canada, Vancouver.

 

Procureur de l’intervenant le procureur général de l’Ontario: Procureur général de l’Ontario, Toronto.

 

Procureur de l’intervenant le procureur général de la Colombie‑Britannique : Procureur général de la Colombie‑Britannique, Victoria.

 

Procureurs de l’intervenante la Criminal Lawyers’ Association (Ontario) : Sack Goldblatt Mitchell, Toronto.

 


                        &nb