News Releases

Decision Information

Decision Content

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada

 

 

(Le français suit)

 

JUDGMENTS TO BE RENDERED IN LEAVE APPLICATIONS

 

October 13, 2020

For immediate release

 

OTTAWA – The Supreme Court of Canada announced today that judgment in the following leave applications will be delivered at 9:45 a.m. EDT on Thursday, October 15, 2020. This list is subject to change.

 

 

PROCHAINS JUGEMENTS SUR DEMANDES D’AUTORISATION

 

Le 13 octobre 2020

Pour diffusion immédiate

 

OTTAWA – La Cour suprême du Canada annonce que jugement sera rendu dans les demandes d’autorisation suivantes le jeudi 15 octobre 2020, à 9 h 45 HAE. Cette liste est sujette à modifications.

 


 

1.       B’Nai Brith Canada v. Alexander Dimitri Lascaris (Ont.) (Civil) (By Leave) (38614)

 

2.       Terry Blaine Gustafson v. Input Capital Corp. (Sask.) (Civil) (By Leave) (38880)

 

3.       Hydro-Québec c. Nadia Mbanga Molima (Qc) (Civile) (Autorisation) (39138)

 

4.       Ressources Strateco inc. c. Procureure générale du Québec (Qc) (Civile) (Autorisation) (39085)

 

5.       Timothy E. Leahy v. Minister of Justice (F.C.) (Civil) (By Leave) (39254)

 

6.       Groupe dimension multi vétérinaire inc. c. Jean-Philippe Ewart, et al. (Qc) (Civile) (Autorisation) (39198)

 

7.       York University, et al. v. Canadian Copyright Licensing Agency ("Access Copyright"), et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (39222)

 

8.       Democracy Watch v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (39202)

 

9.       Anton Oleynik v. Attorney General of Canada (F.C.) (Civil) (By Leave) (39118)

 

10.    Atlantic Packaging Products Ltd. v. Her Majesty the Queen (F.C.) (Civil) (By Leave) (39218)

 


 

38614

B’Nai Brith Canada v. Alexander Dimitri Lascaris

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Judgments and orders — Anti‑SLAPP legislation — Summary dismissal — Torts — Libel and slander — Applicant published in article and tweet that respondent advocates on behalf of terrorists — Respondent brought claim in libel and slander and applicant responded with anti‑SLAPP motion for summary dismissal of claim — How does a court evaluate the merits of claims and validity of defences in determining whether to dismiss proceedings under section 137.1 of the Courts of Justice Act? — How does a court assess and weigh the seriousness of the harm suffered by the responding party in balancing the competing public interests engaged by motions under section 137.1 of the Courts of Justice Act? — Courts of Justice Act, R.S.O. 1990, c. C. 43, s. 137.1.

 

The province of Ontario is the first to legislate anti‑“SLAPP” legislation (Strategic Lawsuits Against Public Participation), which came into force in November 2015. The Protection of Public Participation Act, 2015, amended the Courts of Justice Act to introduce ss. 137.1 to 137.5 which sections created a new pretrial procedure which allows defendants to move expeditiously and early in the litigation for an order dismissing claims arising out of expressions by defendants on matters of public interest. The underlying action in this case is one of libel and slander. The applicant, B’Nai Brith Canada, is a charitable organization involved in human rights and advocacy initiatives for the Canadian Jewish community. The respondent, Mr. Lascaris, is a lawyer, human rights advocate, independent journalist and former candidate and justice critic of the federal Green Party. Mr. Lascaris was publicly criticized by B’Nai Brith for having met, while in Israel, with the father of an alleged terrorist. Citing this meeting, and by way of two separate publications, B’Nai Brith accused Mr. Lascaris of being an advocate of terrorists. Mr. Lascaris initiated a claim in libel and slander, and B’Nai Brith brought a motion for an order dismissing the action pursuant to the new anti‑SLAPP regime. B’Nai Brith was initially successful before the motion judge, but Mr. Lascaris’ action was reinstated on appeal.

 

June 28, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Rady J.)

2018 ONSC 3068

 

 

Applicant’s motion to dismiss action under s. 137.1 of the Courts of Justice Act granted

 

March 4, 2019

Court of Appeal for Ontario

(Doherty, Pardu and Nordheimer JJ.A.)

File no. C65698

2019 ONCA 163

 

 

Appeal allowed; order below set aside; matter remitted to the Superior Court of Justice

 

May 3, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

38614

B’Nai Brith Canada v. Alexander Dimitri Lascaris

(Ont.) (Civile) (Sur autorisation)

Jugements et ordonnances — Dispositions législatives interdisant les poursuites baillons — Rejets sommaires — Délits civils — Diffamation — La demanderesse a publié un article et un tweet selon lesquels l’intimé défend des terroristes — L’intimé a intenté une poursuite en diffamation et la demanderesse a répondu par une motion fondée sur l’interdiction des poursuites baillons en vue d’obtenir le rejet sommaire de la demande — Comment un tribunal évalue‑t‑il le bien‑fondé des demandes et la validité des défenses pour déterminer s’il doit rejeter les poursuites fondées sur l’article 137.1 de la Loi sur les tribunaux judiciaires ? — Comment un tribunal évalue‑t‑il et soupèse‑t‑il la gravité du préjudice subi par la partie défenderesse lorsqu’il met en balance les intérêts publics opposés en jeu dans les motions présentées en application de l’art. 137.1 de la Loi sur les tribunaux judiciaires ? — Loi sur les tribunaux judiciaires, L.R.O. 1990, c. C. 43, art. 137.1.

 

La province de l’Ontario est la première à avoir adopté des dispositions législatives interdisant les « poursuites baillons », qui sont entrées en vigueur en novembre 2015. La Loi de 2015 sur la protection du droit à la participation aux affaires publiques a modifié la Loi sur les tribunaux judiciaires afin d’introduire les articles 137.1 à 137.5. Ceux‑ci ont créé une nouvelle procédure préalable au procès permettant aux défendeurs d’agir rapidement et tôt dans l’instance pour obtenir une ordonnance rejetant les demandes découlant de propos tenus par les défendeurs quant aux affaires publiques. L’action sous‑jacente dans la présente affaire en est une de diffamation. La demanderesse, B'Nai Brith Canada, est un organisme de bienfaisance qui participe à des initiatives de défense des droits de la personne et de défense des droits pour la communauté juive canadienne. L’intimé, M. Lascaris, est avocat, défenseur des droits de la personne, journaliste indépendant et ancien candidat et critique en matière de justice du Parti vert fédéral. M. Lascaris a été publiquement critiqué par B'Nai Brith pour avoir rencontré, en Israël, le père d’un présumé terroriste. Citant cette rencontre, et par le biais de deux publications distinctes, B'Nai Brith a accusé M. Lascaris de défendre des terroristes. M. Lascaris a intenté une action en diffamation, et B'Nai Brith a déposé une motion en vue d’obtenir une ordonnance rejetant l’action en application du nouveau régime interdisant les poursuites baillons. B'Nai Brith a d’abord eu gain de cause devant le juge des motions, mais l’action de M. Lascaris a été rétablie en appel.

 

28 juin 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Rady)

2018 ONSC 3068

 

 

Motion de la demanderesse en rejet d’action en application de l’art. 137.1 de la Loi sur les tribunaux judiciaires accueillie.

 

4 mars 2019

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Doherty, Pardu et Nordheimer)

Dossier no C65698

2019 ONCA 163

 

 

Appel accueilli; ordonnance de première instance annulée; dossier renvoyé devant la supérieure de justice

 

3 mai 2019

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

38880

Terry Blaine Gustafson v. Input Capital Corp.

(Sask.) (Civil) (By Leave)

Contracts — Unconscionability — What is the governing test for the unconscionability doctrine — Whether the agreements were unconscionable — Whether the Court of Appeal erred in its review of the trial judge’s decision?

 

The application for leave to appeal stems from an offer by the respondent, Input Capital Corp. (ICC), to purchase canola from the applicant, Mr. Gustafson, and related farming corporations (together, Gustafson Farms). That bargain was struck early in 2014 and amended over time to provide for the delivery of canola in 2014 and into the future. The parties entered into a series of agreements for Gustafson Farms to deliver 1,790 tonnes of canola in 2014 and 6,240 tonnes in 2015, with an ongoing annual delivery requirement of 2,490 tonnes, in consideration for an upfront payment of $4.5 million from ICC as well as future payments at times of delivery. By the fall of 2015, Gustafson Farms had defaulted under all but the First Spot Contract by failing to deliver the canola ICC had purchased.

 

The trial judge was satisfied that, in the circumstances of this case, the Purchase Agreement, the Streaming Contracts, the Amending Agreement, the Collateral Mortgage, the Collateral Security Agreements and the Mortgage Amending Agreement were unconscionable and must all be set aside. The Court of Appeal held that the trial judge erred in his interpretation of the Agreements and misapprehended the contractual relationship between the parties leading him to erroneously conclude the Agreements were unconscionable and that the Agreements were void and unenforceable in their entirety. The Court of Appeal set aside the trial judge’s findings and allowed the appeal.

 

May 17, 2018

Court of Queen’s Bench of Saskatchewan

(Kalmakoff J.)

2018 SKQB 154

 

 

Agreements were determined to be unconscionable and were set aside

 

August 16, 2019

Court of Appeal for Saskatchewan

(Richards C.J.S., Caldwell and Leurer JJ.A.)

2019 SKCA 78

 

 

Appeal allowed; cross‑appeal is moot

 

October 15, 2019

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

38880

Terry Blaine Gustafson c. Input Capital Corp.

(Sask.) (Civile) (Autorisation)

Contrats — Iniquité — Quel critère s’applique à la théorie de l’iniquité? — Les ententes étaient‑elles iniques? — La Cour d’appel s’est‑elle trompée dans son examen de la décision du juge de première instance?

 

La demande d’autorisation d’appel a pour origine une offre par l’intimée, Input Capital Corp. (ICC), d’acheter du canola du demandeur, M. Gustafson, et de sociétés d’exploitation agricole liées (collectivement les Fermes Gustafson). Ce marché a été conclu au début de 2014 et modifié par la suite pour prévoir la livraison de canola en 2014 et à l’avenir. Les parties ont conclu une série d’ententes prévoyant que les Fermes Gustafson allaient livrer 1 790 tonnes de canola en 2014 et 6 240 tonnes en 2015, avec l’obligation de livrer annuellement 2 490 tonnes par la suite, en contrepartie d’un paiement forfaitaire unique de 4,5 millions de dollars par ICC et des versements futurs payables au moment des livraisons. À l’automne 2015, les Fermes Gustafson avaient manqué à leurs engagements prévus dans toutes les ententes, à l’exception du premier contrat au comptant, en ne livrant pas le canola qu’ICC avait acheté.

 

Le juge de première instance était convaincu qu’eu égard aux circonstances de l’espèce, la convention d’achat, les contrats d’écoulement, l’avenant, l’hypothèque accessoire, les conventions de sûreté accessoire et l’avenant à l’hypothèque étaient iniques et devaient tous être annulés. La Cour d’appel a statué que le juge de première instance avait commis une erreur dans son interprétation des ententes et avait mal interprété la relation contractuelle entre les parties, l’amenant à conclure à tort que les ententes étaient iniques et qu’elles étaient entièrement nulles et non exécutoires. La Cour d’appel a annulé les conclusions du juge de première instance et a accueilli l’appel.

 

17 mai 2018

Cour du Banc de la Reine de la Saskatchewan

(Juge Kalmakoff)

2018 SKQB 154

 

 

Jugement concluant que les ententes étaient iniques et les annulant

 

16 août 2019

Cour d’appel de la Saskatchewan

(Juge en chef Richards, juges Caldwell et Leurer)

2019 SKCA 78

 

 

Arrêt accueillant l’appel et déclarant théorique l’appel incident

 

15 octobre 2019

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

39138

Hydro-Québec v. Nadia Mbanga Molima

(Que.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Jurisdiction — Class Action — Electricity rates — Divergence from rates of return authorized by Régie de l’énergie — Collateral attack barred — Abuse of process — Proper application of rule against collateral attacks and doctrine of abuse of process in context of regulatory law and private law — Whether court can call into question presumption that rate is fair and reasonable and principle of stability of final decisions made by regulatory body with exclusive jurisdiction — Code of Civil Procedure, CQLR, c. C‑25.01, art. 575(2) — Act respecting the Régie de l’énergie, CQLR, c. R‑6.01, ss. 31‑32.

 

The respondent brought a class action against the applicant, Hydro‑Québec, alleging that it had accumulated surpluses from 2008 to 2013 by exceeding the rates of return on equity authorized by the Régie de l’énergie. The respondent accordingly claimed $1.2 billion for excessive electricity charges paid by the members of the class. The Superior Court allowed the application for authorization to institute a class action against Hydro‑Québec, finding that the proposed action met the arguable case threshold and that the proceeding in its true essence was an action for damages based on extracontractual civil liability, not a collateral attack on electricity rates. The Court of Appeal dismissed the motion for leave to appeal. It found that the factual elements provided by Hydro‑Québec to contest the allegations of fault made against it might constitute a valid defence on the merits, but not an argument for granting leave to appeal from the authorization of a class action.

 

December 11, 2019

Quebec Superior Court

(Duprat J.)

500‑06‑000889‑176

2019 QCCS 5241

 

 

Application for authorization to institute class action against Attorney General of Quebec dismissed with legal costs; application for authorization to institute class action against Hydro‑Québec allowed

 

February 28, 2020

Quebec Court of Appeal (Montréal)

(Schrager J.A.)

500‑09‑028789‑204

2020 QCCA 357

 

 

Motion for leave to appeal dismissed with legal costs

 

April 28, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39138

Hydro-Québec c. Nadia Mbanga Molima

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Procédure civile — Compétence — Action collective — Tarifs d’électricité — Écarts de taux de rendement autorisés par la Régie de l’énergie — Contestation incidente interdite — Abus de procédure — Comment la règle interdisant les contestations incidentes ainsi que la doctrine de l’abus de procédure devraient être appliquées dans un contexte de droit réglementaire et de droit privé ? — Une cour de justice peut‑elle remettre en cause la présomption de caractère juste et raisonnable d’un tarif et la règle de la stabilité des décisions finales d’un organisme réglementaire de compétence exclusive? — Code de procédure civile, RLRQ c C‑25.01, art. 575(2) — Loi sur la régie de l’énergie, RLRQ c R6.01, art. 31‑32.

 

L’intimé intente une action collective contre la demanderesse, Hydro‑Québec, lui reprochant d’avoir accumulé des excédents durant les années 2008 à 2013 en dépassant les taux de rendement des capitaux propres autorisés par la Régie de l’énergie. Il réclame donc 1,2 milliard $ à titre de frais d’électricité excessifs payés par les membres du groupe. La Cour supérieure accueille la demande d’autorisation d’exercer une action collective à l’encontre d’Hydro‑Québec, concluant que l’action proposée rencontre le seuil d’une cause défendable et que la véritable essence du litige est de l’ordre d’une action en dommages fondée sur la responsabilité civile extracontractuelle et non d’une contestation incidente des tarifs d’électricité. La Cour d’appel rejette la requête pour permission d’appeler, concluant que les éléments factuels apportés par Hydro‑Québec pour contester les allégations de faute à son égard peuvent constituer une défense valable au fond, mais non un argument contre l’octroi de la permission d’appel contre l’autorisation d’une action collective.

 

Le 11 décembre 2019

Cour supérieure du Québec

(Le juge Duprat)

500‑06‑000889‑176

2019 QCCS 5241

 

 

Demande d’autorisation d’exercer une action collective à l’encontre de la Procureure générale du Québec rejetée avec frais de justice; demande d’autorisation d’exercer une action collective à l’encontre d’Hydro‑Québec accueillie.

 

Le 28 février 2020

Cour d’appel du Québec (Montréal)

(Le juge Schrager)

500‑09‑028789‑204

2020 QCCA 357

 

 

Requête pour permission d’appeler rejetée avec frais de justice.

 

Le 28 avril 2020

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée.

 

 


 

39085

Strateco Resources Inc. v. Attorney General of Quebec

- and -

The Grand Council of the Crees (Eeyou Istchee), Cree Nation Government, Cree Nation of Mistissini

(Que.) (Civil) (By Leave)

Damages — Administrative law — Crown liability and qualified privilege — Disguised expropriation — Mining claims — Uranium exploration and mining project — Environmental assessment — Social acceptability — Moratorium — Compensation for lost investments — James Bay and Northern Quebec Agreement — Whether it was open to Minister to base refusal to issue certificate of authorization for mineral exploration on lack of social acceptability — Whether declaration of moratorium on issuance of certificates of authorization for mineral exploration constituted disguised expropriation of mining claims — Whether government must compensate mine’s proponent for investments lost as result of announcement of moratorium — Environment Quality Act, CQLR, c. Q-2, ss. 152, 164 — Mining Act, CQLR, c. M‑13.1, s. 82 — Civil Code of Québec, CQLR, c. CCQ‑1991, art. 952.

 

In 2005, the applicant, a mineral exploration company, acquired mining claims on category III lands under the James Bay and Northern Quebec Agreement for the purpose of operating a proposed uranium mine. From 2008 to 2012, it undertook an extensive authorization process to carry out the advanced underground exploration phase of its project, which involved an environmental assessment process and required that a certificate of authorization be obtained from the provincial government. In March 2013, because of opposition from local Cree communities, the provincial government announced that it was suspending the issuance of certificates of authorization in relation to uranium production. In November 2013, the government notified the applicant of its refusal to issue the certificate of authorization. The applicant brought an action in damages against the Attorney General of Quebec for almost $200 million. The Superior Court dismissed the applicant’s claim, concluding that it had been open to the government to consider social acceptability in refusing to issue the certificate of authorization in question and that the decision in this regard had not been made in bad faith. The court also concluded that the applicant was entitled to no compensation, because its claims had not been expropriated.  The Court of Appeal dismissed the applicant’s appeal, holding that the government had not committed a fault in basing its refusal on a lack of social acceptability, that the moratorium and the refusal to issue the certificate had not constituted a disguised expropriation of the claims, and that the government had not breached its duty of coherence.

 

June 21, 2017

Quebec Superior Court

(Jacques J.)

200‑17‑022389‑159

2017 QCCS 2679

 

 

Claim dismissed with costs, including experts’ fees.

 

January 13, 2020

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Rancourt, Gagné and Cotnam JJ.A.)

200‑09‑009554‑178

2020 QCCA 18

 

 

Appeal dismissed with costs

 

March 13, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39085

Ressources Strateco inc. c. Procureure générale du Québec

- et -

Le Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), le Gouvernement de la Nation Crie, La Nation Crie de Mistissini

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Dommages‑intérêts — Droit administratif — Responsabilité civile et immunité relative de l’État — Expropriation déguisée — Claims miniers — Projet d’exploration et d’exploitation uranifère — Évaluation environnementale — Acceptabilité sociale — Moratoire — Indemnisation pour perte d’investissements — Convention de la Baie James et du Nord Québécois — Le Ministre pouvait‑il fonder son refus d’émettre un certificat d’autorisation d’exploration minière sur l’absence d’acceptabilité sociale ? — La déclaration d’un moratoire sur la délivrance de certificats d’autorisation d’exploration minière constitue‑t‑elle une expropriation déguisée de claims miniers ? — Le gouvernement doit‑il compenser le promoteur minier pour les pertes d’investissements subies à la suite de l’annonce du moratoire ? — Loi sur la qualité de l’environnement, RLRQ c Q-2, art. 152, 164 — Loi sur les mines, RLRQ c M‑13.1, art. 82 — Code civil du Québec, RLRQ c CCQ‑1991, art. 952.

 

La demanderesse, une société d’exploration minière, acquiert en 2005 des claims miniers sur des terres de catégorie III visées par la Convention de la Baie James et du Nord québécois, en projection de l’exploitation d’uranium. Entre 2008 à 2012, elle se livre à un important processus d’autorisation pour réaliser la phase d’exploration souterraine avancée de son projet, lequel comprend un processus d’évaluation environnementale et requiert l’obtention d’un certificat d’autorisation du gouvernement provincial. En mars 2013, devant l’opposition des communautés cries locales, le gouvernement provincial annonce la suspension de la délivrance de certificats d’autorisation en lien avec la production uranifère. En novembre 2013, le gouvernement signifie à la demanderesse son refus de délivrer le certificat d’autorisation. La demanderesse intente une action en dommages contre la Procureure générale du Québec de près de 200 millions de dollars. La Cour supérieure rejette la réclamation de la demanderesse, concluant que le gouvernement pouvait considérer l’acceptabilité sociale pour refuser d’émettre le certificat d’autorisation recherché et que cette décision n’était pas empreinte de mauvaise foi. Elle conclut également que la demanderesse n’a droit à aucune compensation puisqu’elle n’a pas été expropriée de ses claims.  La Cour d’appel rejette le pourvoi de la demanderesse, concluant que le gouvernement n’a pas commis de faute en fondant son refus sur l’absence d’acceptabilité sociale, que le moratoire et le refus de délivrer le certificat ne constituent pas une expropriation déguisée des claims et que le gouvernement n’a pas manqué à son devoir de cohérence.

 

Le 21 juin 2017

Cour supérieure du Québec

(Le juge Jacques)

200‑17‑022389‑159

2017 QCCS 2679

 

 

Réclamation rejetée, avec frais de justice, incluant les frais d’expertise.

 

Le 13 janvier 2020

Cour d’appel du Québec (Québec)

(Les juges Rancourt, Gagné et Cotnam)

200‑09‑009554‑178

2020 QCCA 18

 

 

Appel rejeté, avec frais de justice.

 

Le 13 mars 2020

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

39254

Timothy E. Leahy v. Minister of Justice

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Appeal — Time — Law of professions – Discipline — Applicant’s motion for an extension of time to file his notice of appeal dismissed by Federal Court of Appeal —Whether denial of an uncontested extension of time to pursue an appeal was unreasonable and brought the administration of justice into disrepute — Whether applicant has been, and continues to be, authorized to appear as counsel of record in the Federal Courts of Canada.

 

The applicant’s licence to practice law in Ontario was revoked on December 10, 2014, and has not been reinstated. Mr. Leahy maintained that he was entitled to practice as counsel of record in the Federal Courts. In 2017, three Federal Court proceedings in which Mr. Leahy purported to act as counsel were held in abeyance after the Department of Justice faxed a letter to the Federal Court, advising that Mr. Leahy had been disbarred, but appeared to be acting on behalf of litigants before the Federal Court. Mr. Leahy applied for judicial review of the communications between the Law Society of Ontario (“LSO”) and the Department of Justice. He sought an order barring the Department of Justice from seeking the interference of the LSO in pending litigation, an order requiring the Department of Justice to comply with the Federal Court Rules, SOR/98-106, and a declaration that he could appear as counsel in the Federal Courts in light of s. 11(2)  of the Federal Courts Act, RSC 1985, c F‑7 , and by authorization of the Ontario Court of Appeal certificate issued in 1991, allowing him to appear in the Ontario courts. The respondent brought a motion to strike the application, which was granted. Mr. Leahy’s appeal was allowed in part. The Federal Court of Appeal remitted for reconsideration Mr. Leahy’s request for a declaration that he be able to appear before the Federal Court despite not being a member of the LSO. The Federal Court dismissed his application in July, 2019. When Mr. Leahy attempted to file a notice of appeal in January, 2020, he was advised that this would require a motion for an extension of time. Mr. Leahy brought the motion for an extension of time that was dismissed by the Federal Court of Appeal.

 

July 23, 2019

Federal Court

(O’Reilly J.)

2019 FC 973

 

 

Applicant’s application for order barring the Department of Justice from seeking the interference of the Law Society, an order requiring the Department of Justice to comply with the Federal Court Rules and a declaration that the applicant could appear as counsel in the Federal Courts dismissed

 

February 17, 2020

Federal Court of Appeal

(Stratas J.A.)

Unreported

 

 

Applicant’s appeal dismissed

 

March 16, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39254

Timothy E. Leahy c. Ministre de la Justice

(C.F.) (Civile) (Sur autorisation)

Procédure civile — Appels — Délais — Droit des professions — Discipline — Demande de prorogation de délai présentée par le demandeur pour le dépôt de son avis d’appel rejetée par la Cour d’appel fédérale — Le rejet d’une demande non contestée de prorogation de délai pour l’introduction d’un appel était-il déraisonnable et déconsidérait‑il l’administration de la justice? — Le demandeur était‑il, et est‑il toujours, autorisé à agir à titre d’avocat au dossier devant les Cours fédérales du Canada?

 

Le permis du demandeur d’exercer le droit en Ontario a été révoqué le 10 décembre 2014, et n’a pas été rétabli. M. Leahy a soutenu qu’il était autorisé à pratiquer le droit devant les Cours fédérales en tant qu’avocat au dossier. En 2017, trois instances devant la Cour fédérale dans lesquelles M. Leahy prétendait agir comme avocat ont été suspendues après que le ministère de la Justice a envoyé par télécopieur une lettre à la Cour fédérale, indiquant que M. Leahy avait été radié mais semblait agir pour le compte de parties à un litige devant la Cour fédérale. M. Leahy a demandé le contrôle judiciaire des communications entre le Barreau de l’Ontario (« Barreau ») et le ministère de la Justice. Il a cherché à obtenir une ordonnance interdisant au ministère de la Justice de solliciter l’intervention du Barreau lors des instances en cours, une ordonnance obligeant le ministère de la Justice à respecter les Règles des Cours fédérales, DORS/98‑106, et un jugement déclaratoire portant qu’il peut agir à titre d’avocat devant les Cours fédérales en raison du par. 11(2)  de la Loi sur les Cours fédérales, L.R.C. 1985, c. F‑7 , et de l’autorisation prévue dans un certificat délivré en 1991 par la Cour d’appel de l’Ontario, lui permettant d’agir à titre de procureur devant les tribunaux de l’Ontario. L’intimé a présenté une requête en radiation de la demande, qui a été accueillie. L’appel de M. Leahy a été accueilli en partie. La Cour d’appel fédérale a renvoyé pour réexamen la demande de M. Leahy visant à obtenir une déclaration portant qu’il peut agir à titre d’avocat devant la Cour fédérale même s’il n’est pas membre du Barreau. La Cour fédérale a rejeté sa demande en juillet 2019. Lorsque M. Leahy a voulu déposer un avis d’appel en janvier 2020, il a été avisé qu’une requête en prorogation de délai serait nécessaire. M. Leahy a présenté une telle requête, laquelle a été rejetée par la Cour d’appel fédérale.

 

23 juillet 2019

Cour fédérale

(Juge O’Reilly)

2019 CF 973

 

 

Rejet de la demande présentée par le demandeur en vue d’obtenir une ordonnance interdisant au ministère de la Justice de solliciter l’intervention du Barreau, une ordonnance obligeant le ministère de la Justice à respecter les Règles des Cours fédérales et une déclaration portant que le demandeur peut agir à titre d’avocat devant les Cours fédérales.

 

17 février 2020

Cour d’appel fédérale

(Juge Stratas)

Non publié

 

 

Rejet de l’appel interjeté par le demandeur

 

16 mars 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

39198

Groupe dimension multi vétérinaire inc. v. Jean-Philippe Ewart, Canadian Commercial Arbitration Center, Jean-Marc Vaillancourt, Jean-Paul Dussault

(Que.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Arbitration — Jurisdiction — Shareholders’ agreement — Arbitration clause — Remedy — Whether arbitrator appointed under commercial arbitration agreement has inherent powers similar to those granted exclusively to Superior Court by Business Corporations Act, CQLR, c. S‑31.1, for purpose of dealing with matters related to oppression — If not, whether arbitration clause must, in order to give arbitrator jurisdiction over such matters, provide expressly or implicitly that parties intend to exclude Superior Court’s jurisdiction and that arbitrator has power to make such orders — Tests for intervention that Superior Court can apply where it is asked, pursuant to new art. 632 C.C.P., to rule on arbitrator’s decision concerning own jurisdiction — Code of Civil Procedure of Quebec, CQLR, c. C‑25.01, art. 632 — Business Corporations Act, CQLR, c. S‑31.1, s. 450.

 

The applicant filed a notice of arbitration against two of its shareholders, seeking a declaration that certain transfers of shares could not be set up against it. It alleged that its shareholders had contravened the provisions of the shareholders’ agreement in conducting those transactions. One of the shareholders asked the arbitration tribunal to make several remedial orders because of the applicant’s allegedly oppressive conduct toward him. The applicant contested that measure, arguing that it was not within the scope of the arbitration clause. The arbitration tribunal found that it had jurisdiction. The Superior Court recognized the arbitrator’s jurisdiction and dismissed the applicant’s application.

 

May 13, 2019

Arbitration Tribunal

S18‑020601‑RG

(Mr. Ewart)

 

 

Application to dismiss for lack of jurisdiction dismissed

 

March 27, 2020

Quebec Superior Court

(Bachand J.)

500‑17‑109139‑199

2020 QCCS 1134

 

 

Application dismissed and arbitrator’s jurisdiction upheld

 

May 21, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39198

Groupe Dimension Multi Vétérinaire inc. c. Jean-Philippe Ewart, Centre Canadien d'Arbitrage Commercial, Jean-Marc Vaillancourt, Jean-Paul Dussault

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Procédure civile — Arbitrage — Compétence — Convention entre actionnaires — Clause compromissoire — Recours en redressement — Un arbitre nommé aux termes d’une convention d’arbitrage commercial possède‑t‑il des pouvoirs inhérents similaires à ceux accordés par la Loi sur les sociétés par actions, RLRQ c S‑31.1, exclusivement à la Cour supérieure aux fins de disposer de questions fondées sur des motifs d’oppression ? — Dans la négative, pour conférer juridiction à un arbitre relativement à des questions d’oppression, est‑il nécessaire qu’une clause d’arbitrage prévoit expressément ou implicitement l’intention des parties d’exclure la juridiction de la Cour supérieure et le pouvoir de l’arbitre de rendre ces ordonnances ? — Quels sont les critères d’intervention qui peuvent être appliqués par la Cour supérieure lorsqu’elle est appelée, suivant le nouvel article 632 C.p.c., à se prononcer sur la décision d’un arbitre au sujet de sa propre compétence ? — Code de procédure civile du Québec, RLRQ c C‑25.01, art. 632 — Loi sur les sociétés par actions, RLRQ c S‑31.1, art. 450.

 

La demanderesse dépose à l’encontre de deux de ses actionnaires un avis d’arbitrage en vue faire déclarer inopposable à son endroit certains transferts d’actions effectués. Elle reproche à ses actionnaires d’avoir contrevenu aux dispositions de la convention entre actionnaires à l’occasion de ces opérations. L’un des actionnaires demande au tribunal arbitral de rendre diverses ordonnances de redressement en raison du comportement abusif qu’aurait eu la demanderesse à son endroit. La demanderesse conteste ce moyen, soutenant qu’il ne tombe pas dans le champ d’application de la clause d’arbitrage. Le tribunal arbitral conclut qu’il a compétence. La Cour supérieure reconnaît la compétence de l’arbitre et rejette la demande de la demanderesse

 

Le 13 mai 2019

Tribunal d’arbitrage

S18‑020601‑RG

(Me Ewart)

 

 

Demande en rejet pour absence de compétence rejetée.

 

Le 27 mars 2020

Cour supérieure du Québec

(Le juge Bachand)

500‑17‑109139‑199

2020 QCCS 1134

 

 

Demande rejetée, compétence de l’arbitre confirmée.

 

Le 21 mai 2020

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

 


 

39222

York University v. Canadian Copyright Licensing Agency ("Access Copyright")

- and between -

Canadian Copyright Licensing Agency ("Access Copyright") v. York University

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Intellectual property — Copyright — Fair Dealing — Legislation – Interpretation – Whether interim tariffs are mandatory — When determining whether copying in the educational context constitutes “fair dealing” (and thus not infringement) under ss. 29 , 29.1  and 29.2  of the Copyright Act, R.S.C., 1985, c. C‑42 , should the analysis be conducted from the perspective of the ultimate users (students), or from the perspective of the educational institution they attend — When determining whether copying in the educational context constitutes "fair dealing" under ss. 29 , 29.1  and 29.2  of the Copyright Act , the analysis should refrain from conflating factors — For institutional fair dealing guidelines to be "fair" for the purposes of ss. 29 , 29.1  and 29.2  of the Copyright Act , is there an obligation for an educational institution to implement safeguards to ensure compliance with the guidelines themselves — Are tariffs approved by the Copyright Board under Part VII of the Copyright Act  merely voluntary licence terms that users can “opt into,” or are they enforceable by a collective society against all users who copy works without lawful authority.

 

Access Copyright commenced an action against York University (“York”) to enforce an interim tariff set by the Copyright Board of Canada as it relates to copying activities by York’s employees between September 1, 2011 and December 31, 2013. The fees payable related to the paper copying of course packs for York students, digital copying through learning management systems, and other copying. York defended on the basis that the interim tariff was not approved and therefore cannot be enforced but is only binding on consent. York counterclaimed, requesting a declaration that any reproductions made by its employees that fell within the Fair Dealing Guidelines it imposed come under the “fair dealing” exception in s. 29  of the Copyright Act .

 

The Federal Court granted Access Copyright a declaration that York, either directly or vicariously, from September 2011 to December 2013, reproduced and authorized the reproduction of copyright protected works and must pay royalties to Access Copyright under the interim tariff. The Court held that York’s Guidelines were not fair in either their terms or their application and it dismissed York’s counterclaim and claim for declaratory relief. The Federal Court of Appeal allowed York’s appeal, set aside the Federal Court decision and dismissed Access Copyright’s action on the basis that the interim tariff is not mandatory for users who do not opt for a licence. The Court dismissed York’s appeal of the dismissal of its counterclaim.

 

July 17, 2017

Federal Court

(Phelan J.)

2017 FC 669

 

 

Access Copyright’s action is allowed and York’s counterclaim is dismissed.

 

April 22, 2020

Federal Court of Appeal

(Pelletier, de Montigny and Woods JJ.A.)

2020 FCA 77; A‑259‑17

 

York’s appeal from the Federal Court is allowed, that decision is set aside and Access Copyright’s action is dismissed; Appeal of dismissal of York’s counterclaim is dismissed.

 

June 19, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

First Application for leave to appeal filed

by York University.

 

June 22, 2020

Supreme Court of Canada

 

Second Application for leave to appeal filed

by Access Copyright.

 


 

39222

Université York c. Canadian Copyright Licensing Agency (« Access Copyright »)

- et entre -

Canadian Copyright Licensing Agency (« Access Copyright ») c. Université York

(C.F.) (Civile) (Sur autorisation)

Propriété intellectuelle — Droit d’auteur — Utilisation équitable — Législation — Interprétation — Les tarifs provisoires sont‑ils obligatoires? — Lorsqu’il s’agit d’établir si la reproduction dans un contexte d’enseignement constitue une « utilisation équitable » (et donc pas une violation) aux termes des art. 29 , 29.1  et 29.2  de la Loi sur le droit d’auteur, L.R.C., 1985, c. C‑42 , l’analyse devrait‑elle être effectuée selon le point de vue des derniers utilisateurs (les étudiants), ou du point de vue de l’établissement d’enseignement qu’ils fréquentent? — Lorsqu’il s’agit d’établir si la reproduction dans un contexte d’enseignement constitue une « utilisation équitable » aux termes des art. 29 , 29.1  et 29.2  de la Loi sur le droit d’auteur , il faut s’abstenir de confondre les facteurs dans le cadre de l’analyse — Pour que les lignes directrices relatives à l’utilisation équitable de l’établissement soient « équitables » pour l’application des art. 29 , 29.1  et 29.2  de la Loi sur le droit d’auteur , l’établissement d’enseignement a‑t‑il l’obligation de mettre en œuvre des mesures de sauvegarde afin de garantir le respect des lignes directrices elles‑mêmes? — Les tarifs approuvés par la Commission du droit d’auteur aux termes de la partie VII de la Loi sur le droit d’auteur  sont‑ils simplement des modalités volontaires de licence desquels les utilisateurs peuvent « se soustraire », ou une société de gestion peut‑elle les faire exécuter à l’égard de tous les utilisateurs qui reproduisent des œuvres sans autorisation légitime?

 

Access Copyright a intenté une action contre l’Université York (« York ») afin de faire exécuter le tarif provisoire établi par la Commission du droit d’auteur du Canada à l’égard d’activités de reproduction exercées par les employés de York entre le 1er septembre 2011 et le 31 décembre 2013. Les frais payables se rapportaient à la reproduction de recueils de cours pour les étudiants de York, aux copies numériques accessibles par des systèmes de gestion de l’apprentissage et à toute autre reproduction. York s’est défendue en faisant valoir que le tarif provisoire n’avait pas été approuvé et qu’il ne pouvait donc pas être exécutoire, et qu’il était seulement contraignant à l’égard de l’utilisateur qui y consent. York a déposé une demande reconventionnelle visant à obtenir une déclaration selon laquelle les reproductions effectuées par ses employés qui étaient visées par ses Lignes directrices sur l’utilisation équitable représentaient l’exception d’« utilisation équitable » prévue à l’art. 29  de la Loi sur le droit d’auteur .

 

La Cour fédérale a rendu un jugement déclaratoire en faveur d’Access Copyright, selon lequel de septembre 2011 à décembre 2013, York a, directement ou du fait d’autrui, reproduit des œuvres protégées par droit d’auteur et en a autorisé la reproduction, et doit donc payer des redevances à Access Copyright selon le tarif provisoire. La Cour a conclu que les lignes directrices de York n’étaient pas équitables, que ce soit dans leur formulation ou dans leur application, et a rejeté la demande reconventionnelle et la demande de jugement déclaratoire de York. La Cour d’appel fédérale a accueilli l’appel de York, annulé la décision de la Cour fédérale et rejeté l’action d’Access Copyright au motif que le tarif provisoire n’est pas obligatoire pour ceux qui se soustraient à la licence. La Cour a rejeté l’appel interjeté par York contre le rejet de sa demande reconventionnelle.

 

17 juillet 2017

Cour fédérale

(Juge Phelan)

2017 CF 669

 

 

Action d’Access Copyright accueillie et demande reconventionnelle de York rejetée.

 

22 avril 2020

Cour d’appel fédérale

(Juges Pelletier, de Montigny et Woods)

2020 CAF 77; A‑259‑17

 

Appel interjeté par York contre la décision de la Cour fédérale accueilli, cette décision annulée et action d’Access Copyright rejetée; appel interjeté par York contre le rejet de sa demande reconventionnelle rejeté.

 

19 juin 2020

Cour suprême du Canada

 

 

Première demande d’autorisation d’appel déposée par l’Université York.

 

22 juin 2020

Cour suprême du Canada

 

Deuxième demande d’autorisation d’appel déposée par Access Copyright.

 


 

39202

Democracy Watch v. Attorney General of Canada

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Administrative law — Judicial review — Legislation — Interpretation — Is it an issue of public importance whether and how the federal Commissioner of Lobbying is required to investigate a complaint by a member of the public that a lobbyist has violated the Lobbying Act, RSC 1985, c. 44 (4th Supp ) (Act ) and/or the Lobbyists’ Code of Conduct, Ottawa: Office of the Commissioner of Lobbying, December 1, 2015 (Lobbyists’ Code) under s. 10.4(1)  of the Act  — Did the Federal Court of Appeal err in law in interpreting s. 10.4(1)  of the Act  to mean that only MPs and senators have a right to file a petition for investigation with the Commissioner, and that the public does not have a right to file such a petition.

A complaint was filed by a private citizen with the Office of the Commissioner of Lobbying asserting that Prince Sha Karim Al Hussaini Aga Khan (Aga Khan) was in breach of the Act  and the Lobbyists’ Code by gifting a New Year vacation on his private Caribbean island to Prime Minister Justin Trudeau and his family. The Aga Khan Foundation is a registered lobbyist under the Act . The Aga Khan sits on the Board of the Foundation in an unpaid position, as a volunteer. The Office of the Lobbying Commissioner began an internal review process, and the Director of Investigations recommended that the file be closed without further investigation on the basis that the Lobbyists’ Code does not apply to the Aga Khan’s interactions with the Prime Minister.  There was no evidence that the Aga Khan was remunerated for his work with the Foundation or that he was engaged in registrable lobbying activity during the Prime Minister’s Christmas vacation. The interim Commissioner concluded that an investigation was not necessary to ensure compliance with the Lobbyists’ Code or the Act  and informed the complainant. The applicant, Democracy Watch, brought an application for judicial review.

The Federal Court held that the Commissioner’s decision was subject to judicial review and was unreasonable. It granted the application for judicial review, set aside the Commissioner’s decision and returned the matter to the Commissioner of Lobbying for redetermination in accordance with its reasons. The Federal Court of Appeal allowed the appeal, set aside the Federal Court decision and dismissed the application for judicial review. Interpreting the Act , it held that as there was no obligation upon the Commissioner to act on a complaint by the public, her decision not to investigate the complaint in this case was not subject to judicial review.

 

March 29, 2019

Federal Court

(Gleeson J.)

2019 FC 388

 

 

Applicant’s application for judicial review granted, Commissioner’s decision set aside and matter referred back to the Commissioner for redetermination.

 

April 1, 2020

Federal Court of Appeal

(Webb, Rennie and Mactavish JJ.A.)

2020 FCA 69

 

 

Appeal allowed, the Federal Court decision set aside and the application for judicial review dismissed.

June 2, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39202

Démocratie en surveillance c. Procureur général du Canada

(C.F.) (Civile) (Autorisation)

Droit administratif — Contrôle judiciaire — Législation — Interprétation — La question de savoir si la commissaire fédérale au lobbying est tenue d’enquêter à la suite d’une plainte d’un membre du public comme quoi un lobbyiste a violé la Loi sur le lobbying, LRC 1985, ch. 44 (4e suppl .) (la Loi ) ou le  au Code de déontologie des lobbyistes (Ottawa : Bureau de la commissaire au lobbying, 1er décembre 2015) (le Code des lobbyistes) en vertu du par. 10.4(1)  de la Loi  et comment elle doit le faire, le cas échéant, revêt‑elle de l’importance pour le public? — La Cour d’appel fédérale a‑t‑elle commis une erreur de droit en interprétant le par. 10.4(1)  de la Loi  comme voulant dire que seuls les députés fédéraux et les sénateurs ont le droit de déposer une requête à la commissaire pour faire enquête et que le public n’a pas ce droit?

Un simple citoyen a déposé une plainte au Bureau de la commissaire au lobbying, alléguant que le Prince Sha Karim Al Hussaini Aga Khan (l’Aga Khan) avait contrevenu à la Loi  et au Code des lobbyistes en offrant en cadeau au premier ministre Justin Trudeau et à sa famille des vacances du Jour de l’An dans son île privée des Caraïbes. La Fondation Aga Khan est une lobbyiste enregistrée en vertu de la Loi . L’Aga Khan siège sans rémunération au conseil d’administration de la Fondation, comme bénévole. Le Bureau de la commissaire au lobbying a entrepris un processus d’examen interne et le directeur des enquêtes a recommandé la fermeture du dossier sans autre enquête au motif que le Code des lobbyistes ne s’applique pas aux rapports de l’Aga Khan avec le premier ministre. Il n’y avait aucune preuve que l’Aga Khan était rémunéré pour son travail au sein de la Fondation ou qu’il s’était livré à une activité de lobbying enregistrable durant les vacances de Noël du premier ministre. La commissaire intérimaire a conclu qu’il n’était pas nécessaire de tenir une enquête pour assurer la conformité au Code des lobbyistes ou à la Loi  et elle en a informé le plaignant. La demanderesse, Démocratie en surveillance, a présenté une demande de contrôle judiciaire.

La Cour fédérale a statué que la décision de la commissaire pouvait faire l’objet d’un contrôle judiciaire et qu’elle était déraisonnable. Elle a accueilli la demande de contrôle judiciaire, annulé la décision de la commissaire du lobbying et renvoyé l’affaire à cette dernière pour qu’elle rende une nouvelle décision conformément aux motifs de la cour. La Cour d’appel a accueilli l’appel, annulé le jugement de la Cour fédérale et rejeté la demande de contrôle judiciaire. En interprétant la Loi , elle a conclu que parce que la commissaire n’avait aucune obligation de donner suite à une plainte du public, sa décision de ne pas enquêter à la suite de la plainte en l’espèce n’est pas susceptible de contrôle judiciaire.

 

29 mars 2019

Cour fédérale

(Juge Gleeson)

2019 CF 388

 

 

Jugement accueillant la demande de contrôle judiciaire présentée par la demanderesse, annulant la décision de la commissaire et renvoyant l’affaire à cette dernière pour qu’elle rende une nouvelle décision.

 

1er avril 2020

Cour d’appel fédérale

(Juges Webb, Rennie et Mactavish)

2020 FCA 69

 

 

Arrêt accueillant l’appel, annulant le jugement de la Cour fédérale et rejetant la demande de contrôle judiciaire.

2 juin 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

39118

Anton Oleynik v. Attorney General of Canada

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Administrative law — Natural justice — Conflict of interest — Reasonable apprehension of bias —Application to Social Sciences and Humanities Research Council of Canada for funding of research project dismissed — Adjudication and appeals committees consisting of members of university with which applicant had been involved in significant litigation — Internal appeals process manual defining what constitutes a conflict of interest — Can administrative decision-makers oust common law standards of natural justice and procedural fairness by establishing their own policies and standards? — Can courts rely upon new and additional evidence obtained, without notice to or knowledge of the parties, through their own internet research of publicly available information about the parties?

 

The applicant, Dr. Oleynik, is a tenured professor of sociology at Memorial University of Newfoundland who unsuccessfully applied to the Social Sciences and Humanities Research Council of Canada (“SSHRC”) for research funding. He appealed the SSHRC decision through its internal appeals process. His main submission on internal appeal was that the adjudication committee chair, who was part of the senior management team of a university with which he had previously been involved in extensive litigation, was in a conflict of interest that was neither properly declared nor managed. The appeals committee upheld the scores originally assigned to Dr. Oleynik’s application, thus confirming SSHRC’s refusal to offer funding. Dr. Oleynik then alleged conflicts of interest arising also at the appeals committee stage. The Federal Court dismissed Dr. Oleynik’s application for judicial review, having found that no conflict of interest was established within the meaning of SSHRC’s appeals policy. The Federal Court of Appeal dismissed Dr. Oleynik’s appeal. The court recognized the limits of SSHRC’s policies and found that the appropriate solution was to apply the common law test for reasonable apprehension of bias through the policies. However, even on application of the common law, the court still found that Dr. Oleynik had not met his burden of establishing a reasonable apprehension of bias.

 

October 3, 2016

Internal Appeal Committee of the Social

Sciences and Humanities Research Council of

Canada

(B. Herbert‑Copley, Executive Vice‑President,

Corporate Affairs)

 

 

Funding decision of “not offered” confirmed

July 13, 2018

Federal Court

(Heneghan J.)

2018 FC 737

 

 

Application for judicial review dismissed

 

January 10, 2020

Federal Court of Appeal

(Rennie, Woods and Laskin JJ.A.)

File no. A‑309‑18

2020 FCA 5

 

 

Appeal dismissed

 

March 10, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39118

Anton Oleynik c. Procureur général du Canada

(C.F.) (Civile) (Sur autorisation)

Droit administratif — Justice naturelle — Conflit d’intérêts — Crainte raisonnable de partialité — Demande de financement présentée au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada rejetée — Comités de sélection et d’appel composés d’universitaires avec qui le demandeur a déjà eu un important litige — Guide du processus d’appel interne prévoyant une définition du conflit d’intérêts — Les décideurs administratifs peuvent‑ils écarter les normes de common law en matière de justice naturelle et d’équité procédurale en établissant leurs propres politiques et normes? — Les tribunaux peuvent‑ils se fonder sur de nouveaux éléments de preuve additionnels obtenus, à l’insu des parties ou sans qu’elles en soient avisées, au moyen de leur propre recherche sur Internet de renseignements publics au sujet des parties?

 

Le demandeur, M. Oleynik, qui est professeur de sociologie ayant sa permanence à l’université Memorial de Terre‑Neuve, a présenté sans succès une demande de financement de recherche au Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (« CRSH »). Il a porté la décision du CRSH en appel au moyen du processus d’appel interne, faisant principalement valoir que le président du comité de sélection, qui était membre de l’équipe de haute direction d’une université avec laquelle il avait déjà eu un long litige, était en conflit d’intérêts et que ce conflit n’avait pas été déclaré ni traité correctement. Le comité d’appel a maintenu les notes qui avaient été initialement accordées à la demande de M. Oleynik, confirmant de cette façon le refus du CRSH d’accorder du financement. M. Oleynik a ensuite soutenu qu’il y avait aussi conflits d’intérêts à l’étape du comité d’appel. La Cour fédérale a rejeté la demande de contrôle judiciaire de M. Oleynik après avoir conclu qu’aucun conflit d’intérêts n’avait été établi selon la définition se trouvant dans la politique d’appel du CRSH. La Cour d’appel fédérale a rejeté l’appel de M. Oleynik. Elle a reconnu les limites des politiques du CRSH et a conclu que le redressement approprié était d’appliquer, au moyen des politiques, le critère de la crainte raisonnable de partialité en common law. Cependant, même en appliquant la common law, la Cour a conclu que M. Oleynik ne s’était pas acquitté de son fardeau d’établir une crainte raisonnable de partialité.

 

3 octobre 2016

Comité d’appel interne du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

(B. Herbert‑Copley, vice‑président directeur, Affaires générales)

 

 

Confirmation de la décision de financement « non offert »

13 juillet 2018

Cour fédérale

(Juge Heneghan)

2018 CF 737

 

 

Rejet de la demande de contrôle judiciaire

 

10 janvier 2020

Cour d’appel fédérale

(Juges Rennie, Woods et Laskin)

No de dossier A‑309‑18

2020 FCA 5

 

 

Rejet du pourvoi

 

10 mars 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

39218

Atlantic Packaging Products Ltd. v. Her Majesty the Queen

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Taxation — Income Tax — Capital property — Whether the principles in Continental Bank ([1998] 2 S.C.R. 358) apply to a rollover and sale transaction where capital property is exchanged for shares on a rollover basis and the shares are immediately resold, such that a gain on the sale of the shares is a capital gain for the purposes of the Income Tax Act (R.S.C., 1985, c. 1 (5th Supp .)) — Principles which appellate courts should apply in interpreting lower court pleadings to identify the issue that was raised in the lower court and to determine whether the issue raised on appeal is a genuinely new issue or a component of an existing issue — Whether the principles that apply in determining whether a new issue has been raised for the purposes of the “large corporation” rules in subsections 165(1.11)  and 169(2.1)  of the Income Tax Act (R.S.C., 1985, c. 1 (5th Supp .)) also apply for the purposes of the common law rule regarding raising new issues on appeal

 

The applicant Atlantic Packaging is a paper products manufacturer. In 2009, it did a rollover of certain assets of its tissue division to 7228392 Canada Inc. in exchange for the latter’s common shares. Atlantic Packaging ultimately sold those common shares to Cascades Canada Inc. When Atlantic Packaging filed its tax return, it reported the gain on the sale of the shares as a capital gain, in reliance of s. 54.2  of the Income Tax Act . The Minister of National Revenue concluded that it could not rely on s. 54.2  to deem the shares to have been capital property.

 

The Tax Court dismissed Atlantic Packaging’s appeals. It concluded that since the assets transferred by Atlantic Packaging to 7228392 Canada Inc. would make up only 68% of the total assets of its tissue division, the test under s. 54.2  of the Income Tax Act  was not met. The Federal Court of Appeal unanimously dismissed the appeals.

 

September 7, 2018

Tax Court of Canada

(Graham J.)

2018 TCC 183

 

 

Applicant’s appeals of its taxation years ending May 31, 2010, 2011 and 2012, dismissed

 

April 20, 2020

Federal Court of Appeal

(Webb, Near and Mactavish JJ.A.)

2020 FCA 75

 

 

Appeal dismissed

 

June 19, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39218

Atlantic produits d’emballage ltée c. Sa Majesté la Reine

(C.F.) (Civile) (Sur autorisation)

Droit fiscal — Impôt sur le revenu — Immobilisations — Les principes établis dans l’arrêt Banque continentale ([1998] 2 R.C.S. 358) s’appliquent‑ils à une opération de transfert et de vente où des immobilisations sont échangées contre des actions par transfert libre d’impôt et où les actions sont immédiatement revendues, de sorte qu’un gain sur la vente des actions est un gain en capital pour l’application de la Loi de l’impôt sur le revenu (L.R.C., 1985, c. 1 (5e suppl .))? — Principes que devraient appliquer les cours d’appel lorsqu’elles interprètent les actes de procédure devant les tribunaux d’instances inférieures pour déterminer la question qui a été soulevée devant ceux‑ci et pour établir si la question soulevée en appel est véritablement une nouvelle question ou un élément d’une question existante — Les principes qui s’appliquent pour établir si une nouvelle question a été soulevée pour l’application des règles relatives aux « grandes sociétés » prévues aux par. 165(1.11)  et 169(2.1)  de la Loi de l’impôt sur le revenu (L.R.C., 1985, c. 1 (5e suppl .)) s’appliquent‑ils également pour l’application de la règle de common law concernant les nouvelles questions en appel?

 

La demanderesse Atlantic est un fabricant de produits de papier. En 2009, elle a transféré une partie de l’actif de la division des papiers sanitaires à la société 7228392 Canada Inc. en contrepartie d’actions ordinaires de cette dernière. Atlantic a finalement vendu ces actions à Cascades Canada Inc. Lorsqu’Atlantic a produit sa déclaration de revenus, elle a déclaré un gain sur la vente des actions à titre de gain en capital, sur le fondement de l’art. 54.2  de la Loi de l’impôt sur le revenu . Le ministre du Revenu national a conclu qu’elle ne pouvait pas invoquer l’art. 54.2  pour déclarer que les actions étaient réputées être des immobilisations.

 

La Cour canadienne de l’impôt a rejeté les appels d’Atlantic. Elle a conclu qu’étant donné que l’actif transféré par Atlantic à 7228392 Canada Inc. ne représenterait que 68 % de l’actif total de la division des papiers sanitaires, le critère de l’art. 54.2  de la Loi de l’impôt sur le revenu  n’était pas respecté. La Cour d’appel fédérale a rejeté à l’unanimité les appels.

 

7 septembre 2018

Cour canadienne de l’impôt

(Juge Graham)

2018 CCI 183

 

 

Rejet des appels de la demanderesse relatifs à ses cotisations pour les années d’imposition se terminant les 31 mai 2010, 2011 et 2012

 

20 avril 2020

Cour d’appel fédérale

(Juges Webb, Near et Mactavish)

2020 CAF 75

 

 

Rejet de l’appel

 

19 juin 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel

 

 


 

 

 

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada :

comments-commentaires@scc-csc.ca

613-995-4330

 

- 30 -

 You are being directed to the most recent version of the statute which may not be the version considered at the time of the judgment.