News Releases

Decision Information

Decision Content

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada

 

 

(Le français suit)

 

JUDGMENTS TO BE RENDERED IN LEAVE APPLICATIONS

 

December 21, 2020

For immediate release

 

OTTAWA – The Supreme Court of Canada announced today that judgment in the following leave applications will be delivered at 9:45 a.m. EST on Wednesday, December 23, 2020. This list is subject to change.

 

 

PROCHAINS JUGEMENTS SUR DEMANDES D’AUTORISATION

 

Le 21 décembre 2020

Pour diffusion immédiate

 

OTTAWA – La Cour suprême du Canada annonce que jugement sera rendu dans les demandes d’autorisation suivantes le mercredi 23 décembre 2020, à 9 h 45 HNE. Cette liste est sujette à modifications.

 


 

1.       Her Majesty the Queen v. David Sullivan, et al. (Ont.) (Criminal) (By Leave) (39270)

 

2.       Mohammed Al-Ghamdi v. College of Physicians and Surgeons of Alberta (Alta.) (Civil) (By Leave) (39308)

 

3.       Procureur général du Canada au nom de Sa Majesté du Chef du Canada c. General Dynamics Produits de Défense et Systèmes Tactiques-Canada Inc., et al. (Qc) (Civile) (Autorisation) (39097)

 

4.       Peter Gerard Coffey v. Her Majesty the Queen (B.C.) (Criminal) (By Leave) (39299)

 

5.       Kennedy Trust for Rheumatology Research, et al. v. Hospira Healthcare Corporation, et al. (F.C.) (Civil) (By Leave) (39099)

 

6.       Horizons ETFS Management (Canada) Inc. v. Graham Wright (Ont.) (Civil) (By Leave) (39293)

 

7.       Her Majesty the Queen v. J.J. (B.C.) (Criminal) (By Leave) (39133)

 

8.       Air Passenger Rights v. Canadian Transportation Agency (F.C.) (Civil) (By Leave) (39266)

 

9.       Daniel Ammazzini, et al. v. Anglo American PLC, et al. (Sask.) (Civil) (By Leave) (39117)

 

10.    Zacky Deleon, et al. v. Her Majesty the Queen (Ont.) (Criminal) (By Leave) (39332)

 

11.    Gary Gautam dba Cambie General Store, et al. v. South Coast British Columbia Transportation Authority (B.C.) (Civil) (By Leave) (39282)

 

12.    Jaswant Singh Chahal v. Sarbjit Kaur Chahal aka Sarbjit Chahal (B.C.) (Civil) (By Leave) (39312)

 


 

39270

Her Majesty the Queen v. David Sullivan

- and between -

Her Majesty the Queen v. Thomas Chan

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

Constitutional law – Charter of Rights and Freedoms – Criminal law – Defences – Section 33.1  of Criminal Code precludes non-mental disorder automatism as defence to an offence where the automatism is self-induced by voluntary intoxication and the offence includes assault or interference or threat of interference with bodily integrity of another – Whether s. 33.1 offends ss. 7  and 11 (d) of the Charter  and cannot be saved under s. 1 ?

 

Mr. Chan became intoxicated after ingesting magic mushrooms. He fatally stabbed his father and grievously injured his father’s partner. Mr. Sullivan became intoxicated by a heavy dose of a prescription drug consumed in a suicide attempt. He repeatedly stabbed his mother. Both men sought to raise non-mental disorder automatism as a defence in their respective trials. Section 33.1  of the Criminal Code  precludes this defence in cases of assaults if automatism was self-induced by voluntary intoxication. The trial judge in Mr. Sullivan’s case rejected argument that s. 33.1  did not apply because intoxication resulted from a suicide attempt and was involuntary. The trial judge in Mr. Chan’s case dismissed a constitutional challenge to s. 33.1 . Mr. Sullivan was convicted of aggravated assault, assault with a weapon and breaches of a non-communication order. Mr. Chan was convicted of manslaughter and aggravated assault. The Court of Appeal held that s. 33.1  is unconstitutional and of no force or effect. It ordered a new trial for Mr. Chan and acquitted Mr. Sullivan of aggravated assault and assault with a weapon.

 

December 7, 2016

Ontario Superior Court of Justice

(Salmers J.)(Unreported)

 

 

Mr. Sullivan convicted of aggravated assault, assault with a weapon, breaches of non-communication order

December 6, 2018

Ontario Superior Court of Justice

(Boswell J.)(2018 ONSC 7158)

 

 

Mr. Chan convicted of manslaughter, aggravated assault

 

June 3, 2020

Court of Appeal for Ontario

(Watt, Lauwers, Paciocco JJ.A.)

2020 ONCA 333; CA64566, 66588

 

 

Appeal by Mr. Chan allowed, new trial ordered; Appeal by Mr. Sullivan allowed in part, acquittals entered for aggravated assault and assault with a weapon

July 30, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

Motion to join and Application for leave to appeal filed

October 9, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to cross-appeal filed by Mr. Chan

 


 

39270

Sa Majesté la Reine c. David Sullivan

- et entre -

Sa Majesté la Reine c. Thomas Chan

(Ont.) (Criminelle) (Sur autorisation)

Droit constitutionnel — Charte des droits et libertés — Droit criminel — Moyens de défense — L’article 33.1  du Code criminel empêche d’invoquer l’automatisme sans troubles mentaux comme moyen de défense à une infraction lorsque l’automatisme a été induit par l’intoxication volontaire de l’accusé et que l’infraction comprend des voies de fait ou une atteinte à l’intégrité corporelle d’autrui ou la menace d’une telle atteinte — L’art. 33.1  contrevient‑il à l’art. 7  et à l’al. 11d)  de la Charte  et peut‑il être sauvegardé en vertu de l’article premier ?

 

M. Chan était en état d’intoxication après avoir consommé des champignons magiques. Il a poignardé son père à mort et a grièvement blessé la conjointe de ce dernier. M. Sullivan était en état d’intoxication après avoir pris une forte dose de médicaments délivrés sur ordonnance lors d’une tentative de suicide. Il a poignardé sa mère à plusieurs reprises. Les deux hommes ont cherché à invoquer l’automatisme sans troubles mentaux comme moyen de défense lors de leurs procès respectifs. L’article 33.1  du Code criminel  empêche d’invoquer ce moyen de défense dans les affaires de voies de fait si l’automatisme a été induit par l’intoxication volontaire de l’accusé. Le juge du procès de M. Sullivan a rejeté l’argument voulant que l’art. 33.1  ne s’appliquait pas parce que son état d’intoxication résultait d’une tentative de suicide et était involontaire. Le juge du procès de M. Chan a rejeté la contestation constitutionnelle de l’art. 33.1 . M. Sullivan a été déclaré coupable de voies de fait graves, d’agression armée et de violation d’une ordonnance de non-communication. M. Chan a été déclaré coupable d’homicide involontaire coupable et de voies de fait graves. La Cour d’appel a conclu que l’art. 33.1  est inconstitutionnel et inopérant. Elle a ordonné un nouveau procès à l’égard de M. Chan et a acquitté M. Sullivan de voies de fait graves et d’agression armée.

 

7 décembre 2016

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Salmers) (Non publié)

 

 

M. Sullivan est déclaré coupable de voies de fait graves, d’agression armée et de violation d’une ordonnance de non‑communication.

6 décembre 2018

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Boswell) (2018 ONSC 7158)

 

 

M. Chan est déclaré coupable d’homicide involontaire coupable et de voies de fait graves.

 

3 juin 2020

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Watt, Lauwers, Paciocco)

2020 ONCA 333; CA64566, 66588

 

 

L’appel de M. Chan est accueilli, un nouveau procès est ordonné; l’appel de M. Sullivan est accueilli en partie, des acquittements sont prononcés quant aux voies de fait graves et à l’agression armée.

30 juillet 2020

Cour suprême du Canada

 

 

La requête pour joindre les dossiers et la demande d’autorisation d’appel sont présentées.

9 octobre 2020

Cour suprême du Canada

 

La demande d’autorisation d’appel incident est présentée par M. Chan.

 


 

39308

Mohammed Al-Ghamdi v. College of Physicians and Surgeons of Alberta

(Alta.) (Civil) (By Leave)

Law of professions — Discipline — Whether a professional can be tried for disruptive conduct regardless of whether that phrase appears in the governing statute or Rules of Conduct for the profession — Whether a proper credibility assessment of a witness is limited to what is said on the stand, under oath, along with the demeanour of the witness and other classical considerations of credibility.

 

Dr. Al‑Ghamdi is an orthopedic surgeon who was charged with engaging in disruptive conduct amounting to unprofessional misconduct. His skill as a surgeon was never in question. His working relationship with other healthcare staff deteriorated to the point that some other members of the staff refused to work with him. The allegation included 13 particular incidents, but the thrust of the allegation was a pattern of disruptive conduct over an 11 year period between 2003 and 2014. After a 47 day hearing, involving approximately 67 witnesses, the Hearing Tribunal of the College of Physicians and Surgeons of Alberta found that 8 of the 13 particulars had been proven, and that the overall allegation of disruptive conduct was made out. Dr. Al‑Ghamdi’s licence and practice were suspended for three years, after which time he could apply to have his license and permit reinstated if he had met certain conditions. His appeal to the Council Review Panel of the College of Physicians and Surgeons of Alberta was dismissed as was his subsequent appeal to the Court of Appeal.

 

April 11, 2017

Hearing Tribunal of the College of Physicians and Surgeons of Alberta

 

 

Applicant guilty of unprofessional conduct

December 21, 2017

Hearing Tribunal of the College of Physicians and Surgeons of Alberta

 

 

Applicant’s license and practice permit suspended for three years

November 20, 2018

Council Review Panel of the College of Physicians and Surgeons Alberta

 

 

Appeal dismissed

 

February 19, 2020

Court of Appeal of Alberta (Edmonton)

(Slatter, Bielby and O’Ferrall JJ.A.)

2020 ABCA 71; 1803‑0356‑AC

 

 

Appeal dismissed

 

April 14, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39308

Mohammed Al-Ghamdi c. College of Physicians and Surgeons of Alberta

(Alb.) (Civile) (Sur autorisation)

Droit des professions — Discipline — Un professionnel peut‑il subir un procès pour conduite perturbatrice, peu importe que cette expression apparaisse ou non dans la loi applicable ou les règles de conduite de la profession en question ? — Une évaluation adéquate de la crédibilité d’un témoin se limite‑t‑elle à ce qui est dit à la barre, sous serment, ainsi qu’au comportement du témoin et aux facteurs dont il est habituellement tenu compte pour évaluer la crédibilité ?

 

Le Dr Al‑Ghamdi est un chirurgien orthopédiste qui a été accusé de conduite perturbatrice équivalant à un manquement professionnel. Les compétences de ce dernier en tant que chirurgien n’ont jamais été en cause. Sa relation de travail avec d’autres membres du personnel de soins de la santé s’est détériorée à un tel point que certains d’entre eux ont refusé de travailler avec lui. Treize incidents particuliers faisaient partie des allégations, mais celles‑ci dénotaient essentiellement une conduite perturbatrice se répétant sur une période de 11 ans, soit de 2003 à 2014. À la suite d’une audience de 47 jours, à laquelle environ 67 témoins ont participé, le tribunal du College of Physicians and Surgeons of Alberta a conclu que huit des treize allégations avaient été prouvées, et que l’allégation de conduite perturbatrice, dans son ensemble, avait été établie. La licence et le droit d’exercice du Dr Al‑Ghamdi ont été suspendus pendant une période de trois ans, à la suite de laquelle il pourrait demander le rétablissement de sa licence et son droit d’exercice à certaines conditions. Son appel devant la commission d’examen du College of Physicians and Surgeons of Alberta a été rejeté aussi bien que son appel subséquent devant la Cour d’appel.

 

11 avril 2017

Hearing Tribunal, College of Physicians and Surgeons of Alberta

 

 

Le demandeur est déclaré coupable de manquement professionnel.

21 décembre 2017

Hearing Tribunal, College of Physicians and Surgeons of Alberta

 

 

La licence et le droit d’exercice du demandeur sont suspendus pendant trois ans.

20 novembre 2018

Council Review Panel, College of Physicians and Surgeons Alberta

 

 

L’appel est rejeté.

 

19 février 2020

Cour d’appel de l’Alberta (Edmonton)

(Juges Slatter, Bielby et O’Ferrall)

2020 ABCA 71; 1803‑0356‑AC

 

 

L’appel est rejeté.

14 avril 2020

Cour suprême du Canada

 

La demande d’autorisation d’appel est présentée.

 


 

39097

Attorney General of Canada on behalf of Her Majesty in Right of Canada v. General Dynamics Ordnance and Tactical Systems-Canada Inc., Valcartier Real Estate Corporation Inc., Marie-Paule Spieser

(Que.) (Civil) (By Leave)

Civil liability — Fault of pollution — Human rights — Unlawful and intentional interference — Right to personal security — Right to peaceful enjoyment and free disposition of property — Damages — Moral and psychological injury — Punitive damages — Class actions — Water in municipality of Shannon contaminated by carcinogen, trichloroethylene — No evidence of excess cancer in community as result of contamination — Whether public authority commits fault where it discharges product into environment and product is found much later in drinking water at concentrations considered safe by competent authorities — Where there is possible contamination of drinking water, whether federal government has obligation to inform and, if so, what is scope of obligation — Whether moral damages can be awarded to individuals based solely on fear of exposure to contaminant, regardless of whether fear is objectively well‑founded — Threshold level of injury required to establish infringement of right to personal security under s. 1 of Charter of human rights and freedoms — For purposes of award of punitive damages under s. 49 of Charter of human rights and freedoms, whether failure to act in timely manner is sufficient to show intention with respect to consequences of conduct in question — Whether minor enjoys same protection against unlawful and intentional interference with right guaranteed by s. 1 of Charter of human rights and freedoms — Whether required evidentiary threshold, namely balance of probabilities, makes it possible to establish that most likely date on which group members began to be exposed was prior to date determined by Court of Appeal — Whether Court of Appeal erred in rejecting uncontradicted evidence that demonstrated, beyond balance of probabilities threshold, causal connection between exposure of certain group members to TCE and overabundance and concentration of cases of cancer and other illnesses identified and established by that evidence — Whether connection to water supply system for residences in sectors affected by contamination validly made up for loss of private well that supplied drinking water — Civil Code of Québec, art. 1457 — Charter of human rights and freedoms, CQLR, c. C‑12, ss. 1, 6 and 49.

 

This leave application arises from a class action filed by residents of the municipality of Shannon following the discovery of trichloroethylene (“TCE”) in the water in certain drinking water wells in their community. TCE is a solvent that was used since at least the 1960s in ammunition production and research activities near the Valcartier military base close to the municipality. The respondent and applicant on cross‑appeal, Ms. Spieser, is a resident of Shannon and believes that the applicant and respondent on cross‑appeal, the Attorney General of Canada (“AGC”), and the respondent corporate parties were negligent in handling TCE. Through the class action, she sought compensatory damages for the injury suffered by those exposed to the contamination as well as punitive damages for interference with rights protected by the Charter of human rights and freedoms, CQLR, c. C‑12. The Superior Court allowed Ms. Spieser’s class action in part. It found that the contamination of the drinking water wells by TCE constituted a neighbourhood disturbance under art. 976 of the Civil Code of Québec, and it ordered the AGC and the corporate parties to pay damages to compensate the affected residents. The Court of Appeal intervened to decide the case de novo because the lower court had improperly put aside the issue of fault in its analysis. The Court of Appeal found that several faults had been committed by the AGC and the corporate parties, and it ordered them to pay compensatory damages for the moral injury suffered by certain residents as well as punitive damages.

 

 

June 21, 2012

Quebec Superior Court

(Godbout J.)

File No. 200‑06‑000038‑037

2012 QCCS 2801

 

 

Class action allowed in part; groundwater in part of territory of municipality of Shannon found to have been contaminated by discharge of trichloroethylene; neighbourhood disturbance under art. 976 of Civil Code of Québec found to have occurred; Attorney General of Canada and corporate parties ordered solidarily to pay damages for neighbourhood disturbance

 

January 17, 2020

Quebec Court of Appeal (Québec)

(Giroux, Kasirer and Gagnon JJ.A.)

File No. 200‑09‑007773‑127

2020 QCCA 42

 

 

Appeal allowed; Attorney General of Canada and corporate parties found to be at fault for discharging industrial waste into environment without regard for known and understood risk of groundwater contamination; Government of Canada found to be at fault for unlawfully and intentionally interfering with rights under ss. 1 and 6 of Charter of human rights and freedoms of residents of municipality of Shannon who were later affected by contamination; Attorney General of Canada ordered to pay punitive damages; incidental appeal dismissed

 

March 17, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

October 6, 2020

Supreme Court of Canada

 

Conditional application for leave to cross‑appeal filed

 

 


 

39097

Procureur général du Canada au nom de Sa Majesté du Chef du Canada c. General Dynamics Produits de Défense et Systèmes Tactiques-Canada Inc., Société Immobilière Valcartier Inc., Marie-Paule Spieser

(Qc) (Civile) (Autorisation)

Responsabilité civile — Faute de pollution — Droits de la personne — Atteinte illicite et intentionnelle — Droit à la sûreté de la personne — Droit à la jouissance paisible et à la libre disposition de ses biens —Dommages‑intérêts — Préjudice moral et psychologique — Dommages‑intérêts punitifs — Recours collectifs — Contamination des eaux dans la municipalité de Shannon par un cancérigène, le trichloroéthylène — Aucune preuve de l’existence d’un excès de cancer dans la communauté causé par la contamination — Est‑ce qu’une autorité publique commet une faute lorsqu’elle rejette un produit dans l’environnement qui se retrouve beaucoup plus tard dans l’eau potable à des concentrations jugées sécuritaires par les autorités compétentes? — En présence d’une possible contamination de l’eau potable, est‑ce que l’État fédéral a une obligation de renseignement et, si oui, quelle est sa portée? — Est-ce que des dommages moraux peuvent être accordés à des individus pour la seule crainte d’une exposition à un contaminant, sans égard à la question de savoir si cette crainte est objectivement bien fondée? — Quel est le seuil de préjudice requis pour établir une violation du droit à la sûreté de la personne en vertu de l’article 1 de la Charte des droits et libertés de la personne, et, aux fins de l’octroi de dommages punitifs suivant l’article 49 de la Charte des droits et libertés de la personne, est‑ce que l’omission d’agir en temps opportun suffit pour démontrer l’intention quant aux conséquences de la conduite en cause? — Est‑ce qu’une personne mineure jouit de la même protection contre une atteinte intentionnelle et illicite au droit garanti par l’article 1 de la Charte des droits et libertés de la personne? — Est‑ce que le seuil de preuve requis, soit la prépondérance des probabilités, permet d’établir la date la plus probable du début de l’exposition des membres du groupe, à une date antérieure à celle déterminée par la Cour d’appel? — Est‑ce que la Cour d’appel a erré en rejetant une preuve non contredite établissant au‑delà du seuil de la prépondérance des probabilités un lien de causalité entre l’exposition de certains membres du groupe au TCE et la surabondance et la concentration des cas de cancers et d’autres maladies constatées et établies par cette preuve? — Est‑ce que la perte d’un puits privé d’alimentation en eau potable est valablement compensée par le raccordement à un réseau d’aqueduc pour alimenter les résidences des secteurs touchés par la contamination? — Code civil du Québec, art. 1457 — Charte des droits et libertés de la personne, R.L.R.Q. c. C‑12, arts. 1, 6 et 49.

 

La demande d’autorisation découle d’une action collective logée par des résidents de la municipalité de Shannon à la suite de la découverte de trichloréthylène (« TCE ») dans l’eau de certains puits d’eau potable dans leur communauté. Le TCE est un solvant qui a été utilisé depuis au moins les années 1960 dans le cadre d’activités de recherche et de production de munitions près de la base militaire de Valcartier qui avoisine la municipalité. L’intimée et demanderesse incidente, Mme Spieser, est résidente de Shannon, et considère que le demandeur et intimé incident, le Procureur général du Canada (« PGC »), ainsi que les parties corporatives intimées, ont fait preuve de négligence dans la manutention du TCE. Par voie de recours collectif, elle réclame des dommages‑intérêts compensatoires en réparation des préjudices subis par les personnes exposées à la contamination, de même que des dommages‑intérêts punitifs pour l’atteinte à des droits protégés à la Charte des droits et libertés de la personne, R.L.R.Q. c. C‑12. La Cour supérieure a accueilli en partie le recours collectif de Mme Spieser. Elle a conclu que la contamination des puits d’alimentation en eau potable par du TCE constitue un trouble de voisinage au sens de l’article 976 du Code civil du Québec, et a condamné le PGC et les parties corporatives à des dommages‑intérêts pour compenser les résidents qui en ont été victimes. La Cour d’appel est intervenue pour décider de l’affaire de novo, parce que le tribunal d’instance inférieure a écarté indûment la question de la faute de son analyse. Elle a retenu plusieurs fautes de la part du PGC et des parties corporatives, et les a condamnés à des dommages‑intérêts pour compenser le préjudice moral subi par certains résidents, ainsi que des dommages‑intérêts punitifs.

 

Le 21 juin 2012

Cour supérieure du Québec

(le juge Godbout)

No. dossier 200‑06‑000038‑037

2012 QCCS 2801

 

 

Recours collectif accueilli en partie; Contamination de la nappe phréatique sur une partie du territoire de la municipalité de Shannon par le déversement de trichloroéthylène déclarée; Trouble de voisinage au sens de l’article 976 du Code civil du Québec déclaré; Procureur général du Canada et parties corporatives condamnés solidairement à des dommages‑intérêts résultant du trouble de voisinage

 

Le 17 janvier 2020

Cour d’appel du Québec (Québec)

(les juges Giroux, Kasirer et Gagnon)

No. dossier 200-09-007773-127

2020 QCCA 42

 

 

Appel accueilli; Faute du Procureur général du Canada et des parties corporatives en déversant dans l’environnement des déchets industriels sans égard au risque connu et compris de contamination de la nappe phréatique déclarée; Faute du gouvernement du Canada découlant d’une atteinte illicite et intentionnelle aux droits consacrés par les articles 1 et 6 de la Charte des droits et libertés de la personne des résidents de la municipalité de Shannon subséquemment atteints par la contamination déclarée; Procureur général du Canada condamné à des dommages-intérêts punitifs; Appel incident rejeté

 

Le 17 mars 2020

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

Le 6 octobre 2020

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel incident conditionnelle déposée

 


 

39299

Peter Gerard Coffey v. Her Majesty the Queen

(B.C.) (Criminal) (By Leave)

Criminal law — Sentencing — Considerations — Aboriginal offender — Whether the Court of Appeal erred when it held that the sentencing judge adequately considered Gladue principles —Whether the Court of Appeal erred when it held that the sentencing judge properly considered the gravity of the offence.

 

The RCMP executed a search warrant on a seven‑acre rural property in British Columbia that was occupied by the applicant and others. A large, well‑established and sophisticated commercial marihuana grow operation was discovered on the property of approximately 4,200 marihuana plants in various stages of growth. Three individuals associated with the property held licences to grow marihuana for personal medical use. Together, those licences only covered about 530‑550 plants. The applicant had been part of a group seeking to obtain a lawful production licence, but that application was rejected in 2014. A document authored by the applicant and seized during the search reflected a harvest of 44.5 pounds of marihuana that was sold for $93,600. The applicant was convicted of producing, and possessing marihuana for the purpose of trafficking. The applicant was sentenced to 12 months’ imprisonment. His sentence appeal was dismissed.

 

December 22, 2017

Provincial Court of British Columbia

(Solomon J.)

2017 BCPC 449

 

 

Conviction entered: production and possession of marihuana for the purpose of trafficking

 

December 3, 2018

Provincial Court of British Columbia

(Solomon J.)

2018 BCPC 386

 

 

Sentence imposed: 12 months’ imprisonment

June 22, 2020

Court of Appeal for British Columbia (Vancouver)

(Harris, Fitch, Butler JJ.A.)

2020 BCCA 195; CA45765

 

 

Sentence appeal dismissed

 

July 15, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39299

Peter Gerard Coffey c. Sa Majesté la Reine

(C.-B.) (Criminelle) (Sur autorisation)

Droit criminel — Détermination de la peine — Facteurs devant être pris en considération — Délinquant autochtone — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur lorsqu’elle a conclu que le juge qui a déterminé la peine a suffisamment tenu compte des principes énoncés dans l’affaire Gladue ? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur lorsqu’elle a conclu que le juge qui a déterminé la peine a dûment tenu compte de la gravité de l’infraction ?

 

La GRC a exécuté un mandat de perquisition dans une propriété rurale de sept acres en Colombie‑Britannique qu’occupait le demandeur et d’autres personnes. Une vaste installation de culture de la marihuana commerciale bien‑établie et sophistiquée a été découverte sur la propriété, qui renfermait environ 4 200 plants de marihuana à divers stades de croissance. Trois personnes associées à la propriété détenaient des licences pour cultiver la marihuana à des fins médicales personnelles. Ensemble, ces licences ne visaient qu’approximativement 530 à 550 plants. Le demandeur avait fait partie d’un groupe qui cherchait à obtenir une licence de production légale, mais leur demande a été rejetée en 2014. Un document qui a été saisi durant la perquisition, et dont le demandeur était l’auteur, indiquait qu’une récolte de 44,5 livres de marihuana avait été vendue au prix de 93 600 $. Le demandeur a été déclaré coupable de production et de possession de marihuana en vue d’en faire le trafic. Le demandeur a été condamné à une peine d’emprisonnement de 12 mois. Son appel visant cette peine a été rejeté.

 

22 décembre 2017

Cour provinciale de la Colombie‑Britannique

(Juge Solomon)

2017 BCPC 449

 

 

Déclaration de culpabilité prononcée : production et possession de marihuana en vue d’en faire le trafic.

 

3 décembre 2018

Cour provinciale de la Colombie‑Britannique

(Juge Solomon)

2018 BCPC 386

 

 

Peine d’emprisonnement de 12 mois imposée.

22 juin 2020

Cour d’appel de la Colombie‑Britannique (Vancouver)

(Juges Harris, Fitch, Butler)

2020 BCCA 195; CA45765

 

 

Appel visant la peine rejeté.

 

15 juillet 2020

Cour suprême du Canada

 

Demande d’autorisation d’appel présentée.

 

 


 

39099

Kennedy Trust for Rheumatology Research, Janssen Biotech, Inc., Janssen Inc., Cilag GmbH International, Cilag AG v. Hospira Healthcare Corporation, Celltrion Healthcare Co., Ltd., Celltrion, Inc., Pfizer Canada Inc., Pfizer Canada ULC

- and between -

Hospira Healthcare Corporation, Celltrion Healthcare Co., Ltd., Celltrion, Inc., Pfizer Canada Inc. v. Kennedy Trust for Rheumatology Research, Janssen Biotech, Inc., Janssen Inc., Cilag GmbH International, Cilag AG

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Intellectual property — Patents — Medicines — Patent found to be valid and infringed — On appeal, matter remitted to trial judge to reconsider issues of obviousness and anticipation — Whether inventive concept is a necessary component of the obviousness test — How is the inventive concept defined? — Is the state of the art subject to the discoverability criterion? — Does the “obvious to try” test apply to process or outcomes? — Can a speculative piece of art anticipate a patent?Where a patent’s claims include the use of a known drug for a known medical purpose, with the alleged invention being the use of the drug to treat a patient population with a specific medical profile, should courts look to the substance of the patent’s claims to assess whether it is an unpatentable method of medical treatment? — Can a person be liable for infringing a patent by inducing a third party to infringe, if the alleged inducement does not relate to all of the essential elements of the patent claims?

 

Hospira Healthcare Corporation and the other plaintiffs (collectively “Hospira”) brought an action to impeach the 630 Patent. That patent is owned by the Kennedy Trust for Rheumatology Research (with the other respondents, collectively, “Kennedy”) and it counterclaimed for patent infringement. The 630 Patent details the adjunctive use of methotrexate (“MTX”) and the anti‑tumour necrosis factor‑a antibody “infliximab” for the treatment of rheumatoid arthritis (“RA”) and other autoimmune diseases. It is sold in Canada under the name “Remicade.”The 630 Patent expired on August 1, 2017. Hospira markets, uses and sells the biosimilar infliximab in Canada under the commercial name “Inflectra” as a treatment for RA. Prior to the 630 Patent, MTX was well known as a treatment for serious cases of RA but many patients with the disease did not completely respond to it. In the early and mid‑1990s, existing treatments for RA were sub‑optimal with respect to efficacy and side‑effects. The inventors of the 630 Patent tried combining MTX and infliximab and obtained positive results, in terms of enhanced efficacy and sustained duration of effect. Hospira brought an action to attack the validity of the 630 Patent. Kennedy counterclaimed that the 630 Patent had been and would continue to be infringed. The trial judge dismissed Hospira’s action, and granted Kennedy’s counterclaim, finding that the patent was valid and infringed. This decision was overturned in part on appeal, on the basis that the trial judge had erred in his consideration of some of the prior art when determining the issues of anticipation and obviousness. The Federal Court of Appeal remitted the matter back to the trial judge to reconsider those two issues.

 

September 28, 2018

Federal Court

(Phelan J.)

2018 FC 259

 

 

Hospira’s action to invalidate 630 Patent dismissed; Kennedy’s 630 Patent found to be valid and infringed

 

January 30, 2020

Federal Court of Appeal

(Nadon, Rivoalen and Locke JJ.A.)

2020 FCA 30

 

 

Hospira’s appeal allowed in part; Issues of anticipation and obviousness remitted to trial judge for reconsideration

 

 

March 30, 2020

Supreme Court of Canada

 

Applications for leave to appeal filed

 

 


 

39099

Kennedy Trust for Rheumatology Research, Janssen Biotech, Inc., Janssen Inc., Cilag GmbH International, Cilag AG c. Corporation de soins de la santé Hospira, Celltrion Healthcare Co., Ltd., Celltrion, Inc., Pfizer Canada Inc., Pfizer Canada SRI

- et entre -

Corporation de soins de la santé Hospira, Celltrion Healthcare Co., Ltd., Celltrion, Inc., Pfizer Canada Inc. c. Kennedy Trust for Rheumatology Research, Janssen Biotech, Inc., Janssen Inc., Cilag GmbH International, Cilag AG

(C.F.) (Civile) (Autorisation)

Propriété intellectuelle — Brevets — Médicaments — Conclusion de validité et de contrefaçon d’un brevet — En appel, l’affaire a été renvoyée au juge de première instance pour réexamen des questions d’évidence et d’anticipation — Une idée originale est‑elle une composante nécessaire du critère de l’évidence? — Comment se définit l’idée originale? — L’état de la technique est‑il assujetti au critère de la possibilité de découverte? — Le critère de « l’essai allant de soi » s’applique‑t‑il au processus ou aux résultats? — Un élément hypothétique de l’art antérieur permet‑il d’anticiper un brevet? — Dans le cas où des revendications d’un brevet incluent l’utilisation d’un médicament connu à une fin médicale connue, et où l’invention alléguée consiste en l’utilisation du médicament pour traiter une population de patients ayant un profil médical précis, les tribunaux devraient‑ils se pencher sur le fond des revendications pour déterminer si le brevet constitue une méthode de traitement médical non brevetable? — Une personne peut‑elle être tenue responsable de contrefaçon d’un brevet pour avoir incité un tiers à la contrefaçon si l’incitation reprochée ne se rapporte pas à tous les éléments essentiels des revendications du brevet?

 

La Corporation de soins de la santé Hospira et les autres plaignantes (collectivement « Hospira ») ont intenté une action en invalidation du brevet 630. Ce brevet appartient à la Kennedy Trust for Rheumatology Research (ainsi qu’aux autres intimées, collectivement « Kennedy ») et Kennedy a présenté une demande reconventionnelle en contrefaçon de brevet. Le brevet 630 décrit en détail l’utilisation complémentaire du méthotrexate (« MTX ») et de l’anticorps inhibiteur du facteur de nécrose tumorale‑a dénommé « infliximab » pour traiter la polyarthrite rhumatoïde (« PAR ») et d’autres maladies auto‑immunes. L’infliximab est vendu au Canada sous le nom de « Remicade ». Le brevet 630 est arrivé à échéance le 1er août 2017. Hospira commercialise, utilise et vend un médicament biosimilaire à l’infliximab au Canada sous la dénomination commerciale d’« Inflectra » comme traitement de la PAR. Avant l’existence du brevet 630, le MTX constituait un traitement bien connu des cas graves de PAR, mais celui‑ci n’agissait pas complètement sur de nombreux patients atteints de maladie. Au début et au milieu des années 1990, les traitements existants pour la PAR n’étaient pas optimaux en matière d’efficacité et d’effets secondaires. Les inventeurs du brevet 630 ont essayé de combiner le MTX et l’infliximab, et ont obtenu des résultats positifs en ce qui a trait à l’amélioration de l’efficacité et au maintien de la durée d’effet. Hospira a intenté une action pour contester la validité du brevet 630. Par demande reconventionnelle, Kennedy a fait valoir que le brevet 630 avait été contrefait et continuerait de l’être. Le juge de première instance a rejeté l’action d’Hospira et a accueilli la demande reconventionnelle de Kennedy, concluant à la validité et à la contrefaçon du brevet. Cette décision a été infirmée en partie en appel, au motif que le juge de première instance avait commis une erreur dans son examen d’une partie de l’art antérieur au moment où il avait statué sur les questions d’anticipation et d’évidence. La Cour d’appel fédérale a renvoyé l’affaire au juge de première instance pour réexamen de ces deux questions.

 

29 septembre 2018

Cour fédérale

(Juge Phelan)

2018 CF 259

 

 

Jugement rejetant l’action intentée par Hospira pour faire invalider le brevet 630; conclusion de validité et de contrefaçon du brevet 630 de Kennedy

30 janvier 2020

Cour d’appel fédérale

(Juges Nadon, Rivoalen et Locke)

2020 CAF 30

 

 

Arrêt accueillant en partie l’appel d’Hospira; questions relatives à l’anticipation et à l’évidence renvoyées au juge de première instance pour réexamen

 

 

30 mars 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de demandes d’autorisation d’appel

 

 


 

39293

Horizons ETFS Management (Canada) Inc. v. Graham Wright

(Ont.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Class actions — Certification — Negligence — Securities — Whether the categories of liability for negligence causing pure economic loss should be expanded to include an investment fund creator designing a new fund — Whether the manager of a passively managed investment fund has a duty to step in and take positive action to prevent investors from suffering pure economic losses — Whether ETF investors may advance a claim created by provincial securities legislation for alleged misrepresentations contained in a prospectus filed in connection with a continuous distribution ETF

 

The applicant Horizons (respondent on the application for leave to cross‑appeal) created and managed an exchange traded fund known as the Horizons BetaPro S&P VIX Short‑Term Futures Daily Inverse ETF. The respondent Mr. Wright (applicant on the application for leave to cross‑appeal) was one of the investors who purchased units of this ETF. On February 5, 2018, the ETF suffered dramatic losses in the aftermarket due to a rise in market volatility. In May 2018, Mr. Wright commenced a proposed class action against Horizons pursuant to the Class Proceedings Act, 1992 (S.O. 1992, c. 6), seeking general damages, calculated based on the capital losses experienced by the ETF, on behalf of himself and other unitholders.

 

The Ontario Superior Court dismissed the motion for certification of the action as a class proceeding, as well as the action itself. It considered that the action did not disclose a reasonable cause of action. In its view, it was plain and obvious both that Mr. Wright and the putative class members did not have a common law negligence claim against Horizons, and that they did not have a cause of action under s. 130 of the Ontario Securities Act (R.S.O. 1990, c. S.5). The Court of Appeal allowed the appeal in part. If found that there was a reasonable prospect of demonstrating that the claim fell within a recognized duty of care under the category of negligent performance of a service, and allowed Mr. Wright to amend the statement of claim such that it would contain the material facts necessary to establish that there was a cause of action under s. 130. The matter was remitted to the certification judge to determine whether the remaining criteria for certification were met.

 

June 20, 2019

Ontario Superior Court of Justice

(Perell J.)

2019 ONSC 3827

 

 

Mr. Wright’s motion for certification of action as a class proceeding and action dismissed

 

June 1, 2020

Court of Appeal for Ontario

(Lauwers, Hourigan and Thorburn JJ.A.)

2020 ONCA 337

 

 

Appeal allowed in part; action remitted to Perell J. to determine whether criteria for certification met

 

 

August 19, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

Horizons’ application for leave to appeal filed

 

September 23, 2020

Supreme Court of Canada

 

Mr. Wright’s application for leave to cross‑appeal filed

 


 

39293

Horizons ETFS Management (Canada) Inc. c. Graham Wright

(Ont.) (Civile) (Autorisation)

Procédure civile — Recours collectifs — Certification — Négligence — Valeurs mobilières — Les catégories de responsabilité pour négligence causant des pertes purement financières devraient‑elles être élargies afin d’y inclure un créateur de fonds d’investissement qui met au point un nouveau fonds? — Le gestionnaire d’un fonds d’investissement géré passivement a‑t‑il l’obligation d’intervenir et de prendre des mesures concrètes pour empêcher que les investisseurs ne subissent des pertes purement financières? — Les investisseurs du FNB peuvent‑ils faire valoir une réclamation créée par la loi provinciale à l’égard d’allégations de présentation inexacte des faits dans un prospectus déposé relativement à un placement continu FNB?

 

La demanderesse Horizons (intimée dans la demande d’autorisation d’appel incident) a créé et géré un fonds négocié en bourse connu sous le nom de Horizons BetaPro S&P VIX Short‑Term Futures Daily Inverse ETF. L’intimé M. Wright (demandeur dans la demande d’autorisation d’appel incident) était l’un des investisseurs ayant acheté des unités de ce FNB. Le 5 février 2018, le FNB a subi des pertes considérables dans le marché secondaire en raison d’une hausse de la volatilité des marchés. En mai 2018, M. Wright a introduit un recours collectif envisagé contre Horizons en vertu de la Loi de 1992 sur les recours collectifs (L.O. 1992, c. 6), et a sollicité des dommages‑intérêts généraux, calculés en fonction des pertes en capital subies par le FNB, pour son compte et pour celui des autres détenteurs d’unités.

 

La Cour supérieure de justice de l’Ontario a rejeté la motion en certification de l’action en tant que recours collectif, ainsi que l’action elle‑même. Elle a estimé que l’action ne révélait pas une cause d’action raisonnable. À son avis, il était manifeste et évident que M. Wright et les membres du groupe proposé n’avaient pas un droit d’action en common law pour négligence contre Horizons, et qu’ils n’avaient pas de recours en vertu de l’art. 130 de la Loi sur les valeurs mobilières de l’Ontario (L.R.O. 1990, c. S.5). La Cour d’appel a fait droit à l’appel en partie. Elle a conclu qu’il était raisonnablement possible de démontrer que la réclamation relevait d’une obligation de diligence reconnue dans la catégorie de la prestation négligente d’un service, et elle a permis à M. Wright de modifier la déclaration de sorte que celle‑ci contienne les faits importants nécessaires pour établir l’existence d’une cause d’action fondée sur l’art. 130. L’affaire a été renvoyée au juge saisi de la demande de certification pour que celui‑ci détermine si les autres conditions de certification étaient remplies.

 

20 juin 2019

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(Juge Perell)

2019 ONSC 3827

 

 

Jugement rejetant la motion en certification de l’action en tant que recours collectif présentée par M. Wright, ainsi que l’action

 

1er juin 2020

Cour d’appel de l’Ontario

(Juges Lauwers, Hourigan et Thorburn)

2020 ONCA 337

 

 

Arrêt accueillant l’appel en partie; action renvoyée au juge Perell pour que celui‑ci détermine si les conditions de certification sont remplies

 

 

19 août 2020

Cour suprême du Canada

 

 

Dépôt d’une demande d’autorisation d’appel par Horizons

 

23 septembre 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt d’une demande d’autorisation d’appel incident par M. Wright

 


 

39133

Her Majesty the Queen v. J.J.

- and -

Attorney General of Canada, Attorney General of Ontario, Attorney General of Nova Scotia, Attorney General of Manitoba, Attorney General of Saskatchewan, Attorney General of Alberta

(B.C.) (Criminal) (By Leave)

(Publication ban in case)

 

Charter of Rights  — Constitutional law — Criminal law — Admissibility and use of third party records in the possession of the accused for certain enumerated sexual offences — Interlocutory constitutional ruling in which the trial judge held that the seven‑day notice requirement in s. 278.93(4)  of the Criminal Code  violated s. 7 of the Charter and could not be saved under s. 1  — Whether the trial judge erred in concluding that s. 278.93(4)  was constitutionally flawed – Whether it is in the public interest for this Court to determine the constitutionality of s. 278.93(4)  — Whether inconsistent trial decisions have resulted in a patchwork of different procedures across the country — Whether the only avenue of appeal lies to this Court pursuant to s. 40 of the Supreme Court Act and the “dual proceeding” principles in R. v. Laba, [1994] 3 S.C.R. 965 —Charter of Rights and Freedoms, ss. 1 and 7 — Constitutionality of ss. 278.92  to 278.94  of the Criminal Code  Whether the records screening regime in ss. 278.92  to 278.94  of the Criminal Code  violates ss. 7, 11(c), or 11(d) of the Charter in a manner that cannot be justified under s. 1 of the Charter Charter of Rights and Freedoms, ss. 1, 7, 11(c), and 11(d).

 

On July 23, 2020, this Court granted the Crown’s application for leave to appeal from an interlocutory constitutional ruling in which Duncan J. held that the seven‑day notice requirement in s. 278.93(4) of the Code violated s. 7 of the Charter and could not be saved under s. 1 . Duncan J. “read down” s. 278.93(4) of the Code to: (1) remove the seven day notice requirement in s. 278.93(4)  only as it applies to s. 278.92  applications; and (2) provide that s. 278.92  applications should be made “at the conclusion of the complainant’s examination in chief, or as otherwise required by the judge, provincial court judge or justice in the interests of justice”. J.J. has filed an application for leave to cross‑appeal regarding the constitutionality of ss. 278.92  to 278.94  of the Criminal Code .

 

January 6, 2020

Supreme Court of British Columbia

(Duncan J.)

2020 BCSC 29

 

 

Constitutional ruling: the seven‑day notice requirement in s. 278.93(4)  of the Criminal Code  violates s. 7 of the Charter

 

March 11, 2020

Supreme Court of British Columbia

(Duncan J.)

2020 BCSC 349

 

 

Remedy ruling: s. 278.93(4)  of the Criminal Code  cannot be saved under s. 1 

 

April 17, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal filed

 

July 23, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

Application for leave to appeal granted

 

October 14, 2020

Supreme Court of Canada

 

 

Motion for an extension of time to serve and file application for leave to cross-appeal and application for leave to cross-appeal filed

 


 

39133

Sa Majesté la Reine c. J.J.

- et -

Procureur général du Canada, Procureur général de l’Ontario, Attorney General of Nova Scotia, Procureur général du Manitoba, Procureur général de la Saskatchewan, Attorney General of Alberta

(C.‑B.) (Criminelle) (Autorisation)

(Ordonnance de non publication dans le dossier)

 

Charte des droits — Droit constitutionnel — Droit criminel — Admissibilité et utilisation des dossiers d’une tierce partie en la possession de l’accusé concernant certaines infractions sexuelles énumérées — Décision interlocutoire en matière constitutionnelle dans laquelle le juge de première instance a conclu que l’avis de sept jours exigé aux termes du par. 278.93(4)  du Code criminel  portait atteinte à l’art. 7 de la Charte et ne pouvait être justifié au regard de l’article premier — Le juge de première instance a‑t‑il eu tort de conclure que le par. 278.93(4)  était entaché d’un vice constitutionnel? — Est‑il dans l’intérêt du public que la Cour statue sur la constitutionnalité du par. 278.93(4) ? — Des décisions incompatibles de tribunaux de première instance ont‑elles mené à une multiplicité de procédures différentes partout au pays? — La seule voie d’appel relève‑t‑elle de la Cour au titre de l’art. 40 de la Loi sur la Cour suprême et les principes de « doubles procédures » de l’arrêt R. c. Laba, [1994] 3 R.C.S. 965? — Charte des droits et libertés, article premier et article 7  — Constitutionnalité des art. 278.92  à 278.94  du Code criminel  — Le système d’examen des dossiers prévu aux art. 278.92  à 278.94  du Code criminel  contrevient‑il à l’art. 7 , et aux al. 11c), ou 11d) de la Charte d’une manière ne pouvant être justifiée au regard de l’article premier de la Charte? Charte des droits et libertés, articles premier, 7; al. 11c) , et 11d).

 

Le 23 juillet 2020, la Cour a accueilli la demande d’autorisation de la Couronne visant à interjeter appel d’une décision interlocutoire en matière constitutionnelle dans laquelle le juge Duncan a statué que l’obligation de donner un préavis de sept jours prévue au par. 278.93(4) du Code contrevenait à l’art. 7 de la Charte et ne pouvait être justifiée au regard de l’article premier. Le juge Duncan a donné une « interprétation atténuante » du par. 278.93(4) du Code afin de : (1) retirer l’obligation relative au préavis de sept jours prévue au par. 278.93(4)  uniquement à l’égard des demandes présentées en application de l’art. 278.92 ; (2) statuer que les demandes présentées au titre de l’art. 278.92  devraient l’être [traduction] « à la fin de l’interrogatoire principal du plaignant, ou selon ce qui est par ailleurs exigé par le juge, le juge de la cour provinciale ou le juge de paix dans l’intérêt de la justice ». J.J. a déposé une demande d’autorisation d’appel incident concernant la constitutionnalité des art. 278.92  à 278.94  du Code criminel .

 

6 janvier 2020

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(juge Duncan)

2020 BCSC 29

 

 

        

Décision en matière constitutionnelle : l’obligation de donner un préavis de sept jours prévue au par. 278.93(4)  du Code criminel  contrevient à l’art. 7 de la Charte

 

11 mars 2020

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(juge Duncan)

2020 BCSC 349

 

 

Décision sur la réparation : le par. 278.93(4)  du Code criminel  ne peut être justifié au regard de l’article premier

 

17 avril 2020

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel déposée

 

23 juillet 2020

Cour suprême du Canada

 

 

Demande d’autorisation d’appel accueillie

 

14 octobre 2020

Cour suprême du Canada

 

         

Requête en vue de la prorogation du délai pour signifier et déposer la demande d’autorisation d’appel incident et demande d’autorisation d’appel incident déposées

 


 

39266

Air Passenger Rights v. Canadian Transportation Agency

(F.C.) (Civil) (By Leave)

Administrative law — Injunctions — Judicial review — Judgments and orders — Interlocutory orders — What is the correct test for availability of judicial review in the federal courts — What is the national and consistent approach to irreparable harm in the RJR‑MacDonald framework for litigants seeking interim relief in the public interest — RJR‑MacDonald Inc. v. Canada (Attorney General), [1994] 1 S.C.R. 311, 111 D.L.R. (4th) 385

 

In response to border closures, travel bans and advisories, and flight cancellations, the respondent issued two public statements on its website suggesting it could be reasonable for airlines to provide passengers with travel vouchers rather than refunds for flights cancelled for pandemic-related reasons. It was also stated that any complaint brought to the Agency would be considered on its own merits. The applicant advocacy group commenced an application for judicial review of the public statements and brought a motion for an interlocutory order requiring the statements to be removed from the respondent’s website and seeking to enjoin the respondent’s members from dealing with passenger complaints on refunds, due to a reasonable apprehension of bias. The applicant argued that the statements purport to relieve airline carriers from the obligation to provide passenger refunds both for flight cancellations beyond their control and within their control, and submits that the statements are an unsolicited advance ruling on how passenger complaints about lack of refunds will be decided.

 

The Federal Court of Appeal dismissed the motion. It determined that irreparable harm had not been established to support an interlocutory order enjoining members of the respondent from dealing with passenger complaints. There was no evidence before the court that the members had been involved in making the statements and, even if they had, actual passenger complaints could address the concern of bias in applications for judicial review brought before the court. The request for an order to remove the two statements from the respondent’s website required the applicant to establish a strong prima facie case for the underlying application for judicial review. This could not be done, given that the administrative actions being challenged in the judicial review application (the statements) are not amenable to judicial review.

 

May 22, 2020

Federal Court of Appeal

(Mactavish J.A.)

2020 FCA 92

 

 

Applicant’s motion for an interlocutory order requiring removal of statements from the respondent’s website and enjoining members from dealing with passenger complaints on refunds, dismissed.

 

August 4, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed.

 

 


 

39266

Droits des voyageurs c. Office des transports du Canada

(C.F.) (Civile) (Autorisation)

Droit administratif — Injonctions — Contrôle judiciaire — Jugements et ordonnances — Ordonnances interlocutoires — Quel est le critère adéquat qui permet aux cours fédérales d’être saisies d’une demande de contrôle judiciaire? — Quelle est l’approche nationale et cohérente quant au préjudice irréparable établie dans le cadre d’analyse de l’arrêt RJR‑MacDonald pour les plaideurs qui sollicitent une réparation provisoire au nom de l’intérêt public? — RJR‑MacDonald Inc. c. Canada (Procureur général), [1994] 1 R.C.S. 311, 111 D.L.R. (4th) 385

 

En réponse aux fermetures des frontières, aux avis aux voyageurs, aux interdictions de voyager, et aux annulations de vols, le défendeur a publié sur son site Web deux déclarations publiques laissant entendre qu’il serait raisonnable que les compagnies aériennes offrent aux voyageurs, dont les vols ont été annulés pour des raisons liées à la pandémie, des crédits de voyage plutôt que de leur rembourser le prix de leurs billets. L’Office a également déclaré que le bien‑fondé de toute plainte qui sera portée à son attention sera examiné. Le demandeur, le groupe de défense des droits, a présenté une demande de contrôle judiciaire à l’encontre des déclarations publiques de l’Office et a présenté une requête visant à obtenir une ordonnance interlocutoire enjoignant à l’Office de retirer lesdites déclarations de son site Web et demandant qu’il soit interdit aux membres de l’Office de traiter les plaintes des passagers concernant des remboursements, au motif qu’il existait une crainte raisonnable de partialité. Le demandeur a fait valoir que les déclarations étaient censées dégager les compagnies aériennes de leur obligation de rembourser les passagers à la fois lorsque les vols sont annulés pour des raisons indépendantes de leur volonté, mais aussi lorsque les vols sont annulés pour des raisons attribuables aux compagnies aériennes, et il a soutenu que les déclarations en cause équivalent à une décision anticipée non sollicitée quant à la manière dont l’Office traitera les plaintes des passagers relatives à l’absence de remboursement.

 

La Cour d’appel fédérale a rejeté la requête. Elle a statué que le préjudice irréparable qui permet l’octroi d’une ordonnance interlocutoire enjoignant aux membres du défendeur de traiter les plaintes des passagers n’avait pas été établi. La Cour ne disposait pas de preuve établissant que les membres avaient participé à l’élaboration des déclarations, et, même si cela avait été le cas, les plaintes des passagers pouvaient invoquer la question de la partialité dans des demandes de contrôle judiciaire présentées à la Cour. La demande en vue de l’obtention d’une ordonnance enjoignant la suppression des deux déclarations du site Web du défendeur nécessitait que le demandeur établisse que la demande de contrôle judiciaire sous‑jacente soulève prima facie une question sérieuse à trancher. Il n’a pas pu en être ainsi, car les actions administratives contestées dans le cadre de la demande de contrôle judiciaire (les déclarations) ne sont pas susceptibles de contrôle judiciaire.

 

22 mai 2020

Cour d’appel fédérale

(juge Mactavish)

2020 CAF 92

 

 

Rejet de la requête présentée par le demandeur en vue de l’obtention d’une ordonnance interlocutoire exigeant le retrait des déclarations du site Web du défendeur et enjoignant aux membres de traiter les plaintes des passagers concernant les remboursements.

 

4 août 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.

 

 


 

39117

Daniel Ammazzini, Olson Goldsmiths Inc. v. Anglo American PLC, De Beers Canada Inc., De Beers S.A., De Beers Centenary A.G., De Beers Canada Holdings Inc., De Beers UK Limited, Kirk Brant

(Sask.) (Civil) (By Leave)

Civil procedure — Class actions — Appeals — Judgments and Orders — Leave to appeal to Court of Appeal of Saskatchewan dismissed — What degree of scrutiny are courts expected to apply to any proposed settlement agreement and what factors are or should be relevant to the determination — Where an individual “opts out” of a class action, what limits, if any, are placed on the individual’s future litigation rights vis‑à‑vis the defendants in the class action.

 

In 2011 the applicants brought a proposed multi‑jurisdictional class action in Saskatchewan under The Class Actions Act, SS 2001, c C‑12.01, alleging that the respondents wrongfully restricted the global supply of diamonds to artificially inflate pricing. Previously, an action raising similar common issues was commenced and certified as a class action in B.C., and was certified for the purposes of settlement by courts in Ontario and Québec. On application by the representative plaintiffs in the BC and Ontario actions, a conditional stay of the Saskatchewan action was granted 2016 SKQB 53, aff’d 2016 SKCA 164, pending the decision on the certification action in Ontario.

 

A settlement agreement has since been reached by the plaintiffs in the Ontario, B.C. and Quebec actions, providing for payment by the respondents of the amount of $9.4 million for the benefit of the class, being all persons in Canada who purchased gem grade diamonds from January 1, 1994 to October 14, 2016. The settlement agreement requires the dismissal of those three class actions and either the dismissal or a permanent stay of the Saskatchewan action. Court approval of the settlement agreement has been obtained in Ontario, B.C. and Quebec. The Court of Queen’s Bench of Saskatchewan granted the respondents’ application for a permanent stay of the Saskatchewan action and a Judge of the Court of Appeal for Saskatchewan denied leave to appeal that decision. The applicants seek leave to appeal those decisions, arguing that the settlement agreement is unfair and that the decisions jeopardize the litigation rights of those who opt‑out.

 

March 4, 2019

Court of Queen’s Bench of Saskatchewan

(Currie J.)

2019 SKQB 60

 

 

Application for a permanent stay of class action proceedings granted.

 

December 24, 2019

Court of Appeal for Saskatchewan

(Caldwell J.A.)

2019 SKCA 142

 

 

Application for leave to appeal dismissed.

 

March 6, 2020

Supreme Court of Canada

 

Motion for an extension of time to serve and file leave application and application for leave to appeal filed.

 


 

39117

Daniel Ammazzini, Olson Goldsmiths Inc. c. Anglo American PLC, De Beers Canada Inc., De Beers S.A., De Beers Centenary A.G., De Beers Canada Holdings Inc., De Beers UK Limited, Kirk Brant

(Sask.) (Civile) (Autorisation)

Procédure civile — Recours collectifs — Appels — Jugements et ordonnances — Rejet de la demande d’autorisation d’appel à la Cour d’appel de la Saskatchewan — Quel niveau de rigueur s’attend‑on à ce que les tribunaux appliquent à tout projet de convention de règlement et quels facteurs doivent ou devraient être pertinents dans la décision? — Lorsqu’une personne « se désengage » d’un recours collectif, quelles limites, s’il en existe, sont imposées aux droits de la personne de s’adresser aux tribunaux vis‑à‑vis des défendeurs dans le recours collectif?

 

En 2011, les demandeurs ont présenté un projet de recours collectif relevant de plusieurs provinces en Saskatchewan, au titre de la Loi sur les recours collectifs, LS 2001, c C‑12.01, faisant valoir que les défendeurs avaient erronément limité l’approvisionnement mondial en diamants dans le but d’augmenter artificiellement les prix. Auparavant, une action soulevant des questions communes et semblables avait été intentée et certifiée en tant que recours collectif en Colombie‑Britannique, et avait été certifiée aux fins de règlement par les tribunaux en Ontario et au Québec. À la demande des représentants des demandeurs dans les actions en Colombie-Britannique et en Ontario, une suspension conditionnelle de l’action en Saskatchewan a été accueillie dans la cause 2016 SKQB 53, confirmée par 2016 SKCA 164, dans l’attente de la décision concernant la certification de l’action en Ontario.

 

Une convention de règlement a depuis été conclue par les demandeurs dans les actions en Ontario, en Colombie‑Britannique et au Québec selon laquelle les défendeurs devaient payer 9 400 000 $ au groupe, c’est‑à‑dire toutes les personnes qui ont acheté au Canada des bijoux classifiés comme des diamants du 1er janvier 1994 au 14 octobre 2016. La convention de règlement exigeait le rejet de ces trois recours collectifs et le rejet ou la suspension définitive de l’action en Saskatchewan. La convention de règlement a été approuvée par les tribunaux en Ontario, en Colombie‑Britannique et au Québec. La Cour du banc de la Reine de la Saskatchewan a accueilli la demande des défendeurs en vue de la suspension définitive de l’action en Saskatchewan, et un juge de la Cour d’appel de la Saskatchewan a rejeté la demande d’autorisation d’interjeter appel de cette décision. Les demandeurs sollicitent l’autorisation d’interjeter appel de ces décisions, faisant valoir que la convention de règlement est injuste et que les décisions mettent en péril les droits de s’adresser aux tribunaux pour les personnes qui se désengagent du recours collectif.

 

4 mars 2019

Cour du banc de la Reine de la Saskatchewan

(juge Currie)

2019 SKQB 60

 

 

Demande de suspension définitive du recours collectif accueillie.

 

24 décembre 2019

Cour d’appel de la Saskatchewan

(juge Caldwell)

2019 SKCA 142

 

 

Demande d’autorisation d’appel rejetée.

 

6 mars 2020

Cour suprême du Canada

 

 

Requête en vue de la prorogation du délai pour servir et déposer une demande d’autorisation d’appel et demande d’autorisation d’appel déposées.

 


 

39332

Zacky Deleon, Jaime Restrepo, Michael Dwight Allen v. Her Majesty the Queen

(Ont.) (Criminal) (By Leave)

Criminal law — Evidence — Whether the Court of Appeal erred in dismissing the applicants’ application to admit a witness’ affidavit as fresh evidence on appeal.

 

The Applicants Allen, Deleon and Restrepo were convicted of first degree murder in July 2008 for the execution‑style shooting of Mauricio Castro that took place in July 2005. Mr. Restrepo was the leader of a Toronto drug distribution network that owed approximately $1 million to Castro. The Crown had argued that Mr. Restrepo arranged the murder to extinguish the debt and to steal cocaine belonging to Mr. Castro, that Mr. Allen was the actual killer and that Mr. Deleon was deeply involved in the enterprise both before and after the killing took place. In his address to the jury, the trial judge issued a strong Vetrovec warning for one of the witnesses, a milder warning for another and declined to warn the jury about a third witness, K. The applicants’ appeals were dismissed on November 30, 2011. Subsequently, K swore an affidavit asserting that his evidence at trial was false. On August 12, 2015, the applicants sought leave to appeal the decision of the Court of Appeal, a motion to extend time and they also sought to have K’s affidavit admitted as fresh evidence. On February 16, 2016, the case was remanded to the Court of Appeal to determine the admissibility of the fresh evidence. The remainder of the application for leave to appeal was held in abeyance pending a determination of the fresh evidence application. On May 31, 2018, the Court of Appeal dismissed the applicants’ motion to adduce fresh evidence and on September 4, 2018, the applicants’ motion to extend time to serve and file the application for leave to appeal from the November 30, 2011, decision of the Court of Appeal was dismissed without prejudice to the applicants’ right to serve and file an application for leave to appeal from the decision of the Court of Appeal dated May 31, 2018.

 

July 10, 2008

Ontario Superior Court of Justice

(Thomas J.)

 

 

Applicants convicted of first degree murder

 

November 30, 2011

Court of Appeal for Ontario

(MacPherson, Blair and Epstein JJ.A.)

2011 ONCA 752

 

 

Appeals dismissed

 

May 31, 2018

Court of Appeal for Ontario

(Watt, Hourigan and Miller JJ.A.)

2018 ONCA 498; M47018, M47019, M47020

 

 

Applicants’ application to introduce proposed fresh evidence dismissed; dismissal of appeals confirmed

 

September 21, 2020

Supreme Court of Canada

 

Motion for extension of time and Application for leave to appeal filed

 


 

39332

Zacky Deleon, Jaime Restrepo, Michael Dwight Allen c. Sa Majesté la Reine

(Ont.) (Criminelle) (Autorisation)

Droit criminel — Preuve — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur en rejetant la demande des demandeurs d’accepter l’affidavit d’un témoin comme nouvel élément de preuve en appel?

 

Les demandeurs, Allen, Deleon et Restrepo ont été déclarés coupables en juillet 2008 du meurtre au premier degré sous forme de fusillade de style d’exécution de Mauricio Castro, qui a eu lieu en juillet 2005. M. Restrepo était le chef d’un réseau torontois de distribution de drogues qui devait environ un million de dollars à Castro. La Couronne a soutenu que M. Restrepo a commandité le meurtre pour éteindre la dette et voler la cocaïne appartenant à M. Castro, que M. Allen était le véritable meurtrier, et que M. Deleon avait activement participé à l’entreprise avant et après le meurtre. Dans son exposé au jury, le juge de première instance a donné une solide mise en garde de type Vetrovec concernant l’un des témoins, une moindre mise en garde concernant un autre témoin et s’est abstenu de mettre en garde le jury au sujet de K, un troisième témoin. Le 30 novembre 2011, les appels interjetés par les demandeurs ont été rejetés. Subséquemment, K a souscrit un affidavit affirmant que lors du procès son témoignage était faux. Le 12 août 2015, les demandeurs ont sollicité : l’autorisation d’interjeter appel de l’arrêt de la Cour d’appel, une requête en prorogation de délai, et ils ont aussi demandé que l’affidavit de K soit admis à titre de nouvel élément de preuve. Le 16 février 2016, la cause a été renvoyée à la Cour d’appel pour que celle‑ci détermine l’admissibilité du nouvel élément de preuve. Le reste de la demande d’autorisation d’appel a été suspendu dans l’attente d’une décision concernant la demande relative au nouvel élément de preuve. Le 31 mai 2018, la Cour d’appel a rejeté la requête des demandeurs visant à produire en nouvel élément de preuve et, le 4 septembre 2018, la requête en prorogation de délai des demandeurs pour signifier et déposer la demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du 30 novembre 2011 a été rejetée sous réserve du droit des demandeurs de signifier et déposer une demande d’autorisation d’appel de l’arrêt de la Cour d’appel du 31 mai 2018.

 

10 juillet 2008

Cour supérieure de justice de l’Ontario

(juge Thomas)

 

 

Demandeurs déclarés coupables de meurtre au premier degré

 

30 novembre 2011

Cour d’appel de l’Ontario

(juges MacPherson, Blair et Epstein)

2011 ONCA 752

 

 

Rejet des appels

 

31 mai 2018

Cour d’appel de l’Ontario

(juges Watt, Hourigan et Miller)

2018 ONCA 498; M47018, M47019, M47020

 

 

Rejet de la demande des demandeurs pour la production d’un nouvel élément de preuve; rejet des appels confirmé

 

21 septembre 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la requête en vue de la prorogation de délai et de la demande d’autorisation d’appel

 


 

39282

Gary Gautam dba Cambie General Store, Festival Cinemas Ltd., 568028 B.C. Ltd. dba Thai Away Home, Dale Dubberley v. South Coast British Columbia Transportation Authority

(B.C.) (Civil) (By Leave)

Expropriation — Limitation of actions — Injurious affection — Whether the limitation provision in Canadian expropriation legislation require that the claim for injurious affection be made before construction of the public works has completed — What knowledge of the impact of construction of the public work is the owner of an impacted property interest required to have in order to trigger the one year limitation period — Who has the burden of proof concerning the knowledge necessary to trigger the limitation period under Canadian expropriation legislation?

 

South Coast British Columbia Transportation Authority (TransLink) began construction on the Canada Line rapid transit in Vancouver, BC in the fall of 2005. A portion of the construction passed through Cambie street, disrupting businesses there. On November 10, 2008 Gary Gautam (Cambie General Store) started an action under the Class Proceedings Act, RSBC 1996 c. 50, seeking damages for nuisance caused by the construction. The action was certified as a class proceeding and common issues were established in 2015. The action proceeded to a summary trial against TransLink, the only named defendant with expropriating powers. The trial judge awarded compensation to the applicants for injurious affection. However, a majority of the Court of Appeal for British Columbia ordered a new trial for two of the applicants, due to the trial judge’s incorrect interpretation of the limitation period, analysis of unreasonable interference, and improper assessment of damages. A dissenting judge at the Court of Appeal would have ordered a new trial on the limitation period and not altered the trial judge’s assessment of damages.

 

September 4, 2018

Supreme Court of British Columbia

(Grauer J.)

2018 BCSC 1515

 

 

Claims for injurious affection affirmed; No claims barred by limitation periods.

 

May 13, 2020

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Groberman and Stromberg‑Stein JJ.A.;

Griffin J.A. dissenting)

2020 BCCA 135

 

 

Appeal allowed; Cambie General Store’s claim dismissed; New trial ordered for Festival Cinemas and Thai Away Home.

 

August 11, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed

 

 


 

39282

Gary Gautam dba Cambie General Store, Festival Cinemas Ltd., 568028 B.C. Ltd. dba Thai Away Home, Dale Dubberley c. South Coast British Columbia Transportation Authority

(C.‑B.) (Civile) (Autorisation)

Expropriation — Prescription — Trouble de jouissance — La disposition relative au délai de prescription dans une loi canadienne sur l’expropriation exige‑t‑elle que l’action relative au trouble de jouissance soit présentée avant que la construction de l’ouvrage public ne soit complétée? — Quelle connaissance des répercussions de la construction de l’ouvrage public le propriétaire d’un immeuble touché doit‑il avoir afin de déclencher le délai de prescription d’un an? — À qui incombe‑t‑il de prouver la connaissance nécessaire permettant de déclencher le délai de prescription au titre de la loi canadienne sur l’expropriation?

 

South Coast British Columbia Transportation Authority (TransLink) a commencé la construction de la Canada Line rapid transit à Vancouver, en Colombie‑Britannique, pendant l’automne 2005. Une partie des travaux de construction passait par la rue Cambie, causant des nuisances aux entreprises s’y trouvant. Le 10 novembre 2008, Gary Gautam (Cambie General Store) a intenté une action au titre de la Class Proceedings Act, RSBC 1996 c. 50, sollicitant des dommages‑intérêts pour les nuisances causées par les travaux de construction. L’action a été certifiée comme un recours collectif, et les questions communes ont été établies en 2015. L’action s’est poursuivie en une procédure de procès sommaire contre TransLink, le seul défendeur nommé ayant des pouvoirs d’expropriation. Le juge de première instance a accordé une réparation aux demandeurs pour le trouble de jouissance. Toutefois, les juges majoritaires de la Cour d’appel de la Colombie‑Britannique ont ordonné un nouveau procès pour deux des demandeurs, au motif que le juge de première instance avait erronément interprété le délai de prescription, avait mené une analyse déraisonnable de l’entrave, et avait inadéquatement évalué les dommages‑intérêts. Une juge dissidente de la Cour d’appel aurait ordonné un nouveau procès sur le délai de prescription et n’aurait pas modifié l’évaluation des dommages‑intérêts faite par le juge de première instance.

 

4 septembre 2018

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(juge Grauer)

2018 BCSC 1515

 

 

Actions en trouble de jouissance confirmées; aucune action n’est prescrite.

 

13 mai 2020

Cour d’appel de la Colombie‑Britannique

(Vancouver)

(juges Groberman et Stromberg‑Stein;

Griffin, dissidente)

2020 BCCA 135

 

 

Appel accueilli; rejet de l’action de Cambie General Store; ordonnance de tenue d’un nouveau procès pour Festival Cinemas et Thai Away Home.

 

11 août 2020

Cour suprême du Canada

 

Dépôt de la demande d’autorisation d’appel.

 

 


 

39312

Jaswant Singh Chahal v. Sarbjit Kaur Chahal aka Sarbjit Chahal

(B.C.) (Civil) (By Leave)

Property — Trusts — Gifts — Presumption of resulting trust — Business assets — Beneficial ownership — Lower courts finding shares of business transferred to daughter‑in‑law were gifts — When there is gratuitous transfer and that transfer is being challenged, must trial judge apply presumption of resulting trust before embarking on weighing of evidence and does the onus matter — Whether Court of Appeal erred in finding resulting trust analysis was not warranted — What test is to be applied to make finding of gift — Whether finding of gift needs to be inconsistent with any other intention or purpose — Whether evidence of corroboration is required at common law.

 

The applicant claims that the respondent is holding business shares in trust for him, on the basis that he transferred them to her pursuant to a void agreement. The applicant sought an order that the shares and the dividends be returned to him. The respondent’s position is that the shares were a gift and that she is entitled to retain the dividends. The trial judge held that the respondent is entitled to a declaration that she is the beneficial owner of these shares. The Court of Appeal dismissed the appeal.

 

June 13, 2018

Supreme Court of British Columbia

(Gray J.)

2018 BCSC 964

 

 

Respondent entitled to declaration that she is beneficial owner of 37 shares in 448 registered in her name.

May 21, 2020

Court of Appeal for British Columbia

(Vancouver)

(Newbury, Dickson and Butler JJ.A.)

2020 BCCA 147

File No.: CA45444

 

 

Appeal dismissed.

 

August 20, 2020

Supreme Court of Canada

 

Application for leave to appeal filed.

 

 


 

39312

Jaswant Singh Chahal c. Sarbjit Kaur Chahal, alias Sarbjit Chahal

(C.‑B.) (Civile) (Sur autorisation)

Biens — Fiducies — Donations — Présomption de fiducie résultoire — Biens commerciaux — Propriété bénéficiaire — Les tribunaux inférieurs ont conclu que les actions d’une société ont été transférées à la bru à titre de donation — Dans le cas d’un transfert à titre gratuit qui fait l’objet d’une contestation, le juge de première instance doit‑il appliquer la présomption de fiducie résultoire avant de procéder à l’appréciation de la preuve, et le fardeau de la preuve est‑il pertinent ? — La Cour d’appel a‑t‑elle commis une erreur lorsqu’elle a conclu que l’analyse de la fiducie résultoire n’était pas nécessaire ? — Quel critère faut‑il appliquer pour conclure qu’il s’agit d’une donation ? — La conclusion à savoir qu’il s’agit d’une donation doit‑elle être incompatible avec toute autre intention ou tout autre objet ? — La preuve de corroboration est‑elle requise en common law ?

 

Le demandeur prétend que l’appelante détient des actions d’une société en fiducie pour lui, au motif qu’il lui avait transféré en vertu d’une entente inopérante. Le demandeur a sollicité une ordonnance selon laquelle les actions et les dividendes doivent lui être remis. L’appelante est d’avis que les actions lui avaient été transmises à titre de donation et qu’elle a droit de garder les dividendes. La juge de première instance a conclu que l’appelante a droit à un jugement déclaratoire portant qu’elle est la propriétaire bénéficiaire de ces actions. La Cour d’appel a rejeté l’appel.

 

13 juin 2018

Cour suprême de la Colombie‑Britannique

(Juge Gray)

2018 BCSC 964

 

 

L’appelante a droit à un jugement déclaratoire portant qu’elle est la propriétaire bénéficiaire des 37 actions de la société 448 enregistrées à son nom.

21 mai 2020

Cour d’appel de la Colombie‑Britannique

(Vancouver)

(Juges Newbury, Dickson et Butler)

2020 BCCA 147

Dossier no : CA45444

 

 

L’appel est rejeté.

 

20 août 2020

Cour suprême du Canada

 

La demande d’autorisation d’appel est présentée.

 

 


 

 

 

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada :

comments-commentaires@scc-csc.ca

613-995-4330

 

- 30 -

 You are being directed to the most recent version of the statute which may not be the version considered at the time of the judgment.