Communiqués

Informations sur la décision

Contenu de la décision

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada

 

 

(Le français suit)

 

JUDGMENT TO BE RENDERED IN APPEAL

 

June 25, 2021

For immediate release

 

OTTAWA – The Supreme Court of Canada announced today that judgment in the following appeal will be delivered at 9:45 a.m. EDT on Wednesday, June 30, 2021. This list is subject to change.

 

 

PROCHAIN JUGEMENT SUR APPEL

 

Le 25 juin 2021

Pour diffusion immédiate

 

OTTAWA – La Cour suprême du Canada annonce que jugement sera rendu dans l’appel suivant le mercredi 30 juin 2021, à 9 h 45 HAE. Cette liste est sujette à modifications.

 


 

Conférence des juges de la Cour du Québec, et al. c. Juge en chef, et al. (Qc) (38837)

 

 

38837    Conférence des juges de la Cour du Québec v. Chief Justice et al.

-and between-

Attorney General of Quebec v. Chief Justice et al.

-and between-

Conseil de la magistrature du Québec v. Chief Justice et al.

-and between-

Canadian Association of Provincial Court Judges v. Chief Justice et al.

-and between-

Chief Justice et al. v. Attorney General of Quebec

(Que.) (Civil) (As of Right)

 

Constitutional law - Courts - Limit of exclusive monetary jurisdiction of Court of Québec - Obligation of judicial deference with respect to appeals to Court of Québec - Code of Civil Procedure, CQLR, c. C-25.01, art. 35 - Constitution Act, 1867, ss. 92(14)  and 96 .

 

By order in council No. 880-2017 of August 30, 2017, the government of Quebec referred the following two questions to the Quebec Court of Appeal:

 

[translation]

 

1.       Are the provisions of the first paragraph of article 35 of the Code of Civil Procedure, CQLR, c. C-25.01, setting at less than $85,000 the limit to the exclusive monetary jurisdiction of the Court of Québec valid having regard to section 96  of the Constitution Act, 1867  given the jurisdiction of Quebec over the administration of justice under subsection 92(14)  of the Constitution Act, 1867 ?

 

2.       Is it consistent with section 96  of the Constitution Act, 1867  to apply the obligation of judicial deference, which characterizes the application for judicial review, to the appeals to the Court of Québec provided for in sections 147 of the Act respecting Access to documents held by public bodies and the Protection of personal information, CQLR, c. A-2.1, 115.16 of the Act respecting the Autorité des marchés financiers, CQLR, c. A-33.2, 100 of the Real Estate Brokerage Act, CQLR, c. C-73.2, 379 of the Act respecting the distribution of financial products and services, CQLR, c. D-9.2, 159 of the Act respecting administrative justice, CQLR, c. J-3, 240 and 241 of the Police Act, CQLR, c. P-13.1, 91 of the Act respecting the Régie du logement, CQLR, c. R-8.1, and 61 of the Act respecting the protection of personal information in the private sector, CQLR, c. P-39.1?

 

The Court of Appeal answered “no” to the first question, finding that art. 35 para. 1 infringes on the core jurisdiction of the Quebec Superior Court to decide certain substantive disputes in civil matters. To be consistent with s. 96  of the Constitution Act, 1867 , the maximum limit for the civil jurisdiction of the Court of Québec must fall between $55,000 and $70,000, subject to future updates. On the second question, the Court of Appeal answered “yes”, because none of the legislative schemes in question eliminates the superintending and reforming power of the Superior Court over decisions made by the Court of Québec sitting in appeal and because the Superior Court retains its fundamental role as the guardian of an independent and unified system of justice in Canada. A duplication of the powers of the Court of Québec and the Superior Court makes the system more cumbersome and perhaps stands contrary to the objectives of administrative justice, but this is insufficient to hold that a legislative grant of power is unconstitutional.

 


 

38837    Conférence des juges de la Cour du Québec c. Juge en chef, et al.

-et entre-

Procureure général du Québec c. Juge en chef, et al.

-et entre-

Conseil de la magistrature du Québec c. Juge en chef, et al.

-et entre-

Association canadienne des juges des cours provinciales c. Juge en chef, et al.

-et entre-

Juge en chef, et al. c. Procureure générale du Québec

(Qc) (Civile) (De plein droit)

 

Droit constitutionnel — Tribunaux — Seuil de compétence pécuniaire exclusive de la Cour du Québec — Obligation de déférence judiciaire aux appels à la Cour du Québec — Code de procédure civile, RLRQ, c. C-25.01, art. 35 — Loi constitutionnelle de 1867, art. 92(14)  et 96 .

 

Par le décret no 880-2017 du 30 août 2017, le gouvernement du Québec soumet les deux questions suivantes à la Cour d’appel du Québec :

 

1.       Les dispositions du premier alinéa de l’article 35 du Code de procédure civile, RLRQ, c. C-25.01, fixant, à moins de 85 000 $, le seuil de la compétence pécuniaire exclusive de la Cour du Québec, sont-elles valides au regard de l’article 96  de la Loi constitutionnelle de 1867 , étant donné la compétence du Québec sur l’administration de la justice aux termes du paragraphe 92(14)  de la Loi constitutionnelle de 1867 ?

 

2.       Est-il compatible avec l’article 96  de la Loi constitutionnelle de 1867  d’appliquer l’obligation de déférence judiciaire, qui caractérise le pourvoi en contrôle judiciaire, aux appels à la Cour du Québec prévus aux articles 147 de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, RLRQ, c. A-2.1, 115.16 de la Loi sur l’Autorité des marchés financiers, RLRQ, c. A-33.2, 100 de la Loi sur le courtage immobilier, RLRQ, c. C-73.2, 379 de la Loi sur la distribution des produits et services financiers, RLRQ, c. D-9.2, 159 de la Loi sur la justice administrative, RLRQ, c. J-3, 240 et 241 de la Loi sur la police, RLRQ, c. P-13.1, 91 de la Loi sur la Régie du logement, RLRQ, c. R-8.1, et 61 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé, RLRQ, c. P-39.1?

 

La Cour d’appel répond « non » à la première question, estimant que l’art. 35 al. 1 entrave la compétence fondamentale de la Cour supérieure du Québec de trancher certains différends substantiels en matière civile. Afin de respecter l’art. 96  de la Loi constitutionnelle de 1867 , la limite maximale de la compétence de la Cour du Québec en matière civile doit se situer entre 55 000 $ et 70 000 $, sous réserve d’actualisations futures. Quant à la deuxième question, la Cour d’appel répond « oui », puisqu’aucun des régimes législatifs en cause ne supprime le pouvoir de surveillance et de contrôle de la Cour supérieure sur les décisions de la Cour du Québec siégeant en appel et puisque la Cour supérieure conserve son rôle fondamental de veiller à une justice indépendante et unifiée au Canada. Un dédoublement des pouvoirs de la Cour du Québec et de ceux de la Cour supérieure crée une certaine lourdeur et contrarie peut-être les objectifs de la justice administrative, mais ce n’est pas suffisant pour conclure à l’inconstitutionnalité d’une attribution législative de pouvoir.

 


 

 

 

Supreme Court of Canada / Cour suprême du Canada :

comments-commentaires@scc-csc.ca

(613) 995-4330

 

- 30 -

 

 Vous allez être redirigé vers la version la plus récente de la loi, qui peut ne pas être la version considérée au moment où le jugement a été rendu.